142 000 emplois générés par le tourisme dans la région


La Nouvelle-Aquitaine est la troisième région de Province à compter le plus d’emplois dans le secteur du tourisme, derrière la région Auvergne-Rhône-Alpes ainsi que PACA, d’après une étude de l’Insee Nouvelle-Aquitaine publiée le 7 décembre.

Une terrasse de restaurant dans le village de Collonges-la-Rouge en CorrèzeAqui.fr

Collonges-la-Rouge, labellisé parmi les plus beaux villages de France est un haut lieu du tourisme corrézien où fleurissent restaurants et divers commerces de détail

Copier le lien Partager sur FaceBook Partager sur Twitter Partager sur Linkedin Imprimer
Temps de lecture 3 min Nombre de vues

Publication PUBLIÉ LE 16/12/2022 PAR Juliette Huard

142 000. C’est le nombre de personnes qui exercent un emploi, relevant de l’économie du tourisme, en Nouvelle-Aquitaine en 2019 (avant la pandémie de Covid-19). Parmi elles, 134 300 ont un emploi directement lié à la présence de touristes sur le territoire. Sans grande surprise, les secteurs phares sont l’hébergement, le commerce de détail non alimentaire (culture, patrimoine, habillement, presse) et la restauration. 

35 % des emplois régionaux touristiques se situent sur le littoral. Ce chiffre tombe à 28 % dans les zones urbaines. La majorité des vacanciers ayant pour coutume de réserver au bord de la mer.

Le littoral et certaines zones rurales dépendants du tourisme en été

Concentrant le tiers des emplois liés au tourisme, le littoral est davantage dépendant de l’activité touristique, en raison de la fréquentation en haute saison. C’est par exemple sur le littoral atlantique que sont enregistrées le tiers de la fréquentation hôtelière de la région et les trois quarts des nuitées dans les campings. 

La dépendance économique au tourisme est d’autant plus marquée sur le littoral non urbain. Par exemple, sur la côte médocaine et à l’Île d’Oléron, les emplois liés à la présence de touristes correspondent à plus de la moitié de l’emploi marchand. L’hébergement se trouvant en tête du classement avec 32 % des emplois touristiques.

Le commerce de détail non alimentaire est, quant à lui, leader sur le littoral urbain. La clientèle étant régulière toute l’année, le secteur offre davantage d’emplois. Que ce soit sur le Bassin d’Arcachon, la côte basque ou à La Rochelle, plus d’1 emploi sur 5 relèvent des magasins d’habillement et de sport ainsi que la vente sur les marchés.

Il en va de même dans les zones rurales. Par exemple, le Périgord Noir, le Sud Corrèze et la zone du Futuroscope dépendent fortement aussi de l’activité touristique. Ces trois territoires présentent 8000 emplois liés au tourisme en moyenne sur l’année, dont plus d’un tiers dans l’hébergement, et le reste dans les secteurs de la culture et du patrimoine. Ce qui représente 16 % de l’emploi marchand total dans ces zones. Le poids du tourisme dans cette économie locale équivaut de ce fait à celui du littoral.

Dans les grandes villes et à la montagne, une activité touristique plus ou moins régulière

Le nombre moyen d’emplois liés à la présence de touristes sur l’année est presque aussi important dans l’espace urbain (37 000) que sur le littoral (47 000). Cependant, le poids de l’activité touristique dans l’économie locale est mineur par rapport au reste de la région. 

Bordeaux, tout comme les autres grandes villes régionales, profite néanmoins d’un tourisme d’affaires tout au long de l’année. Le tourisme de culture et de shopping occupe également une place considérable.

Le commerce de détail non alimentaire offre également davantage d’emplois touristiques dans les grandes villes. Les emplois dans l’hébergement restent moindres, excepté dans la communauté d’agglomération du Niortais et à Poitiers en raison de la proximité avec le parc d’attractions du Futuroscope.

Bien que très prisé par les amateurs de ski l’hiver et des randonneurs en période estivale, le massif des Pyrénées ne concentre que 1,5 % de l’emploi régional lié au tourisme. Ce chiffre représente toutefois 11 % de l’emploi marchand total du massif pyrénéen, dont l’essentiel concerne  l’hébergement. Les emplois dans l’artisanat ainsi que les loisirs et sports (stations de ski) sont aussi nombreux. Une spécificité : les employés sont le plus souvent âgés de plus de 50 ans et en CDD. 

Les salaires varient d’un territoire à un autre

Dans l’espace urbain, les emplois touristiques sur le territoire sont davantage occupés par des cadres et des professions intermédiaires. Il sont ainsi mieux rémunérés (12,30 euros de salaire net horaire moyen) et bénéficient de contrats pérennes en raison d’un exercice de l’activité tout au long de l’année.

Sur le littoral, les personnes ayant un emploi lié à la présence de touristes sont, pour la majorité d’entre elles, de jeunes employés (moins de 25 ans). La saisonnalité reste particulièrement importante. Dans la partie urbaine du littoral landais, le nombres d’emplois saisonniers est multiplié par 3,8 entre janvier et août. A ce propos, la Nouvelle-Aquitaine est la région qui enregistre le plus de contrats saisonniers après la Corse. Ce qui explique une plus faible rémunération. En effet, les salariés perçoivent en moyenne 11,20 euros net horaire sur le littoral non urbain, contre 11,60 euros sur le littoral urbain et 11,70 euros dans l’ensemble de la région. À titre de comparaison, le salaire net horaire dans le tourisme est de 11,97 euros en Province.

Infos pratiques !

Étude complète de l’Insee : https://www.insee.fr/fr/statistiques/6674571

 

Ça vous intéresse ?
Partagez l'article !
Copier le lien Partager sur FaceBook Partager sur Twitter Partager sur Linkedin Imprimer
Laissez vos commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

On en parle ! Nouvelle-Aquitaine À lire ! TOURISME > Nos derniers articles