icone gens d\Aqui
icone points exclamationsGENS D'AQUI !
Tinaël Parat, le théâtre comme “une délivrance”
Tinaël Parat, 23 ans vient d'être récompensé par la Fondation de France pour la création de son spectacle Un Prévu qui traite du racisme, du harcèlement et de la diffamation chez les jeunes. Une pièce résolument utile et libératrice.
Un jeune homme souriant assis dans une salle de spectacleSolène MÉRIC | Aqui

Tinaël Parat, directeur artistique de la compagnie de L'Ange Ingénu, auteur de la pièce Un Prévu

Copier le lien Partager sur FaceBook Partager sur Twitter Partager sur Linkedin Imprimer
Temps de lecture 4 min Nombre de vues

Publication PUBLIÉ LE 10/01/2023 PAR Solène MÉRIC

C’est au théâtre des EpiScènes à Bizanos, près de Pau que Tinaël Parat nous reçoit. Une « maison de théâtre » qu’il a fait sienne depuis environ 3 ans. Sur les planches, en coulisse, ou comme professeur d’atelier de théâtre pour adolescents, Tinaël est dans son univers, et s’y épanouit. D’abord engagé comme service civique avant de devenir « compagnie associée » du lieu, il y a donné les deux premières représentations de son spectacle Un Prévu les 8 et 9 avril derniers. Trac terrible mais succès au rendez-vous pour le jeune homme. Il remet ça, même lieu, les 17 et 18 mars prochains.

Le théâtre est une arme d’instruction et de construction massive

Écrite en 4 ans, la pièce s’adresse aux adolescents, potentiels victimes, ou auteurs de racisme, de harcèlement ou de diffamation. Pour son auteur, Un Prévu se doit d’être, à l’image de ce qu’est pour lui le théâtre, « une arme d’instruction et de construction massive ». A travers un dialogue entre un jeune et un psy, la pièce vise à sensibiliser à ces thèmes, et surtout, « à trouver des pistes de solutions » pour ceux qui en souffriraient. Pas question pour Tinaël d’être donneur de leçon. Lui qui a traversé deux ans de dépression alors qu’il était au lycée, connaît trop bien le mal-être profond et chronique. S’il sait que parler peut être difficile, il sait aussi le pouvoir du théâtre pour parfois soigner les maux.

Lorsque Tinaël a découvert la scène à Sauvagnon avec la Compagnie Tout droit jusqu’au matin, « pour sortir la tête du lycée », ça a été « une révélation », ni plus ni moins. « Le théâtre est le seul endroit où je me sentais bien, parce que c’est le seul endroit où je n’étais pas moi. » Sur scène, outre son plaisir du jeu, il révèle aussi un talent certain, et décide très vite, en 2 ans et 4 spectacles amateurs, de devenir comédien.

Un sujet qu’il connaît bien : le mal-être des jeunes

Bac en poche, il se forme au Théâtre école d’Aquitaine, l’école supérieure d’art dramatique du Théâtre du Jour à Agen. « Une sacrée expérience, décrit-il. En trois ans d’école, j’ai l’impression d’avoir vécu cinq vies, le rythme était dense ». Cours au théâtre, master class, cours à la fac, mais aussi la programmation artistique du Théâtre du jour à assumer avec ses camarades de classe. « L’école proposait aussi aux élèves d’écrire et de jouer un spectacle pour enfants ». Tinaël, qui goûte assez peu les exercices trop imposés, « préfère travailler pour les ados ». Il choisit un sujet qu’il connaît bien : le mal-être. Ce sont les prémices d’Un Prévu, dont il poursuivra l’écriture et la création à la sortie de l’école, au sein du cocon bienveillant des EpiScènes.




Famille, amis,Tinaël, se sait aujourd’hui bien entouré. Pour autant, c’est seul et non sans fierté qu’il mène aussi de front les à-côtés : démarches administratives et recherches de fonds pour assurer le développement et la production artistique sur scène. L’ancien « fainéant » qu’il était, désormais motivé par sa cause et son art, a ainsi créé sa propre compagnie de théâtre, La Compagnie de l’Ange Ingénu. Sorte d’avatar révélateur des penchants d’écriture de l’artiste dont le prénom, breton, signifie « la maison de l’ange ».

Beaucoup de jeunes n’osent pas demander de l’aide car ils ne s’estiment pas légitime. Mon but, c’est d’aller leur dire qu’ils ont le droit à avoir de l’aide

Un ange, dont le projet, pas si ingénu, séduit. La maison des adolescents de Béarn et Soule d’abord, lui propose de mettre à disposition une infirmière psychiatrique et une éducatrice spécialisée « pour faire un bord de scène et répondre aux questions du public par rapport aux thématiques abordées dans la pièce », se satisfait-il. La Fondation de France, ensuite, dont il est un des récents lauréats du concours Déclics Jeunes, lui permet de bénéficier d’une bourse de 8000 euros et « d’accompagnements divers et variés » : mentorat, formation au pitch, visibilité, etc.

Ne manque qu’une carte à Tinaël pour pouvoir déployer son spectacle autant qu’il le voudrait : la confirmation de son agrément par l’Éducation Nationale, pour se produire dans les collèges et les lycées. « Beaucoup de jeunes n’osent pas demander de l’aide car ils ne s’estiment pas légitime. Mon but, c’est d’aller leur dire qu’ils ont le droit à avoir de l’aide », explique avec conviction Tinaël Parat qui a aussi imaginé « des ateliers participatifs autour du spectacle ».

Spectacle à la carte, série, film…

Afin d’être le plus pertinent possible auprès des structures qui pourraient recevoir son spectacle, Tinaël pense déjà à une évolution sous forme de spectacle à la carte, développant d’autres thématiques telles que l’addiction à la drogue ou l’homophobie. Le jeune homme imagine aussi volontiers décliner Un Prévu sous forme de série audiovisuelle. « Ça permettrait de toucher plus de gens », projette celui qui « aime à penser l’art et l’utile ».

Une idée qui rejoint ses envies à plus long terme, d’audiovisuel et de cinéma. « J’ai toujours eu beaucoup d’imagination pour inventer des histoires », confie-t-il. Il est en cours d’écriture d’une pièce pour ses jeunes élèves des EpiScènes, s’est lancé dans l’écriture d’un livre et a déjà en tête l’univers-monde de son futur premier film. Le fainéant de ses 15 ans, n’est décidément plus. Le théâtre l’a libéré et mis en mouvement pour libérer les autres.

Ça vous intéresse ?
Partagez l'article !
Copier le lien Partager sur FaceBook Partager sur Twitter Partager sur Linkedin Imprimer
Laissez vos commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Découvrez plus de GENS d'AQUI