La Safer mobilise pour installer de jeunes agriculteurs


Dans les Landes, le ratio annuel de l'installation agricole est d'environ 100 jeunes installés pour un peu plus de 200 départs par an. Le compte n'y est pas. La Safer appelle à la mobilisation collective pour relever le défi.

Lors de la CDFR, le public assis dans la salle plénière de la CCI de Mont-de-Marsan écoute les interventions de Jean-Michel Anaclet, président du comité technique de la Safer des Landes, de Bruno Lacrampe directeur de la Safer des Landes ainsi que les témoignages de Philippe Laborde agriculteur cédant et Rémi Laffargue jeune agriculteur installé à Retjons.Solène MÉRIC | Aqui

Lors de sa conférence départementale du foncier rural dans les Landes, la Safer Nouvelle-Aquitaine a fait passer le message "jouons collectif" pour faciliter l'installation de jeunes agriculteurs

Copier le lien Partager sur FaceBook Partager sur Twitter Partager sur Linkedin Imprimer
Temps de lecture 2 min Nombre de vues

Publication PUBLIÉ LE 13/10/2022 PAR Solène MÉRIC

Une installation pour deux départs, le compte n’est pas bon. « C’est un risque pour les territoires et filières du département. Notamment pour l’élevage, c’est une grosse partie de la richesse de notre territoire qui disparaît », alerte François Darbo, président de la Commission installation/transmission de la Chambre d’agriculture des Landes. Un sujet, pour ne pas dire une urgence de l’installation, loin d’être propre au département des Landes et que la Safer Nouvelle-Aquitaine remet inlassablement sur l’établi, volontairement mobilisatrice sur le sujet.

Preuve en est, ses conférences départementales du foncier rural qui incitent en la matière à « jouer collectif » et invitent à entrer dans le cercle, tant, élus professionnels, collectivités, État, banques, et structures professionnelles, que porteurs de projets et cédants. Objectif : un échange fluide sur les enjeux et les moyens permettant de répondre au défi. Mieux encore, une invitation à l’action collective et coordonnée, en fournissant la preuve par l’exemple que l’alliance des acteurs, ça fonctionne.

Une prise de risque (…) sauf à trouver d’autres partenaires

Lors de la CDFR landaise, c’est l’installation de Rémi Laffargue à Retjons qui a été mise en avant. Mettant en musique plusieurs outils Safer d’accès au foncier, mais aussi l’accompagnement de la chambre d’agriculture, ainsi qu’une implication forte de la commune quant au maintien d’agriculteurs sur son territoire, le projet d’installation du jeune homme, originaire du village, a pu se faire.

Une installation hors cadre familial sur 85 ha en grandes cultures. Dans le détail, 30 ha ont été achetés via la Safer, 10 ha sont en bail avec le cédant, et 35 ha entrent dans le cadre d’un bail communal et 10 ha font l’objet d’un portage Safer en partenariat avec la Région et le Crédit agricole Aquitaine.


Ce dispositif de portage, proche d’une location-vente, permet de différer de 10 ans, l’investissement lié à l’achat de ces 10ha foncier. Un atout pour Rémi Laffargue qui devra solder ce portage dans 3 ans désormais. « Pour la Safer, c’est une prise de risque car elle a une sécurité financière à assumer », appuie Bruno Lacrampe qui nuance : « sauf à trouver d’autres financeurs ou partenaires ».

Travailler ensemble et “ne pas ré-inventer l’eau chaude”

Une évolution des outils qu’encourage également Jean-Michel Anaclet, président du comité technique départemental de la Safer, concernant la question économique du financement. « Il y a un panel de projets d’installation très diversifié, allant de 2 à 200 hectares. Beaucoup de structures en vente en l’état ne sont pas accessibles à des installations. Y compris pour des transmissions familiales. Il faut réinventer des schémas d’installation avec de nouveaux partenaires. Sous forme sociétaire ? Via des financements participatifs ? Des fonds de portage ? ».  Place à l’imagination… l’important étant « que tout le monde se mette autour de la table car l’installation, ça intéresse tout le monde, y compris les collectivités », appuie-t-il.

« Savoir faire évoluer les outils constamment », est un impératif qui ne se pose pas qu’en matière économique, suggère Bruno Lacrampe, étonné que certaines associations engagées sur le sujet de l’installation agricole, connaissent encore peu ou mal la Safer et ses outils. Il propose par exemple « la création d’un guichet unique pour éviter que certains ne ré-inventent l’eau chaude en matière d’accès au foncier ».  Encore, jouer uni et collectif, sans oublier la complexe et si humaine dimension de la transmission. Car l’une ne va pas sans l’autre.

Infos pratiques !

Les prochaines Conférences Départementales du Foncier Rural organisées par la Safer Nouvelle-Aquitaine se tiennent :

le 13 octobre à Huart-Cize pour la CDFR 64

          – le 15 novembre à Saintes pour la CDFR 17

Ça vous intéresse ?
Partagez l'article !
Copier le lien Partager sur FaceBook Partager sur Twitter Partager sur Linkedin Imprimer
Laissez vos commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

On en parle ! Landes À lire ! AGRICULTURE > Nos derniers articles