Une journée de partage


Ce jeudi 18 novembre, dans le cadre de l'opération nationale Duoday, l'entreprise marsacoise, PCI recevait Sébastien, une personne en situation de handicap.

Sébastien Eytier, en situation de handicap est accueilli par Christophe Razouls et Ludovic Gimaux de PCIClaude-Hélène Yvard | Aqui

Sébastien Eytier, en situation de handicap est accueilli par Christophe Razouls et Ludovic Gimaux de PCI

Copier le lien Partager sur FaceBook Partager sur Twitter Partager sur Linkedin Imprimer
Temps de lecture 3 min Nombre de vues

Publication PUBLIÉ LE 18/11/2021 PAR Claude-Hélène Yvard

L’entreprise Périgord Chaudronnerie Inox, située dans l’agglomération périgourdine a accueilli ce jeudi 18 novembre Sébastien Eytier, en situation de handicap. C’est la première fois que la petite entreprise, en proie à de grosses difficultés de recrutement, recevait une personne handicapée. Son dirigeant Christophe Razouls participait pour la première fois à l’opération nationale Duoday, qui permet à une personne en situation de handicap en recherche d’emploi de découvrir un univers professionnel. Témoignage.

Le taux de chômage des personnes handicapées a baissé d’un point en un an, même s’il reste deux fois supérieur à celui de la population active. A contrario, de nombreuses entreprises, en particulier des TPE, dans de nombreux secteurs d’activité (commerce, restauration, bâtiment, industrie) font face à d’importantes difficultés de recrutement. Le secrétariat d’état en charge des personnes handicapées a lancé le Duoday, une opération nationale qui consiste à mettre en relation, une personne handicapée avec une entreprise ou un employeur. Pour la personne accueillie, il s’agit de découvrir un métier, un employeur, amorcer un parcours d’insertion, vivre une expérience nouvelle. 

Ce jeudi 18 novembre, Christophe Razouls, gérant de l’entreprise PCI à Marsac-sur-l’Isle, accueillait Sébastien Eytier, atteint d’un handicap invisible. “Notre activité concerne à la fois les particuliers à hauteur de 60 % et l’industrie. Nous faisons beaucoup d’éléments de décoration pour les premiers et des prestations pour l’industrie du bâtiment. Aujourd’hui, nos carnets de commandes sont pleins. Notre activité est en augmentation de 20 % depuis le début du Covid. Le hausse des matières premières que nous subissons n’est pas le frein principal, ce sont les difficultés de recrutement qui pénalisent notre développement. Nous avons actuellement 4 salariés en production et un apprenti, il nous en faudrait au moins un de plus, voire deux. Je suis prêt à embaucher demain matin, mais ne nous recevons pas de CV. Ce souci de main d’oeuvre peut mettre en péril mon entreprise à terme“.

Chacun doit trouver sa place dans la société

Le gérant a entendu parlé de l’opération Duoday par une cliente. Il ne connaissait pas. “Je me suis dit pourquoi pas, chacun doit trouver sa place dans notre société. On peut toujours avoir la bonne personne qui passe notre porte. Travailleur handicapé ou aidé, on peut tomber sur un profil qui peut compléter une équipe. Mon seul a priori, quand je me suis porté volontaire, c’est d’accueillir quelqu’un qui ait ses deux bras et ses jambes et qui soit valide. On est dans un secteur d’activité où l’on porte des choses lourdes, un peu physique”.
 
Ce jeudi 18 novembre, il a accueilli Sébastien Eytier, âgé de 27 ans, atteint d’un handicap invisible. “Je suis accompagné par l’APEI de Périgueux. Nathalie Ségura, en charge de l’insertion m’a proposé de participer à cette journée. Ce secteur d’activité, je ne connais pas. C’est une découverte, pour l’instant, cela me plait.  J’ai tenté un CAP de boucher, mais mes grosses difficultés d’apprentissage ont fait que cela n’a pas fonctionné. L’école, cela a toujours été compliqué. Là, il faut aussi que je me préoccupe de passer mon permis de conduire, je me déplace en scooter”. Sébastien Eytier est ravi de cette première prise de contact.

Ludovic Gimaux, salarié de l’entreprise, est son tuteur d’un jour, son duo. ” Sébastien est arrivé à l’heure. C’est un premier point. Je l’ai mis au travail avec des choses simples à réaliser. Il n’a jamais fait. Il écoute bien les consignes.” Ludovic Gimaux a accueilli Sébastien : il est sensibilisé à titre personnel au handicap. “Moi, cela ne me dérangerait pas, d’avoir comme collègue un salarié en situation de handicap. Au départ, pour une bonne intégration, il faut faire preuve de patience, de calme, être posé dans les tâches à accomplir. Je dis pourquoi pas, pour les taches les moins complexes à réaliser, certains types de nos chantiers nécessitent un vrai savoir-faire et expertises. .” 

Ça vous intéresse ?
Partagez l'article !
Copier le lien Partager sur FaceBook Partager sur Twitter Partager sur Linkedin Imprimer
Laissez vos commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

On en parle ! Dordogne À lire ! SOLIDARITÉS > Nos derniers articles