La production d’électricité croît de 20 % sur les barrages


En Dordogne, les barrages de Bergerac, Mauzac et Tuilières répondent aux besoins de 70 000 habitants. Celui de Tuillères, en activité depuis 1908 est le plus important.

Le barrage de Tuilières sur la Dordogne est le plus important géré par EDFClaude-Hélène Yvard

Le barrage de Tuilières sur la Dordogne est le plus important géré par EDF

Copier le lien Partager sur FaceBook Partager sur Twitter Partager sur Linkedin Imprimer
Temps de lecture 3 min Nombre de vues

Publication PUBLIÉ LE 28/02/2022 PAR Claude-Hélène Yvard

Sur la vallée de Dordogne, la production d’hydroélectricité représente 3046 GWh, soit l’équivalent de la consommation annuelle d’1,25 million d’habitants. Les trois grands barrages du Bergeracois (Bergerac, Mauzac et Tuilières) répondent aux besoins d’une population de 70 000 personnes. L’an dernier, grâce à une année pluvieuse, ils ont généré une production électrique en augmentation de 20 %. EDF a investi 20 millions d’euros dans les travaux de maintenance et d’exploitation. EDF soutient aussi l’économie locale et répond à ses obligations environnementales grâce à des partenariats locaux.

Année pluvieuse, année heureuse, pour EDF et sa production d’hydroélectricité. Sur la vallée de la Dordogne, EDF Hydro exploite 58 barrages et 28 centrales hydroélectriques, regroupés dans le groupe d’exploitation hydraulique qui emploie trois cents agents. Il concerne  cinq départements : Corrèze, Cantal, Dordogne, Lot et Puy-de-Dôme.

13 mètres au pied du barrage
Dans le département de la Dordogne, les barrages de Bergerac, Mauzac et Tuilières répondent aux besoins en électricité de 70 000 habitants. Le plus important est celui de Tuilières, construit entre 1905 et 1908. La retenue du barrage de Tuilières s’étend sur une distance de 8 km, depuis le barrrage jusqu’à environ 800 m en aval du pont de la RD 29 à Lalinde. Le retenue d’eau présente une profondeur de 13 mètres au pied du barrage, couvre une surface de 75 ha et représente un volume d’eau de 5 millions de m3.

“L’an dernier, nous avons assisté à un phénomène pluviométrique qui se produit environ tous les vingt ans. Nous avons géré notamment deux crues, une début février sur la Vézère, la Maronne et la Dordogne, et l’autre le 14 juillet sur la Vézère. Cette pluviométrie a permis de générer 20 % d’énergie hydroélectrique en sus par rapport à une année moyenne”, explique  Vincent Marmonier, directeur d’EDF Hydro Dordogne. “Les apports ont été conséquents avec des débits entrants de 500m3/ s, pour une restitution de 180 m3/s.” Explication : chaque mètre cube ne génère pas systèmatiquement son équivalent brut en énergie électrique. EDF doit répondre à un certain nombre d’obligations environnementales et de préservation des ressources et de la biodiversité.

Quentin Viaud, responsable de l’équipe de maintenance, Gérard Garrigue, responsable du groupement d’usines de Tuilières, et Vincent Marmonier, directeur d’EDF hydro Dordogne

Gestion concertée des usages

Une de nos missions est la gestion concertée des usages de l’eau, poursuit Vincent Marmonier. Nous devons veiller avec nos partenaires à la bonne répartition de la ressource, selon les différents besoins, agricoles, liés aux activités touristiques. EDF Hydro Dordogne noue un certain nombre de partenariats locaux dont les deux plus notables pour la Dordogne sont ceux avec l’association MIGADO, pour le suivi piscicole des populations de saumons, d’aloses et d’anguilles, mais aussi pour les visites pédagogiques des ouvrages de Tuilières à destination du grand public et des scolaires, et la fédération de pêche de la Dordogne.

Soutien à l’économie locale

EDF mène aussi des actions à l’accompagnement territorial avec, notamment au cours de l’année 2021, un prêt participatif de 200 000 euros à la Corderie de Palus, située à Saint-Pantaléon-de Larche(19), pour favoriser son développement économique avec à la clef la création de cinq emplois.
EDF hydro Dordogne soutient aussi les Ateliers Férignac, artisan d’art depuis plus de 80 ans et reconnus comme « entreprise du patrimoine vivant ». Installée depuis 1929 dans la commune de Hautefort (1200 habitants) en Dordogne, l’entreprise a su se développer en mettant en avant ses savoir-faire d’exception dans la rénovation du patrimoine aussi bien en charpente, ébénisterie, menuiserie et agencement d’espace. Parmi ses nombreuses réalisations, l’entreprise a notamment travaillé pour la basilique de Lourdes, le mobilier des palais de justice de Paris et Marseille, la rénovation du château du Bosq, le mobilier du Château Petrus ou encore la restauration du château de Hautefort.

Après un premier soutien financier en 2018 lors du rachat de l’entreprise, EDF Hydro Dordogne accompagne les Ateliers Férignac dans le cadre de leur projet de diversification avec un prêt participatif de 150 k€ accordé fin 2020 et qui doit leur permettre de créer quatre emplois supplémentaires et d’accompagner la prospection commerciale en ligne.

Ça vous intéresse ?
Partagez l'article !
Copier le lien Partager sur FaceBook Partager sur Twitter Partager sur Linkedin Imprimer
Laissez vos commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

On en parle ! Corrèze À lire ! ÉCONOMIE > Nos derniers articles