Jour 1 : entre Niort et Marans, une belle remise en jambes


Au départ de Niort dans les Deux-Sèvres, direction, d'ici quelques jours, Thiviers en Dordogne. Le tout à vélo !

Au départ de Niort dans les Deux-Sèvres, direction, d'ici quelques jours, Thiviers en Dordogne. Le tout à vélo !Julien PRIVAT

Au départ de Niort dans les Deux-Sèvres, direction, d'ici quelques jours, Thiviers en Dordogne. Le tout à vélo !

Copier le lien Partager sur FaceBook Partager sur Twitter Partager sur Linkedin Imprimer
Temps de lecture 5 min Nombre de vues

Publication PUBLIÉ LE 18/07/2021 PAR Julien PRIVAT

Cet été, Aqui! a décidé de remettre le braquet. Alors que le Tour de France touche à sa fin avec un contre-la-montre qui s’est déroulé ce samedi 17 juillet en Gironde entre Libourne et Saint-Emilion, un journaliste de la rédaction, accompagné par un ami, s’est élancé depuis Poitiers dans la matinée de samedi. L’objectif : rallier Thiviers en Dordogne en empruntant une partie de la Vélo Francette, de la Vélodysée, la Flow Vélo, inaugurée le 9 juillet 2020. Partage des premiers tours de roues.

10h02, le Ter Nouvelle-Aquitaine quitte la gare de Poitiers. Petit moment de panique. Mon camarade, qui m’accompagnera durant cette aventure, cherche son téléphone partout… Il l’avait malencontreusement fait tomber par terre dans le sous-terrain d’accès aux quais. Il a eu de la chance puisqu’un contrôleur l’a retrouvé.  Nous voilà rassurés et nous regardons notre parcours du jour. Nous effectuerons un trajet de Niort (Deux-Sèvres) à Marans (Charente-Maritime). Nous allons longer la Sèvre Niortaise.

Sur les rives de la sèvre NiortaiseJulien PRIVAT | Aqui

Sur les rives de la sèvre Niortaise

A 10h52, le train arrive en gare de Niort, nous enfourchons nos vélos. Direction Magné. Le périple ne débute pas non sans péripéties. Après le téléphone, c’est déjà l’heure de la première crevaison, ou plutôt l’éclatement de la chambre à air… et oui le pneu arrière de mon vélo était surgonflé. Mon poids et celui de la petite charrette que je tracte ont eu raison de ce dernier. Une chose à éviter, il faut bien lire les préconisations aussi bien sur le pneu que sur la chambre à air elle-même. Après ce changement de pneu express au kilomètre 10 nous voilà déjà à l’heure du déjeuner. 

Kilomètre 10 : crevaison, mais réparation express !Julien PRIVAT | Aqui

Kilomètre 10 : crevaison, mais réparation express !

Nous nous arrêtons dans une petite crêperie à l’entrée de la commune de Magné. Juste à côté de la terrasse passe le bief Saint-Germain ; un bief ou bisse – tout dépend de l’endroit où on se trouve – est un canal d’irrigation creusé dans la roche ou comme ici directement dans la terre. Il est fait de planches dans cette zone du parc naturel régional du Marais poitevin. Hormis l’irrigation des champs voisins, il est très apprécié des kayakistes. En une heure de déjeuner, deux sont passés et semblaient particulièrement apprécier leur promenade. Ça donne des idées.

Première halte à MagnéJulie ALLEAU | Aqui

Première halte à Magné

Nous réenfourchons nos montures. Entre chemins blancs et bitume. Nos VTT font le travail. Un VTC d’ailleurs le ferait aussi (ce sera moins les terrains de jeu des vélos de route).  Direction Coulon, une commune d’un peu plus de 2 200 habitants située en plein cœur du Marais poitevin. Coulon, une ville remplie d’histoire à découvrir et visiter. D’ailleurs, elle jouit d’une certaine notoriété. Haut lieu touristique, elle est proclamée capitale de la « Venise Verte ». Surnom du marais mouillé – et non desséché du Marais Poitevin – qui lui vient des lentilles vertes qui recouvrent la surface de l’eau. Ici d’ailleurs, vous pourrez si vous le souhaitez faire de belles balades dans des barques étroites et longues avec ou sans guide. Mais avec le guide on en apprend souvent un peu plus et on se fatigue un peu moins, puis avec le guide ça fait vraiment gondoles comme à Venise !

Épouvantails et pêcheurs 

Nous poursuivons notre chemin vers Damvix. De ce côté-ci de la rive de la Sèvre Niortaise, nous allons passer en Vendée puisque ce cours d’eau dessine les contours des départements de la Vendée, des Deux-Sèvres et de la Charente-Maritime. Et ne soyez pas surpris si vous voyez de nombreux épouvantails revêtant divers costumes aux alentours de Damvix. L’association des commerçants, hébergeurs, artisans de Damvix (Chad) organise le festival des épouvantails. Tous les Damvitais peuvent participer au concours et à vrai dire ils se sont plutôt bien prêtés au jeu. Pour information, une parade a été organisée le dimanche 11 juillet dernier et une seconde est programmée au dimanche 22 août prochain. Là encore, vous pouvez également profiter de point de location de barques pour vous balader dans le Marais poitevin. Après une petite halte dans ce coin paisible et reposant, nous nous dirigeons vers Marans.

Damvix avec ses épouvantails et son petit portJulien PRIVAT | Aqui

Damvix avec ses épouvantails et son petit port

Tout au long de la Sèvre niortaise, nous avons été frappé par le nombre de pêcheurs sur les berges et même parfois au milieu du fleuve – la Sèvre niortaise est bien un fleuve puisqu’elle se jette dans l’océan Atlantique à hauteur de Charron (la cité de la moule) – par l’intermédiaire de barques ou de float tubes (ces fauteuils flottants gonflables qui permettent d’être au cœur des bancs de poissons). Sur les berges les pêcheurs étaient bien organisés. Plusieurs cannes reposées sur des supports. Les pêcheurs n’ont plus qu’à attendre que ça morde à l’hameçon. Et nous avons eu la chance d’assister à une grosse prise, un beau brochet d’au moins 60 cm de long ! Le jeune pêcheur n’était pas peu fier et posait, sourire aux lèvres, pour immortaliser cet événement. En discutant avec certains d’entre eux, nous avons pu apprendre que silures, brochets, sandres et perches peuplaient la Sèvre niortaise. 

Au camping

À 18h, nous arrivons au camping municipal de Marans situé à proximité de la Vélo Francette et la Vélodysée. Une halte appréciable. Les emplacements pour la tente sont grands et il est même possible d’avoir accès à l’électricité. Les courbatures se font sentir mais il faut monter la tente. En une dizaine de minutes c’est chose faite. Notre bivouac est installé. Nous allons pouvoir nous reposer.

Petite balade nocturne à pieds aux environs du port de Marans pour un décrassage et repartir en forme le lendemain matinJulien PRIVAT | Aqui

Petite balade nocturne à pieds aux environs du port de Marans pour un décrassage et repartir en forme le lendemain matin

C’est aussi l’heure du bilan de notre première étape. Le compteur de mon vélo affiche 64,95 kilomètres parcourus en 3h58 (lors des pauses le chronomètre s’arrête), à une vitesse moyenne de 16,3 km/h. Même si le mercure dépassait les 30 degrés, la proximité du marais ainsi que le vent nous ont suffisamment rafraîchis et nous n’avons pas vraiment été gênés par la température. Le plus dérangeant fut parfois le vent de face. Mais aussi l’état de la route. Certaines étaient vraiment endommagées et mériteraient un nouvel enrobée. Il y a quelques endroits où les balises de la vélo Francette ne sont pas bien indiquées. Ce qui nous a fait d’ailleurs dévier de l’itinéraire initial… par exemple à Niort ou encore à Coulon mais nous avons su retrouver notre route grâce au GPS et à la carte que nous avions à disposition. Sinon, nous avons croisé beaucoup de vélos sur notre chemin. Preuve que le tourisme à deux roues a le vent en poupe. À côté de notre emplacement de camping, nous avons discuté avec un groupe de sept personnes. Deux pères de familles et 5 jeunes qui ont pour objectif de rallier Saint-Foy-la-Grande en Gironde d’ici vendredi prochain. Ils sont partis de Bretagne il y a trois jours. En moyenne, ils parcourent environ 100 km chaque jour. Une première et belle expérience qu’ils nous ont partagée.

Demain une nouvelle aventure nous attend. Nous nous dirigeons vers l’île d’Aix en longeant la côte et en faisant étape à La Rochelle. L’étape devrait faire là encore autour des 60km. Une remise en jambes qui se poursuit donc.

Petite balade nocturne à pieds aux environs du port de Marans pour un décrassage et repartir en forme le lendemain matinJulien PRIVAT | Aqui

Petite balade nocturne à pieds aux environs du port de Marans pour un décrassage et repartir en forme le lendemain matin

Ça vous intéresse ?
Partagez l'article !
Copier le lien Partager sur FaceBook Partager sur Twitter Partager sur Linkedin Imprimer
Laissez vos commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

On en parle ! Nouvelle-Aquitaine À lire ! TOURISME > Nos derniers articles