Le nouveau Bureau Aquitaine Europe inauguré à Bruxelles sous le signe de l’union interrégionale et européenne


Aqui.fr
Copier le lien Partager sur FaceBook Partager sur Twitter Partager sur Linkedin Imprimer
Temps de lecture 2 min Nombre de vues

Publication PUBLIÉ LE 06/06/2013 PAR Solène MÉRIC

Véritable bras armé de l’Aquitaine auprès des institutions européennes, le Bureau Aquitaine Europe et son équipe de 6 personnes, dont 4 permanents, portent les intérêts de la région à l’attention des responsables communautaires. Autrement dit, il s’agit bien ici de lobbying sur des sujets aussi divers que l’avenir de la politique de cohésion, la ligne ferroviaire Pau Canfranc, la LGV Sud Europe Atlantique, la filière foie gras ou le maintien des droits de plantations. Dans ces deux derniers cas, le travail effectué par l’équipe Aquitaine, en partenariat avec d’autres régions européennes ou en soutien d’actions d’élus communautaires se sont avérés particulièrement efficaces. En effet, le système des droits de plantation un temps fortement menacé de disparaître a été reconduit, et pour l’heure, le foie gras reste à l’abri d’une législation prohibitive face aux défenseurs de la cause animale. Et ce ne sont que quelques unes des actions concrètes réalisées par les chargées de mission Marion Chauveau, Nolwenn Le Tallec ou Magali Pages, sous la Direction de Marie-Pierre Mesplède.

Entre 100 et 200 sollicitations par an

Les nouveaux locaux partagés par les régions Aquitaine, Emilie Romagne,  Wielkopolska et le Land de Hesse

Mais, outre ce lobbying, l’équipe a également pour rôle de réaliser une veille sur l’évolution des législations et dossiers européens. Et, en ces temps de renouvellement des programmes européens, la fine équipe ne manque pas de travail, «il faut suivre les négociations sur les futurs règlements, et rencontrer les bons interlocuteurs pour arriver à savoir dans quel sens le vent tournera afin d’informer au mieux nos collègues à la Région» explique Marion Chauveau. Une veille et un rôle d’information qu’elles assurent également auprès de tous les acteurs aquitains intéressés à en savoir plus sur une thématique européenne donnée. «Chaque année, nous recevons entre 100 et 200 sollicitations pour des informations» précise Nolwenn Le Tallec. Des questions tout autant venues d’acteurs publics, départements ou CUB par exemple, que d’acteurs privés concernant par exemple des dispositifs d’aides ou des appels à projet sur des programmes de recherche. «Bien souvent notre rôle est de dédramatiser la relation à l’Europe, de mettre en contact des acteurs régionaux et européens qui sont généralement très disponibles pour recevoir les acteurs du terrain» explique Marion. Autant de missions que le BEA pourra désormais assurer dans un plus grand confort, et au coeur du quartier européen bruxellois.

Une approche interrégionale uniqueCela dit, au delà de l’inauguration des locaux du BEA, c’est la démarche très européenne de cette installation qui a également été célébrée ce mercredi. En effet, outre l’Aquitaine, trois autres régions d’Etats membres de l’UE ont elles aussi pris leur place dans ce bâtiment. L’occasion pour Alain Rousset et ses homologues d’Emilie Romagne, du Land de Hesse et de la Région Wielkopolska de rappeler que «quatre régions sous un seul toit, c’est une approche interrégionale unique à Bruxelles»; une manière de favoriser «la bonne collaboration et l’efficacité» entre les quatre équipes présentes sur place. Une proximité d’ailleurs réaffirmée par la signature d’une convention commune entre les quatre Présidents. Et pour marquer le symbolisme fort de cette «cohabitation» interrégionale, José Manuel Barroso, Président de la Commission européenne, est venu en personne participer à cette inauguration félicitant les régions du message d’unité portée par leur partenariat.

Partagez l'article !
Copier le lien Partager sur FaceBook Partager sur Twitter Partager sur Linkedin Imprimer
Laissez vos commentaires
On en parle ! Nouvelle-Aquitaine À lire ! POLITIQUE > Nos derniers articles