Canards gras : La Ferme de Beauregard récompensée d’or


Véritable institution gourmande en Haute-Vienne autour des produits du canards gras, la Ferme de Beauregard, a décroché une nouvelle médaille au concours général 2022

Pierre-Alexandre Picat, gérant avec son frère, de la Ferme de Beauregard en Haute-VienneJulie ALLEAU | Aqui

Pierre-Alexandre Picat, gérant avec son frère, de la Ferme de Beauregard en Haute-Vienne

Copier le lien Partager sur FaceBook Partager sur Twitter Partager sur Linkedin Imprimer
Temps de lecture 3 min Nombre de vues

Publication PUBLIÉ LE 05/03/2022 PAR Solène MÉRIC

Sur le Salon de l’agriculture de Paris, le stand D 141 sous le Hall 3, est un vrai petit paradis pour les amateurs de canards gras… Il attire d’autant plus l’oeil avec son macaron d’or du Concours général agricole fièrement accroché au-dessus de sa vitrine réfrigérée. Un macaron obtenu au début du Salon 2022 en récompense de l’excellence de l’un des produits proposés à la vente : le magret fumé tranché. Mais ce n’est pas le premier macaron parisien dont la Ferme de Beauregard, en Haute-Vienne, puisqu’il s’agit d’elle, peut s’enorgueillir…

« En produits bruts frais nous avons du magret, du foie gras cru, des cuisses de canard… En conserves, du foie gras, du confit, différentes recettes à base de canards… Du côté de la charcuterie nous proposons par exemple des rillettes, de la saucisse de canard, du boudin de canard, et nous avons aussi quelques produits phare, comme la figue au foie gras ou le magret fumé royal, avec un rond de foie gras au centre… » La liste non exhaustive dressée par Pierre-Alexandre Picat, gérant avec son frère, de la Ferme de Beauregard est plus qu’alléchante…

Une jolie réputation
Ces produits sont élaborés dans la pure tradition familiale depuis plus de 40 ans. Car si son frère et lui ont repris l’exploitation à leurs parents en 2011, ces derniers étaient eux-mêmes en activité depuis 1977… Une activité de gavage « exclusivement au maïs grain entier », d’abattage et de transformation sur place, qui s’est faite une jolie réputation dans leur département de la Haute-Vienne. Il faut dire qu’avec 400 canards abattus et transformés par semaine et une tournée de 9 marchés hebdomadaires sur le département sans oublier un stand permanent aux Halles de Limoges, les Picat ont fait ce qu’il fallait pour se faire connaître, sans négliger jamais « la qualité et savoir-faire artisanal », insiste Pierre-Alexandre Picat.

Un savoir-faire reconnu par deux fois désormais par le Concours général agricole de Paris. D’abord en 2019, année de leur première participation à Paris, avec une médaille d’argent pour leurs rillettes de canard au foie gras, puis cette année, pour leur troisième présence au Salon, avec la remise le 27 février dernier du macaron d’or à leur magret fumé tranché. « Ces récompenses, ça fait énormément plaisir, c’est la reconnaissance du travail effectué, et de la qualité de nos produits bien-sûr. Ca nous fait chaud au cœur et ça nous booste : on sait d’autant plus pourquoi on se lève chaque matin ! », réagit dans un grand sourire Pierre-Alexandre.

 

Tradition… et modernité !

Mais une reconnaissance au Concours général, outre évidemment la satisfaction du travail bien fait, ça compte aussi du point de vue économique, reconnaît volontiers le producteur. « Sur les rillettes, nous avons au moins fait 20% de plus pendant l’année qui a suivi la récompense. Ensuite les gens oublient un peu, mais ça permet de mettre en avant un produit. Et encore nuance-t-il, nous ne commercialisons que par la vente directe sur les marchés et notre boutique à la ferme, donc la plupart de nos clients sont déjà des habitués. Mais c’est évidemment un plus ! »

Autre apport de la récompense nationale pour la ferme de Haute-Vienne : « ça valorise l’entreprise. Ca nous permet de communiquer, on parle de nous dans la presse, et les gens peuvent aller voir nos pages sur les réseaux sociaux ou notre site internet… » Site avec une boutique de vente en ligne pour les produits en conserve… Parce que la tradition et l’authenticité n’excluent pas, loin de là, la modernité !

Site internet de la Ferme de Beauregard : www.foie-gras-fermedebeauregard.com/

 

Bonus gourmand : Un peu de Pruneau d’Agen avec votre foie gras ?

Au rayon tradition et héritage, la Maison Roucadil, située à Sainte-Vite en Lot-et-Garonne était elle aussi présente au Salon de l’Agriculture de Paris. Autour du mythique pruneau d’Agen, la Maison Roucadil perpétue depuis près de 130 ans un savoir-faire transmis de génération en génération. Pruneaux, pruneaux bio, pruneaux fourrés, pruneaux à l’Armagnac, crème de pruneaux… tout un univers gourmand qui a aussi mis l’eau à la bouche des visiteurs du Salon. Sébastien Larroque, le gérant de la Maison, nous présente cette institution en vidéo en partenariat avec Agriweb.tv.
www.roucadil.com

 



Dernier péché mignon de gourmandise : deux boules de glaces artisanales, svp!

Bienvenu Chez Fred, où, des glaces artisanales aux cornets gaufrés à la recette secrète tout est fait maison, “de A à Z” ! Et il ya du choix : 10  parfums du côté des glaces italiennes et 18 pour les glaces classiques, dont une au kiwi de l’Adour. Pas très étonnant au fond : le glacier est landais et vient depuis plus de 20 ans séduire les papilles des visiteurs du Salon de l’Agriculture de Paris ! Chantal fait les présentations gourmandes dans cette vidéo réalisée en partenariat avec Agriweb.tv dont l’équipe s’est sacrifiée, à l’heure du goûter, pour une dégustation gourmande…

 

Ça vous intéresse ?
Partagez l'article !
Copier le lien Partager sur FaceBook Partager sur Twitter Partager sur Linkedin Imprimer
Laissez vos commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

On en parle ! Haute-Vienne À lire ! SAVEURS D'AQUI ! > Nos derniers articles