Le Crédit agricole Aquitaine et Alliance forêt bois


Vendredi dernier marquait la fin ou presque d'une semaine de chantier forestier sur le site d'Aire-sur-l'Adour. 2200 plants ont été plantés sur près d'un hectare

Plantation d'une forêt résiliente sur le site aturin de Crédit Agricole AquitaineAqui.fr

Plantation d'une forêt résiliente sur le site aturin de Crédit Agricole Aquitaine

Copier le lien Partager sur FaceBook Partager sur Twitter Partager sur Linkedin Imprimer
Temps de lecture 4 min Nombre de vues

Publication PUBLIÉ LE 30/11/2021 PAR Solène MÉRIC

Vendredi 26 novembre dans l’après-midi, c’est une activité pour le moins inattendue qui se déroulait sur le site du Crédit agricole Aquitaine d’Aire-sur-l’Adour dans les Landes. Salariés et membres du Conseil d’administration avaient troqué leurs chaussures de ville contre une paire de bottes, et leurs ordinateurs, carnets et stylos contre une bêche. Et pour cause, sous les bons conseils de Jérémy Bras, forestier au sein d’Alliance Forêt Bois, l’heure était, dans la bonne humeur, à la plantation d’une forêt résiliente, sur un hectare de terrain disponible sur le site même de l’établissement bancaire.

Signe que les temps changent ; là où les années 80 et 90 imaginaient des terrains de foot ou de basket à proximité des lieux de travail, les années 2020, et l’urgence de lutter, ou en tout cas d’amoindrir, les effets du changement climatique, voient pousser des forêts. C’est en synthèse ce à quoi ont participé en fin de semaine dernière des salariés et membres du conseil d’administration du Crédit Agricole Aquitaine.

“Bon pour la planète”
Sur ce terrain aturin d’environ un hectare de pelouse, ou plus personne ne joue au foot depuis bien longtemps, ce sont une trentaine d’espèces d’arbres qui vont bientôt y grandir et se développer. Une initiative née de la conjonction de plusieurs réflexions, explique Patrice Gentié, président du Crédit Agricole Aquitaine.

« D’abord, bien sûr, il y a l’opportunité d’avoir ce terrain, ensuite, il y a la démarche de responsabilité sociale et environnementale de l’entreprise au nom de laquelle nous menons beaucoup d’actions variées, et enfin, nous sommes un acteur majeur sur la filière bois… Cette action est au croisement de ces différents éléments : c’est bon pour la planète en termes de captation carbone et c’est un moment sympa avec les salariés qui nous permet de valoriser notre terrain et qui s’inscrit totalement dans notre action quotidienne de soutien à la filière. C’est typiquement un projet vertueux et désintéressé », dont l’investissement aura couté une enveloppe d’environ 10 000 € à la Caisse régionale. Autre symbole, ce sont 2200 plants qui ont été plantés, peu ou prou le nombre de salarié de l’entreprise…

Patrice Gentié, président du Crédit Agricole Aquitaine en pleine plantation d'un cyprès sous l'oeil du technicien forestier Jérémy Bras, concepteur de cette future forêt résilienteAqui.fr

Patrice Gentié, président du Crédit Agricole Aquitaine en pleine plantation d’un cyprès sous l’oeil du technicien forestier Jérémy Bras, concepteur de cette future forêt résiliente

Salariés, voisins et partenaires
Une action mise en œuvre aussi grâce à des partenaires locaux, souligne-t-il : « l’agriculteur voisin est venu en début de semaine préparé le sol pour permettre les plantations ; le pépiniériste Nodet, qui est un client, nous a fourni les plants ; l’Alliance Forêt bois, qui est un pertenraire de la filière, a conçu ce boisement ; ou encore la Maison Familiale et Rurale d’Aire sur l’Adour dont une quinzaine de jeunes de classe de 4ème est venue participer au boisement ce matin, et pourra en suivre l’évolution ». Des jeunes qui ont particulièrement apprécié l’initiative, assure avec en enthousaisme le directeur de la Maison Familiale et Rurale, présent aussi dans l’après-midi.

Mais, à chacun son métier, les conseillers ou cadres de la banque n’étant pas forestiers, elle a associé la coopérative forestière Alliance forêt bois « dès la réflexion initiale sur le projet », assure en effet Karine Fonseca, directrice du site montois de la coopérative. « C’est notre métier que de conseiller des clients sur un projet forestier, qu’il s’agisse de reboisement, d’exploitation ou d’accompagnement en termes d’assurance par exemple » détaille-t-elle.



Multifonctionnalité et résilence de la future forêt
Concernant le projet du site de la banque verte, c’est le forestier Jérémy Bras qui en a été chargé. « Pour créer cette forêt, je me suis inspiré des forêts naturelles qui allient charmes et chênes ». Mais le raisonnement a été poussé bien plus loin avec la recherche d’assurer une « multifonctionnalité » à cette future petite forêt, pensée avant tout comme « une forêt résiliente » face au changement du climat. Avantage du terrain: un sol de limon, plus facile à occuper que l’argile auquel il pensait devoir faire face.

Pour pouvoir résister aux futures sécheresses, parmi la trentaine d’espèces d’arbres sélectionnée pour constituer et peupler le futur espace forestier, Jérémy Bras a donc pris soin de choisir plusieurs variétés de chênes (liège, vert, blanc) mais aussi des cyprès colorés ou encore des cèdres, à la fois majestueux et résistants. Mais il fallait aussi « penser à la biodiversité », avoir une forêt habitée notamment d’oiseaux. Pour les attirer, le forestier a opté pour la plantation d’un certain nombre de fruitiers forestiers dont des aubépines, du sureau, des poiriers communs ou des pommiers sauvages, tout deux mellifères, comme cinq autres espèces d’arbres plantées sur le terrain. Un atout de plus pour la biodiversité et pour les abeilles des ruches, dont le site du Crédit agricole est déjà équipé.

De la hauteur

Mais pour que cette forêt ressemble vraiment à une forêt avec de la hauteur, le forestier passionné et intarissable, a aussi prévu de planter des arbres à haut jet, permettant d’avoir une stratification verticale, tels que le charme ou encore l’érable plane « lui aussi très mellifère », assure Jérémy Bras. Dernier point dans l’architecture de la forêt à venir, « l’implantation de petites essences permettant de gainer les arbres au pied pour que ceux-ci cherchent à développer leur cime plutôt leurs branches basses ». Une astuce de forestier mis en œuvre par la plantation d’églantiers, de troènes (un mellifère de plus…), d’ormes champêtres ou encore de noisetiers.

Autant d’espèces variées et complémentaires qui permettront même en cas de coup dur, et notamment de sécheresses, qu’il y a ait toujours un boisement fournis sur cet espace, garantit le forestier.

Pour l’heure, évidemment, rien de bien spectaculaire. Les plants étant encore très jeunes, chaque plantation est entourée d’une toile de jute dont la vocation pour les trois prochaines années est d’éviter que les arbres et arbustes en devenir ne soient trop embêtés par la concurrence herbacée. Si Jérémy Bras, promet une forêt « résiliente, colorée et jolie », il faudra tout de même avant ça un peu de patience… Car le temps des arbres n’est pas tout à fait celui des hommes si pressés soient-ils de voir le résultat de leur plantation !

Les plants en cagette attendent de trouver leur place sur le terrain du crédit agricole aquitaineAqui.fr

Les plants en cagette attendent de trouver leur place sur le terrain du crédit agricole aquitaine

Ça vous intéresse ?
Partagez l'article !
Copier le lien Partager sur FaceBook Partager sur Twitter Partager sur Linkedin Imprimer
Laissez vos commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

On en parle ! Landes À lire ! ENVIRONNEMENT > Nos derniers articles