Manon Audinet, l’espoir charentais-maritime en catamaran


La Charentaise-Maritime Manon Audinet est qualifiée pour les JO de Tokyo

Manon Audinet sur un modèle de catamaran qui l'a vu débuter, dans son club à Saint-Georges de DidonneAnne-Lise Durif

Manon Audinet sur un modèle de catamaran qui l'a vu débuter, dans son club à Saint-Georges de Didonne

Copier le lien Partager sur FaceBook Partager sur Twitter Partager sur Linkedin Imprimer
Temps de lecture 3 min Nombre de vues

Publication PUBLIÉ LE 12/04/2021 PAR Anne-Lise Durif

Elle est de retour dans son pays natal pour quelques semaines, après plusieurs sessions d’entrainement dans les Canaries. Manon Audinet, 29 ans, représentera la France aux Jeux Olympiques de Tokyo en août, catégorie Nacra 17, un catamaran avec foils dernière génération. A ses côtés, son co-équiper Quentin Delapierre, 28 ans.

Le catamaran, Manon a commencé à l’âge de 12 ans à La Rochelle, où elle est née. Puis elle a poursuivit au club de Saint-Georges-de-Didonne, près de Royan, où officiait son entraineur. C’est là qu’elle a fait ses classes de championne – elle est d’ailleurs toujours licenciée au club. Depuis, Manon a décroché deux fois une médaille d’argent en championnat d’Europe (2013 et 2020). Cette qualification pour les Jeux ne sont qu’une continuité logique à son parcours. Le duo vise évidemment le podium, et reste philosophe : « On a les capacités pour faire une bonne performance. Notre objectif, c’est de partir serein sur la ligne de départ, et ça se passera bien ». A Tokyo, c’est une série de deux fois deux jours de courses qui les attend, au rythme de trois manches par jour, avant la finale, la Medal Race. Pour Manon, la difficulté sera surtout « de gérer les temps d’attente » entre deux sessions de courses, ponctuées par une journée de repos entre chaque. Concernant la stratégie, la navigatrice ne s’inquiète pas, ils sont rodés : « Quand on prépare une course, on fait toujours un premier tour pour observer les tendances du vent, des courants et de la houle. A partir de ces données, nous décidons à quel endroit on va se placer sur la ligne de départ. C’est un choix déterminant dans le positionnement du bateau sur le plan d’eau par la suite.»

Des entrainements aux Canaries

Pour s’entraîner, les deux co-équipiers sont partis à Lanzarotte, aux Canaries. « On devait partir au Japon pour s’entraîner, mais avec la crise du Covid, ça n’a pas été possible. On nous avait dit que ce secteur des Canaries présentait des conditions similaires de mer à l’endroit où se dérouleront les JO. D’ailleurs, nous avons été très vite rejoints par une majorité des vingt équipages en lice », explique Manon. Les deux jeunes gens y sont restés en janvier et en février, puis trois semaines en mars. « Là, on est rentré pour trois semaines en France pour se reposer et voir nos proches. On continue bien sûr à se préparer mais autrement. Nous faisons au quotidien du renforcement musculaire, des exercices de cardio, des étirements et de la préparation mentale ».

Si les divers confinements et mesures sanitaires ont perturbé l’organisation, l’impact du Covid-19 reste limité. « Nous avons vu les régates s’annuler les unes après les autres. On espérait aller à la prochaine en Allemagne, elle a été annulée aussi. Bien sûr, c’est frustrant. On s’adapte. Dès qu’on peut courir à plusieurs, on le fait ! On en a tous besoin. C’est bien de faire des ronds dans l’eau, mais à un moment il nous faut faire des performances (rires) ! », raconte la vice-championne. Contrairement à d’autres athlètes, les sponsors sont restés (1), ce qui permet à l’équipe de rester sereine sur le rachat de matériel, type cordages et voiles. Le seul doute à lever reste sur la tenue des JO, déjà reportés l’an dernier. « J’ai du mal à imaginer que ça va arriver, et pourtant, ça se rapproche vite ! »


(1)    Bioimpuse et La Communauté d’agglomération Royan Atlantique, ainsi que le ministère de la Défense, Manon faisant partie avec son co-équipier de « l’armée des champions », le bataillon de Joinville. Elle est officiellement quartier maître dans la Marine et détachée de l’Armée pour représenter la France aux JO.  

Ça vous intéresse ?
Partagez l'article !
Copier le lien Partager sur FaceBook Partager sur Twitter Partager sur Linkedin Imprimer
Laissez vos commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

On en parle ! Charente-Maritime À lire ! SPORT > Nos derniers articles