La journée de l’élevage : une journée pour rassembler


200 animaux seront présents place de la Hourquie à Morlaàs (64) pour la journée de l'élevage et de l'innovation. Un temps fort pour la race Blonde au niveau du département.

La journée de l'élevage se tient le 10 septembre à Morlaàs - photo d'archiveChambre d'agriculture 64

La journée de l'élevage se tient le 10 septembre à Morlaàs - photo d'archive

Copier le lien Partager sur FaceBook Partager sur Twitter Partager sur Linkedin Imprimer
Temps de lecture 3 min Nombre de vues

Publication PUBLIÉ LE 08/09/2022 PAR Solène MÉRIC

Après son édition basque à Saint-Palais, le grand rendez-vous de l’élevage dans les Pyrénées-Atlantiques revient cette année et comme le veut la tradition, côté béarnais, à Morlàas, ce samedi 10 septembre. Tradition aussi, c”est sur la place de la Hourquie, site historique de foires aux bestiaux, que s’installeront animaux et éleveurs pour cette journée dont le fil rouge et temps fort est le concours départemental de la race Blonde d’Aquitaine. Mais pas seulement ; des équins et d’autres races bovines seront présents ainsi que des exposants présentant sur les dernières innovations.

Avec 140 animaux en lice, et malgré un contexte pas si simple pour les éleveurs, « le concours départemental de la Race Blonde d’Aquitaine est le plus important des concours de race départementaux de France, en nombre de bêtes et de participants », pointe Julian Bracot, Vice président du Syndicat de la Race Blonde d’Aquitaine.

“Donner à voir”

Un concours qui est aussi pour les éleveurs, la première marche à passer pour atteindre le concours régional puis national, voire général, lors du Salon de l’agriculture de Paris. Une étape incontournable donc, mais Julian Bracot préfère prévenir :« si le nombre d’éleveurs présents reste le même,  il n’y aura presque que des jeunes bovins. Seulement 4 ou 5 taureaux adultes, mais pas de vache ni de vache suitée. » La cause : le prix du soin à l’animal. « Une vache qui reste au pré, pour produire des broutards coûte environ 1,5€ par jour, une vache soignée pour le concours, c’est plutôt 3,50 € par jour », indique-t-il.

Samedi, une trentaine d’éleveurs seront présents pour “mettre en valeur la qualité de la génétique de la race dans le département” et pour échanger avec le public sur leur métier. L’enjeu de cette Journée de l’élevage est bien, pour les professionnels de l’agriculture, « de donner à voir à nos concitoyens ce qu’est leur travail et ce qu’ils produisent. Il faut mettre l’agriculture au bon niveau de son importance », synthétise Thierry Carrère le président de la communauté de communes Nord Est Béarn, et élu en charge de l’agriculture au Département, lassé d’entendre « tout et n’importe quoi sur la production agricole ».

Les visiteurs pourront également découvrir sur place deux autres races des massifs pyrénéens : la race Béarnaise avec 5 éleveurs présents et la race Gascone avec les animaux de 4 éleveurs. Si les laitières Prim’holstein ne seront exceptionnellement pas de la partie, pour cause de concours interrégional une semaine plus tard, les chevaux et particulièrement les chevaux de traits seront bien représentés avec les Ardenais, Comtois, Breton, Percheron de 11 éleveurs venus pour l’événement. Enfin, un espace composé d’exposants professionnels et concessionnaires de matériels agricoles aura aussi sa place sur le site de la Hourquie.

Rassemblement et convivialité


Car la journée est aussi attendue par les éleveurs. Ce rendez-vous « répond au besoin de rassemblement et d’échange des professionnels sur les sujets de la génétique mais plus globalement de leur métier et pratiques », indique Claude Bracot, le président de la fédération des comices agricoles 64. Le tout “dans la convivialité” souligne-t-il. L’occasion aussi pour eux de croiser représentants et élus politiques afin d’évoquer les enjeux du secteur à l’image du renouvellement des générations.

Si le département des Pyrénées-Atlantiques reste l’un des plus dynamiques en matière d’installation, ce n’est pas vrai sur l’ensemble des activités agricoles, ni sur l’ensemble de son territoire. Ce bout de Béarn au Nord-Est du département, notamment, ne suscite pas les vocations d’installation, regrette Thierry Carrère. La journée du 10 septembre permettra peut être d’en faire naître quelques unes.

Infos pratiques !

Place de la Hourquie à Morlaàs – de 9h à 16h – Entrée gratuite – Repas assuré par l’Auberge du Relais de Bérenx (réservation conseillée). 

Ça vous intéresse ?
Partagez l'article !
Copier le lien Partager sur FaceBook Partager sur Twitter Partager sur Linkedin Imprimer
Laissez vos commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

On en parle ! Pyrénées-Atlantiques À lire ! AGRICULTURE > Nos derniers articles