Mieux appréhender la gestion des milieux aquatiques


Trouver un équilibre entre la protection des milieux aquatiques et la satisfaction des usages du Bassin de Haute-Dronne est l'objectif de la convention signée jeudi.

Bernard Vauriac, président du Parc, Germinal Peiro, président d'Epidor et Michel Andrieux, président du syndicat de rivièresCD24

Bernard Vauriac, président du Parc, Germinal Peiro, président d'Epidor et Michel Andrieux, président du syndicat de rivières

Copier le lien Partager sur FaceBook Partager sur Twitter Partager sur Linkedin Imprimer
Temps de lecture 2 min Nombre de vues

Publication PUBLIÉ LE 21/01/2022 PAR Claude-Hélène Yvard

Le Parc naturel régional Périgord Limousin, le syndicat mixte de rivières du bassin de la Dronne et l’établissement public Epidor ont signé ce jeudi 20 janvier une convention de partenariat relative à la gestion des milieux aquatiques et à la prévention des inondations du Bassin de la Haute-Dronne, qui concerne le nord du département de la Dordogne. Ce texte valable valable cinq ans a pour but de coordonner les actions visant à restaurer la continuité écologique et à améliorer la qualité de la ressource en eau.

Une convention de partenariat entre le Parc naturel régional Périgord Limousin, le Syndicat mixte de rivières du bassin de la Dronne et l’Etablissement public territorial du Bassin de la Dordogne Epidor a été signée ce jeudi 20 janvier à Périgueux.

D’une durée de cinq ans, le texte doit permettre de mieux coordonner les actions des trois partenaires dans la gestion des milieux et la prévention des inondations. Epidor apporte son appui technique et assure la coordination de la gestion équilibrée de la ressource en eau à l’échelle du bassin versant. Le syndicat de rivière gère depuis de nombreuses années l’entretien des berges et les aménagements. Sur sa partie amont, des sources jusqu’à Brantôme, plusieurs acteurs travaillent à la préservation de la rivière Dronne et collaborent pour mettre en œuvre des actions de restauration et de protection des milieux aquatiques. “Notre ambition commune, est de trouver un équilibre entre la protection des milieux aquatiques et la satisfaction des usages.” 

38 kilomètres de cours d’eau

Nous intervenons sur la partie Haute-Dronne, qui concerne 38 kilomètres de cours d’eau. C’est une zone sur laquelle, la rivière a été abimée”, précise Bernard Vauriac, le président du Parc. Pour mémoire, la Dronne prend sa source en Haute-Vienne, à Bussière-Galant, et s’écoule sur 200 km à travers prairies, landes, forêts et cultures, avant de rencontrer l’Isle à hauteur de Coutras-en-Gironde. Cette rivière majestueuse, qui appartient au bassin de la Dordogne reconnu réserve de biosphère par l’Unesco, est remarquable par sa nature préservée.

Elle accueille des espèces protégées au niveau européen comme le Vison d’Europe, l’Anguille européenne ou encore la Grande mulette. Elle héberge également la plus importante population de moules perlières de France. “Parmi les exemples d’actions entreprises, on peut citer le programme Life de préservation de cette espèce menacée de disparition. Elle constitue un excellent indicatif de la qualité de l’eau. Le programme mené avec l’université de Bordeaux, vise à préserver la population de moules perlières qui est à nouveau en progression, d’améliorer les connaissances de cette espèce, de restaurer la continuité écologique sur la Dronne et de sensibiliser aux enjeux de conservation”, explique le président du Parc régional. 

Cette signature fixe les modalités de cette collaboration et les engagements de chacun de ces acteurs. Le texte signé pour cinq ans, précise les possibilités d’intervention de chaque acteur dans le cadre de la compétence « Gestion de l’Eau, des Milieux Aquatiques et de la Prévention des Inondations » (GEMAPI).

Ça vous intéresse ?
Partagez l'article !
Copier le lien Partager sur FaceBook Partager sur Twitter Partager sur Linkedin Imprimer
Laissez vos commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

On en parle ! Charente À lire ! ENVIRONNEMENT > Nos derniers articles