44 candidats pour 4 sièges de députés de Dordogne


En Dordogne: 4 circonscriptions, 4 candidats socialistes dissidents de la Nupes

Photo d'illustration : les enveloppes destinées aux électionsAqui.fr

Photo d'illustration : les enveloppes destinées aux élections

Copier le lien Partager sur FaceBook Partager sur Twitter Partager sur Linkedin Imprimer
Temps de lecture 5 min Nombre de vues

Publication PUBLIÉ LE 10/06/2022 PAR Solène MÉRIC

Ce dimanche 12 juin, 44 candidats sont en lice pour le premier tour des élections législatives en Dordogne. Ce n’est que 3 de moins qu’en 2017, signe que l’union de la gauche, n’a pas ici vraiment porté ses fruits. En effet, l’accord Nupes conclu avec LFI ne laisse aucune circonscription au PS. 3 vont à LFI, une à génération.s écologie. En réaction, la dissidence socialiste est assumée dans les 4 circonscriptions. De là à faciliter la tâche des 4 élus sortants qui se représentent… ? Le macroniste Philippe Chassaing est candidat à sa succession dans la 1ère circonscription, de même que le député sortant Michel Delpon aussi porteur de l’étiquette « Ensemble ». Même combat, et même cause à défendre dans la 3ème circonscription pour Jean-Pierre Cubertafon. Dans la 4ème, la députée LREM sortante Jacqueline Dubois se représente, mais sans l’investiture d’Ensemble.

Première circonscription

Dans la première circonscription, le député sortant, élu de la majorité présidentielle, Philippe Chassaing, voudrait repartir pour 5 ans de députation supplémentaire. Face à lui dix autres candidats se sont déclarés sur cette circonscription qui englobe Périgueux et une partie de son agglomération jusqu’à la frontière girondine par la Vallée de l’Isle. En 2017, après une présidentielle qui avait donné Mélenchon vainqueur dans le département, c’est bien le candidat macroniste qui avait remporté la bataille suivante des législatives, laissant la candidate LFI pas si loin derrière.
Si cette année les électeurs du département ont majoritairement choisi Marine le Pen, lors du premier tour de la Présidentielle, le jeu des législatives devrait à nouveaux se jouer cette année entre le député sortant et une nouvelle candidate mélenchoniste, Pascale Martin, investie par la Nupes. Un duel, déjà pré-annoncé par les observateurs qui croient peu dans les chances du candidat RN, Williams Ambroise, en raison de son manque d’enracinement local, pas plus que dans celles des candidats des partis plus traditionnels. Ce n’est pourtant les concernant, pas faute d’essayer. Tant pour Elisabeth Marty, rassemblant largement sous son nom des LR jusqu’au centre, que pour Floran Vadillo, élu de Périgueux, socialiste en dissidence, qui compte notamment sur les soutiens appuyés de sa maire, Delphine Labails, et de la majorité départementale pour tenter de jouer les trouble-fête.

Les 12 candidats :

  • Lise Khelfaoui (LO) 
  • Emmanuelle Jean (Parti animaliste)
  • Williams Ambroise (RN)
  • Pierre Melo (divers)
  • Cécile Chrétien (écologiste indépendante)
  • Floran Vadillo (divers gauche ex-Parti socialiste )
  • Philippe Chassaing, député sortant (Renaissance-Ensemble)
  • Pascale Martin (LFI-Nupes ) 
  • Isabelle Leglu (Mouvement de la ruralité )
  • Pascale Léger (Reconquête !)
  • Patrice Reboul (PRG)
  • Élisabeth Marty, (LR – UDI – NC)

 

Deuxième circonscription

Dans le Bergeracois, ils sont 10 à candidater au premier tour des élections législatives. Parmi eux, Michel Delpon, le député sortant vise la réélection. Peu importe le mauvais coup pris par le candidat Macron lors de la récente présidentielle, et le constat dans cette circonscription, plus qu’ailleurs dans le département, d’une montée toujours continue et forte du RN. En 2017 déjà, c’est entre LREM et RN que c’était joué le 2nd tour. Le candidat RN n’est plus le même mais celui qui le remplace, Serge Muller, c’est déjà connaître des électeurs lors des dernières élections départementales. De son côté, si Michel Delpon n’est pas le favori des élus locaux, son surnom de « Monsieur Hydrogène », dont il s’est fait un des premiers défenseur à l’Assemblée nationale parle sans doute sur le territoire.
Autre point favorable pour le sortant : le départ en lignes dispersées de la gauche. Michèle Roux, Insoumise, candidate de la NUPES doit faire avec la candidature pour le moins gênante de Christophe Cathus, conseiller régional socialiste, appuyé dans son combat électoral par son président Alain Rousset. Un Christophe Cathus qui pour mémoire, était le suppléant PS de la députée Verte, Brigitte Alain, battue en 2017 par « Monsieur Hydrogène ».


Les 10 candidats :

  • Cédric Ulian (Parti animaliste)
  • Michel Delpon, député sortant (Renaissance – Ensemble)
  • Serge Muller (RN)
  • Christophe Cathus (Divers Gauche – socialiste)
  • Michèle Roux (LFI – Nupes)
  • Aurélien Delfour (LR)
  • Amandine Legros (Mouvement de la ruralité)
  • Hervé Prats, sans étiquette
  • Nathalie Ballerand (Reconquête !)
  • Jonathan Almosnino (LO)

Troisième circonscription

Dissidence toute, sur la 3ème circonscription de Dordogne. Sur cette circonscription du Nontronnais, au terrain plutôt favorable à la gauche, le candidat Jean-Pierre Cubertafon, député sortant de la majorité présidentielle, pourrait se satisfaire de constater la division de la gauche. D’un côté, la candidature Nupes, portée par Cyril Girardeaux venu de LFI, de l’autre celle du socialiste dissident et défenseur de l’occitan de Martial Peyrouny, fortement appuyé par les élus locaux. Le sortant pourrait d’autant plus se satisfaire de cette division qu’il ne doit sa victoire en 2017, qu’à guère plus de 650 voix d’écart avec la députée sortante d’alors, la socialiste Colette Langlade.
Celà dit, si rien n’est pour autant joué sur sa gauche, il a lui aussi son dissident macroniste en la personne de Guillaume Gardillou, fraîchement arrivé en Dordogne mais candidat auto-déclaré de longue date (avant le sortant) « pour la majorité » présidentielle dans la course à la députation. Division aussi à l’extrême droite où, comme dans de nombreuses circonscriptions le RN se lance dans la course face à un candidat Reconquête. Ajouter à cela, la candidature LR, de Myriam Thomasson, qui, en l’absence d’autres candidats, veut rassembler droite et centre. Au total, un premier tour au jeu plutôt ouvert.

 

Les 11 candidats :

  • Adélaïde Jorand, sans étiquette
  • Jacques Decoupy, Lutte ouvrière (LO) 
  • Cyril Girardeau, Nupes, (LFI – Nupes) 
  • Myriam Thomasson, (LR) 
  • Martial Peyrouny, (Divers Gauche dissident socialiste) 
  • Antoine Coutou, (Reconquête !) 
  • Florence Joubert, (RN) 
  • Guillaume Gardillou, (sans étiquette) 
  • Céline Laval, (Parti animaliste) 
  • Jean-Pierre Cubertafon, député sortant (Ensemble) 
  • Laurence Desmartin, (le Mouvement de la ruralité)

Quatrième circonscription :

Dans la 4ème circonscription, comme ailleurs en Dordogne, pas d’union autour de la Nupes, mais bien une division nette de la part des socialistes, pas convaincus par le candidat de Génération.s, Sébastien Peytavie, officiellement investi. C’est Christian Teillac, vice président du Conseil départemental, qui se charge d’assumer la dissidence, avec le soutien appuyé et enthousiaste de Germinal Peiro. L’homme de Montignac ne manque donc pas de notoriété en ces terres Sarladaises.
Celle qui n’en manque pas non plus c’est Jacqueline Dubois, députée sortante (LREM) que la majorité présidentielle n’avait pourtant pas voulu investir cette année, lui préférant l’ex LR converti à Renaissance, Jérôme Peyrat, pourtant lui-même perdant dès le premier tour, sur la même circonscription, lors de l’élection législative 2017. Un candidat qui ne l’est plus, suite à la polémique autour de sa condamnation pour violence conjugale, laissant le champ (plus) libre à la sortante partie, en conséquence de son éviction, sous la bannière de « l’alliance des centres ».
Sur une circonscription où l’on a soutenu Emmanuel Macron plus qu’ailleurs lors de la Présidentielle, Jacqueline Dubois aura aussi sur sa route, Basile Fanier qui a la confiance de LR, et s’est fait connaître notamment lors de la campagne des municipales 2020, échouant de très peu à faire tomber Jean-Jacques de Peretti de son fauteuil de maire de Sarlat.


Les 11 candidats :

  • Éric Garnier, (divers gauche)
  • Sébastien Peytavie, (Génération. s, Nupes)
  • Stéphane Roudier, (divers gauche)
  • Laurence Trapy-Joinel, (Parti animaliste)
  • Nécati Yildirim, (LO)
  • Jacqueline Dubois, députée sortante, (Alliance centriste)
  • Anne-Laure Maleyre, (Reconquête !)
  •  Ludivine Le Berre, (RN)
  • Frédérique Rouyard, (Les Patriotes)
  • Christian Teillac, (Divers gauche, socialiste dissident)
  • Basile Fanier, (LR)
Ça vous intéresse ?
Partagez l'article !
Copier le lien Partager sur FaceBook Partager sur Twitter Partager sur Linkedin Imprimer
Laissez vos commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

On en parle ! Dordogne À lire ! POLITIQUE > Nos derniers articles