Bordeaux Métropole mise sur les mobilités douces et actives


Au programme de la conférence de rentrée de Bordeaux Métropole : bilan des actions et projets en cours suivi de la présentation du nouveau et très vaste schéma des mobilités.

Les transports de l'agglomération BordelaiseDR

Les transports de l'agglomération Bordelaise

Copier le lien Partager sur FaceBook Partager sur Twitter Partager sur Linkedin Imprimer
Temps de lecture 3 min Nombre de vues

Publication PUBLIÉ LE 13/09/2021 PAR Margaux Renaut

Vendredi 10 septembre, avait lieu, à l’Hôtel de la Métropole, la rentrée médiatique d’Alain Anziani, président de Bordeaux Métropole. L’occasion d’aborder les grands enjeux de cette rentrée 2021 mais aussi de présenter les grands axes du nouveau Schéma des Mobilités de Bordeaux Métropole. Entre inflexions (sur les extensions du tramway notamment), amplifications et diversification des modes de transport. De la marche au téléphérique, en passant par le train.

Alain Anziani, président de Bordeaux Métropole a entamé sa conférence de presse de rentrée en rappelant certains récents événements internationaux qui ont « chamboulé la métropole ». En premier lieu, la question afghane et les conséquences de la récente prise de pouvoir des Talibans. Le président a rappelé que 51 familles afghanes avaient déjà pu être accueillies dans des structures métropolitaines et que, si besoin, 28 maires de la métropole allaient mettre à disposition des logements et permettre, par la suite, un accès à des parcours d’insertion. En second lieu, Alain Anziani a tenu à saluer l’investissement des équipes métropolitaines, dans la création et le bon fonctionnement du centre de vaccination du Parc des Expositions grâce auquel « 290 000 injections ont pu être réalisées depuis l’ouverture du centre, le 8 avril dernier ».

Le président a ensuite dressé un bilan plutôt encourageant de la situation économique du département : « les cessations de paiement en Gironde sont en recul, notamment grâce aux aides de l’Etat qui ont permis d’aider 2 692 entreprises sur le territoire» affirme t’il. Puis ont été abordées les différentes opérations d’intérêt métropolitain entreprises par Bordeaux Métropole telles que la création de logements sociaux et la question d’un meilleur accès au logement grâce notamment à l’encadrement des loyers à Bordeaux. Mais aussi, la tarification solidaire mise en place sur tout le réseau de transports publics métropolitain depuis le 1er septembre ainsi que la question de la transition écologique, avec le projet de plantation d’un million d’arbres, initiative « essentielle » pour le président. Le tout en « étroite collaboration avec les territoires voisins » a tenu à préciser Alain Anziani.

“Ce nouveau schéma ne doit pas faire table rase du passé”


 Enfin, Alain Anziani s’est lancé dans la présentation tant attendue du nouveau schéma des mobilités de Bordeaux Métropole. « Un travail colossal » selon le président, dont l’objectif n’est pas « de faire table rase du passé, ni de promettre l’impossible » mais bien « de trouver des solutions et de donner à chaque usager le choix de son mode de déplacement, quel que soit son lieu d’habitation, de travail, de loisirs ». Les chiffres clés de la situation dans la métropole bordelaise : augmentation de 1,2% d’habitants/an, 3 millions de déplacements/jour des métropolitains en 2017 et 90% des trajets effectués en voiture. Au vu de ces augmentations, repenser et réadapter le schéma des mobilités sur la métropole semblait donc « nécéssaire ». Face à la situation de congestion urbaine, Bordeaux Métropole, qui a programmé des opérations dès 2021, mise sur des aménagements rapides et performants. Ce nouveau schéma met en oeuvre différentes inflexions et amplifications. Par exemple, « un périmètre géographique élargi qui intègre désormais les territoires voisins et les flux venant de l’extérieur de la métropole ». Mais aussi, « une meilleure prise en charge de la desserte de la rive droite, en améliorant la connexions entre les deux rives » ainsi qu’une « diversification des mobilités » couplée à « une montée en puissance des mobilités actives (vélo, marche…) ». Enfin, le schéma des mobilités prévoit la création « d’un réseau de bus express afin d’améliorer la couverture territoriale ».

Prioriser le bus et le vélo

 

 Plus concrètement, et parmi les quelques projets annoncés, la création d’un réseau express vélo (REV), doté de 250 kilomètres de pistes cyclables, l’abandon de la prolongation de la ligne B du tramway jusqu’à Gradignan ainsi que la mise en service progressive du « RER métropolitain » qui devrait offrir des liaisons ferroviaires régulières et fréquentes grâce à une attente de 30 minutes maximum, attente qu’Alain Anziani souhaiterait vivement « réduire à 15 minutes, pour permettre encore plus de déplacements». S’ajoute à cela, la création d’un téléphérique entre la Cité du Vin et Lormont qui devrait faciliter les déplacements entre les deux rives ainsi que la « l’augmentation considérable » du nombre de BatCub afin « que ces navettes fluviales deviennent un véritable moyen de transport pour les métropolitains ». Ce plan de grande ampleur a été évalué à 3,3 milliards d’euros sur la durée de la mandature, soit 1,6 milliards de plus que le plan pluriannuel d’investissement précédent.

DR
Ça vous intéresse ?
Partagez l'article !
Copier le lien Partager sur FaceBook Partager sur Twitter Partager sur Linkedin Imprimer
Laissez vos commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

On en parle ! Bordeaux Métropole / Gironde À lire ! MOBILITÉS > Nos derniers articles