Les cultures du monde représentées à La Galaxie des Pierres


En Saintonge, 365 sculptures monumentales vont être érigées dans un champ

Une des sculptures façonnée sur le site des Lapidiales et qui prendra place à La Galaxie des Pierres LevéesAnne-Lise Durif | Aqui

Une des sculptures façonnée sur le site des Lapidiales et qui prendra place à La Galaxie des Pierres Levées

Copier le lien Partager sur FaceBook Partager sur Twitter Partager sur Linkedin Imprimer
Temps de lecture 2 min Nombre de vues

Publication PUBLIÉ LE 19/04/2022 PAR Anne-Lise Durif

En Charente-Maritime, trois sites patrimoniaux sont dédiés à la pierre. Le premier est le musée de la pierre de Crazannes, dédié à l’histoire de l’exploitation des anciennes carrières à travers des films et une exposition. Le deuxième est un peu le Mont Rushmore de la Charente-Maritime : les Lapidiales, à Port d’Envaux. Des dizaines de sculptures sont taillées à même la roche des falaises, conçues par des artistes du monde entier.

Le troisième site dédié à la pierre de taille emblématique de la Saintonge est en cours de préparation, entre les deux autres sites, dans un champ près de Plassay. En partenariat avec le Département de la Charente-Maritime, gestionnaire du musée de la Pierre de Crazannes, la commune a dédié ce terrain de 5 hectares au projet un peu fou de l’association des Lapidiales, né dans la tête du sculpteur Alain Tennenbaum il y a vingt ans. Réunir sur un site 365 sculptures monumentales représentant les cultures du monde actuelles. Des blocs de calcaire de 2,30 m de haut seront progressivement érigés à partir du mois de juin, jusqu’au printemps 2023. Une cinquantaine d’entre elles sont déjà taillées.

« Ca fait quinze ans qu’on bosse sur la réalisation de La Galaxie des Pierres Levées », rappelle Alain Tennenbaum, père fondateur du projet et de l’association Les Lapidiales. Les Lapidiales accueillent chaque année en résidence des sculpteurs internationaux, de mai à septembre, sur leur site des Chabossières. Cet atelier est devenu en quelques années un véritable terrain de jeu pour les sculpteurs du monde entier. Leur travail continu permettra de remplacer progressivement les mégalithes bruts placés sur le site de Plassay. « Avec 7 à 8 sculpteurs accueillis par an, le site devrait être terminé d’ici 2060 », précise Alain Tennebaum. La perspective de ne pas voir son grand Œuvre achevé ne l’angoisse pas le moindre du monde. « Nous travaillons une pierre qui a 90 millions d’années », observe-t-il malicieusement, « ca fait relativiser l’importance de notre passage sur terre ».

Disposées en forme de « spirale galactique, selon le nombre d’or », ces mégalithes inviteront à la promenade et à la découverte de l’altérité culturelle. « On espère créer un espace où les visiteurs pourront percevoir plutôt que d’apprendre ce que peut ressentir un Polonais ou un Mahorais », explique Alain Tennebaum. L’association espère pas moins de 100 000 visiteurs dès cet été.

Note : Accès partiel au site à partir de juin pour assister à l’édification des pierres. Entrée par l’Echappée Nature de la Pierre de Crazannes ou par l’aire d’autoroute éponyme, sur l’A837 en venant de Saintes. 

Ça vous intéresse ?
Partagez l'article !
Copier le lien Partager sur FaceBook Partager sur Twitter Partager sur Linkedin Imprimer
Laissez vos commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

On en parle ! Charente-Maritime À lire ! CULTURE > Nos derniers articles