Les tops et les flops estivaux des TER de Nouvelle-Aquitaine


Cet été les TER néo-aquitains ont battu des records de fréquentation, mais de retards et de pannes également. En cause : la fragilité des infrastructures face à la canicule.

Ter Nouvelle Aquitaine en gare de BordeauxAqui.fr

Ter Nouvelle Aquitaine en gare de Bordeaux

Copier le lien Partager sur FaceBook Partager sur Twitter Partager sur Linkedin Imprimer
Temps de lecture 3 min Nombre de vues

Publication PUBLIÉ LE 14/09/2022 PAR Solène MÉRIC

« Le bilan n’est pas encore exhaustif mais les premiers chiffres que nous avons le montrent : c’est une année record, avec des fréquentations extrêmement importantes et les recettes qui vont avec » se félicite Renaud Lagrave, vice-président de la Région en charge des transports. Les trains régionaux ont roulé à plein cet été. « Nous avons largement dépassé la fréquentation de 2019 qui, Covid oblige est la dernière année de référence », explique-t-il. Et pour cause : +16% de fréquentation et +25% de recettes. Mais des records ont aussi été atteints en termes d’irrégularité.

Selon le vice-président de la Région, l’augmentation de l’offre sur la région est un facteur de la bonne fréquentation des TER cet été, de même que l’harmonisation des tarifs mis en place avec la SNCF. « Nous avons gagné en lisibilité mais aussi amélioré la coordination avec les autres autorités de transport du territoire, permettant d’assurer de meilleures correspondances entre les TER et les autres transports publics. » 

Parmi les succès de l’été, le pass Escapade, « qui remplace l’ensemble de tous les autres pass pré-existants », a séduit 55 000 voyageurs. Le tarif Tribu qui permet de bénéficier d’une réduction en fonction du nombre de co-voyageurs, a enregistré une hausse de 40% par rapport à 2021. Du côté des plus jeunes ils sont 50% de plus à avoir bénéficié de l’offre dédiée aux bacheliers, à savoir un aller-retour offert sur une journée. « Une manière d’habituer les plus jeunes à prendre le train ».

Régularité : “un été difficile”

Mais si le succès a été au rendez-vous du côté de la fréquentation des TER, avec une tendance positive qui se poursuit en ce début septembre, les records de chaleur subis cet été, ont entraîné des difficultés de service importantes. « Nos infrastructures, les rails et une partie de nos caténaires sur la partie Sud de la région sont fragiles. Et d’autant plus quand les températures sont fortes », ont ainsi expliqué Hervé Lefèvre, directeur régional SNCF et Jean-Luc Gary, directeur territorial SNCF Réseau.

Conséquence directe pour éviter le risque d’accidents pouvant être majeurs : « Des mesures préventives ont été mises en oeuvre amenant à baisser la vitesse à 37 reprises durant l’été. Nous reconnaissons volontiers que dans ces conditions, les trajets n’étaient pas optimum, mais les gens arrivaient à bon port ».

Car la chaleur fragilise aussi les composants électriques « qui supportent difficilement des températures durablement supérieures à 27,5°C ». Conséquence : des pannes de signalisation deux fois plus fréquentes qu’une année ordinaire. Au total, « un été difficile » concèdent  les deux hommes, présentant un taux de régularité de 88% là où habituellement 93% des trains sont à l’heure.

Opérations tarifaires

L’été passé, et afin de continuer à encourager les néo-aquitains à « prendre l’habitude de voyager en train », plusieurs opérations tarifaires sont menées en ce début d’année annonce Renaud Lagrave. 1000 billets à 1€ vont être mis en vente en ligne à l’occasion de la Semaine de la mobilité du 16 au 22 septembre, sur la même période la Carte + est à 15€ au lieu de 29€. Autre opération TER notable, une réduction de 30% sur la première mensualité des abonnements annuels ou mensuels des étudiants et salariés (jusqu’au 10 octobre).

A cela s’ajoute « des évolutions tarifaires et une nouvelle possibilité pour les abonnés de prendre indifféremment un TER ou un Intercités, moyennant une réservation de 1€ par trajet réalisé en Intercités ». Des évolutions sont aussi à constater sur les horaires de certaines lignes « pour répondre aux attentes des usagers », exprimées notamment lors des comités de lignes, organisés au printemps à travers la région.

Enfin concernant les vélos dans les TER, outre l’annonce de l’augmentation du nombre d’emplacements vélo (de 6 à 8) au fil des nouveaux achats et rénovation des rames, Renaud Lagrave promet aussi de démultiplier les box sécurisés pour le stationnement des vélos dans les gares et haltes, et d’y développer les offres de location de vélos en libre service.

Ça vous intéresse ?
Partagez l'article !
Copier le lien Partager sur FaceBook Partager sur Twitter Partager sur Linkedin Imprimer
Laissez vos commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

On en parle ! Nouvelle-Aquitaine À lire ! MOBILITÉS > Nos derniers articles