Une passerelle pour la halte ferroviaire


Dans la nuit du 18 au 19 juillet, l’entreprise Fayat et SNCF ont posé la passerelle et les poteaux qui traversent la voie dans la future halte de Marsac-sur-l'Isle.

La pose de la passerelle a été la partie la plus impressionnante du chantierClaude-Hélène Yvard | Aqui

La pose de la passerelle a été la partie la plus impressionnante du chantier

Copier le lien Partager sur FaceBook Partager sur Twitter Partager sur Linkedin Imprimer
Temps de lecture 2 min Nombre de vues

Publication PUBLIÉ LE 21/07/2022 PAR Claude-Hélène Yvard

C’est une étape essentielle dans la réouverture de la halte ferroviaire de Marsac-sur-l’Isle qui est intervenue dans la nuit du 18 au 19 juillet. Les éléments de la nouvelle passerelle ont été installés. Les travaux de création des quais, des rampes, des abris voyageurs se poursuivront jusqu’au mois d’août. L’agglomération a financé 50 % des 5,3 millions de requalification de la halte, la seconde moitié provient de la Région Nouvelle-Aquitaine. Quant aux trains en gare, ils sont attendus pour décembre. Marsac-sur-l’Isle est l’un des arrêts desservis par la nouvelle navette ferroviaire entre Mussidan et Niversac.

Le rendez-vous était fixé lundi 18 juillet à 23 heures, sur le chantier de la halte ferroviaire de Marsac-sur-l’Isle. A partir du mois de décembre, cette commune de 3500 habitants de l’Ouest de l’agglomération périgourdine sera desservie par la navette ferroviaire entre Mussidan et Niversac, en service depuis le 2 juillet, dont le démarrage est prometteur.

Les élus présents sur place, la quinzaine de personnels des entreprises Fayat et SNCF sont réunis au milieu de la nuit pour vivre un événement important de ce chantier peu ordinaire. Le but est de profiter de la nuit et de la période où il n’y a pas de circulation de trains pour installer les quatre poteaux et le tablier qui reliera les quais nord et sud de la gare.

« On est ici sur un projet de réouverture de halte et de mise en accessibilité. On a une création de deux quais, de 140 mètres chacun. Particularité, la gare sera accessible des deux côtés, depuis les zones commerciales de Périgueux Ouest et depuis Coulounieix-Chamiers. Ce soir, la pose de la passerelle est un événement. Ce sont une cinquantaine de tonnes qui vont être manutentionnées en trois heures », explique Cyril Breton, chef de projet chez Fayat, l’entreprise en charge du chantier avec la SNCF. Le projet a été travaillé avec et validé par l’Architecte des bâtiments de France, en raison de la proximité de l’église du bourg du XIIe siècle.

Une opération sur trois nuits

Le “bébé” fait quand même 25 tonnes à placer à 8, 5 mètres du sol. La durée de l’opération complète est programmée pour durer 13 heures réparties sur trois nuits, la dernière étant programmée du 25 au 26 juillet.

« La principale particularité de ce chantier est que l’on se trouve dans un environnement urbain, qui a nécessité des occupations temporaires, du dialogue avec les riverains que je remercie et des exigences en termes de sécurité. Les équipes ont travaillé de jour comme de nuit.  La sécurité a été le fil rouge de l’opération. Cette nuit, l’objectif est de soulever le tablier délicatement, puis de positionner au-dessus des poteaux. Il faudra veiller à la charge que l’on impose à la grue », détaille Jérôme Thomas, directeur du projet pour SNCF gares et connexions.

« Proposer un arrêt de la navette entre Razac et Périgueux , nous paraissait pertinent. Le bassin de population, le nombre d’entreprises et la proximité de la zone commerciale devraient attirer bon nombre de voyageurs potentiels sur ce que nous souhaitons être le “RER Périgourdin” », indique Olivier Georgiades, vice-président en charge des mobilités durables au Grand Périgueux. Il faudra pourtant convaincre une partie de la population, qui exprime des réticences malgré l’augmentation des coûts de carburant. Rendez-vous en décembre pour l’arrivée du premier train en gare de Marsac depuis 2012.


Ça vous intéresse ?
Partagez l'article !
Copier le lien Partager sur FaceBook Partager sur Twitter Partager sur Linkedin Imprimer
Laissez vos commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

On en parle ! Dordogne À lire ! SOCIÉTÉ > Nos derniers articles