Innovations : les planches surfent sur l’éco-conception


Berceau du surf, la Nouvelle-Aquitaine est la région qui compte le plus de pratiquants. Le secteur pèse ici près de 2 M€ de chiffre d'affaires, 4000 emplois et 400 entreprises. Certaines se démarquent et misent sur l'innovation. Voici deux exemples.

Helene Cascarino

Le coeur des planches Wyve est composé "d'un matériau 100% biosourcé".

Copier le lien Partager sur FaceBook Partager sur Twitter Partager sur Linkedin Imprimer
Temps de lecture 3 min Nombre de vues

Publication PUBLIÉ LE 03/01/2023 PAR Manon Gazin

Proposer aux surfeurs une alternative durable dans la pratique de leur sport : voilà l’objectif de Nomads Surfing, selon Basile Gentil, co-fondateur de l’entreprise. Fondée en 2017, la marque bordelaise conçoit des planches dont les noyaux sont composés de pains de mousse EPS. Autrement dit du polystyrène, une matière recyclable. Des résines époxy biosourcées viennent s’ajouter à la fabrication des modèles.  En tout, 10 modèles de planches sont proposés sur le site, de toutes les dimensions et tous les niveaux. 

Et côté accessoires, ce sont des matériaux en fin de vie qui sont utilisés. Leurs ailerons sont en filets de pêches recyclés, et fabriqués à Thiers (Puy-de-Dôme). Les traction pads sont eux fabriqués en bouchons de vin recyclés, à Souston (Landes). Enfin, leurs leash prennent vie à partir de ceintures de sécurité récupérées dans des casses automobiles, ainsi  que de combinaisons néoprènes de surfs clubs et d’écoles de surf. 

Clovis Durand-Moldawan

Parmi ses modèles, Nomads Surfing propose une planche en lin.

90% de nos planches sont fabriquées au Portugal“, explique Basile Gentil. Un choix qui n’a pas été fait par hasard : “L’industrie du surf et la fabrication des planches y sont très développées et évoluées“, souligne-t-il. Les 10% restants correspondent aux planches conçues sur-mesure, qui sont fabriquées à Biarritz. 

Selon le co-fondateur de la marque, cette dernière situe son offre “entre le milieu et le haut de gamme”. La majeure partie de leurs planches coûtent “entre 700 et 800 euros”. Pour les modèles tels que les longboards ou les planches en lin, il faut s’apprêter à débourser “entre 800 et 1100 euros”

Si l’ADN de l’entreprise est de “produire localement en Europe et en France”, l’objectif de cette dernière est clair : “Nous voulons nous imposer comme le leader du surf éco-responsable en Europe“, affirme Basile Gentil. “Nous sommes en train de nous développer auprès des pays du Benelux, ainsi qu’au Portugal, en Espagne et en Italie“.

Des planches éco-responsables imprimées en 3D

“Des planches performantes, durables dans le temps et éco-conçues” : voilà l’idée de Wyve. Fondée fin 2019 et basée à Anglet, l’entreprise conçoit des planches qui prennent vie grâce à l’impression 3D. Un choix unique dans la région : “Cela permet d’être plus précis dans la fabrication“, explique Sylvain Fleury, co-fondateur de Wyve. “Et de contrôler de nouveaux paramètres de performance mécanique qu’on ne pouvait pas maîtriser avec la méthode traditionnelle.” 

Et la marque n’échappe pas à  la règle de l’éco-conception : Le coeur de la planche est un matériau 100% biosourcé, fait à partir de canne à sucre : le PLA. Cela représente 50% de la matière utilisée. Et la coque extérieure est faite de fibre de verre, et de résine à 45% biosourcée”, affirme Sylvain Fleury. 

Clara Groussin

Les planches Wyve sont fabriquées dans les locaux de Wyve, à Anglet, grâce à l’impression 3D.

La marque, qui affirme s’adresser aux surfeurs dès le “niveau intermédiaire” propose deux offres : les planches sur mesure et le “portfolio” d’une cinquantaine de modèles déjà conçus. Pour profiter d’une planche, il faut compter entre 650 et 850 euros. 

Wyve projette de doubler sa capacité de production “dès début 2023” grâce à l’agrandissement de son atelier. Et sur le long terme, l’objectif est de se développer à l’international, notamment aux Etats-Unis et en Australie. L’idée ? “Créer des mini-usines qui sont à l’intermédiaire entre l’artisanat et les nouvelles technologies”, souligne le co-fondateur de l’entreprise. 

En termes d’éco-conception, nous avons déjà fait un grand pas. Notre différence va porter sur la technicité“, affirme Sylvain Fleury. En effet, Wyve souhaite à présent miser sur la performance et l’usage des planches. “Chercher de nouvelles technologies autour de l’éco-conception, c’est aussi un levier de différenciation techniques et sportives dans le cadre du surf“, explique le co-fondateur de la start-up. 

Infos pratiques !

 

Site internet Nomads Surfing : nomads-surfing.com

Site internet Wyve : wyvesurf.com

 

Ça vous intéresse ?
Partagez l'article !
Copier le lien Partager sur FaceBook Partager sur Twitter Partager sur Linkedin Imprimer
Laissez vos commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

On en parle ! Nouvelle-Aquitaine À lire ! SPORT > Nos derniers articles