Sur la route des Entreprises du Patrimoine Vivant : un petit air d’accordéon à Tulle


Maugein Accordéons
Copier le lien Partager sur FaceBook Partager sur Twitter Partager sur Linkedin Imprimer
Temps de lecture 3 min Nombre de vues

Publication PUBLIÉ LE 28/07/2020 PAR Lucile Bonnin

Fabriquer des accordéons en Corrèze est une pratique qui ne date pas d’hier. L’artisanat de la manufacture Maugein perdure depuis maintenant plus d’un siècle. L’accordéon arrive en France en 1887. « C’est François Dedenis, ébéniste, originaire de Brive-la-Gaillarde, qui a trouvé cet instrument sympathique et a voulu en fabriquer à son tour dans sa ville natale », raconte Richard Brandao, président de la manufacture d’accordéons Maugein. En 1906, l’ébéniste organise un concours d’accordéon et un certain Jean Maugein le remporte. François Dedenis décide alors de travailler avec ce musicien dans sa fameuse fabrique à Brive.
Pendant la première guerre mondiale, la production s’arrête. A la fin de cette guerre, Jean Maugein propose d’ouvrir un magasin pour réparer les accordéons dans la jolie ville de Tulle. En 1919, la manufacture Maugein nait. Les compagnons continuent pendant un long moment à travailler ensemble pendant les débuts de la belle époque de l’accordéon… « Il y avait du travail pour tout le monde ! », raconte Richard Brandao. Les frères de Jean l’ont rejoint en 1923 pour créer Maugein Frères et ont commencé industriellement à fabriquer des accordéons diatoniques, puis chromatiques. Maugein prend vite le dessus sur Dedenis et arrive dans les années 1950 à une entreprise qui emploie 289 personnes. Une histoire à la limite du romanesque qui montre l’importance de ce savoir-faire artisanal et de cette richesse matérielle et culturelle qui perdure dans le temps.

Une manufacture qui a fait ses gammes

Après l’arrivée du rock’n’roll l’accordéon est un peu délaissé. « Il a été un peu boudé », remarque le président de la manufacture. Pourtant, cet instrument populaire n’a jamais cessé d’être fabriqué pour accompagner les musiciens passionnés. Actuellement, la manufacture Maugein à Tulle compte douze employés. L’entreprise corrézienne est aujourd’hui spécialisée dans les accordéons chromatiques et diatoniques. « Notre particularité, explique Richard Brandao, réside dans le fait que nous sommes axé sur la personnalisation : ergonomie, décoration (carrosserie, peinture, mécanique, soufflet)… Tout est fabriqué en interne ! Nous dessinons nous-mêmes les accordéons donc tout est imaginable. La personnalisation peut même être acoustique avec des réglages de sons spécifiques. » Exit la fabrication standardisée où chaque objet est identique. Ici, tout un travail de réflexion est mené en amont avec le client afin de créer un accordéon selon ses envies. « Un accordéon moyen se fabrique entre trois et quatre mois, indique Richard Brandao. Pour les plus gros, la fabrication peut prendre sept à huit mois. Le client vient pour discuter et travailler sur l’acoustique de son instrument, sur l’ergonomie (nombre de notes, forme de l’accordéon), et sur la décoration (peinture, strass Swarovski, pochoirs). On dessine ensuite cet accordéon, puis on le fabrique. »

Maugein Accordéons

Ce lieu de fabrication ancien et rare cultive surtout une philosophie d’entreprise engagée et moderne. « Nous existons avant tout pour servir la musique et l’accordéon en particulier, confie le président de l’entreprise Maugein. Nous souhaitons être à l’écoute des nouveaux courants musicaux comme des anciens. Nous proposons un vrai accompagnement par rapport à l’envie des musiciens. » Labellisée EPV depuis 2007, l’entreprise compte pas moins de sept savoir-faire différents reconnus : le bois, le métal, les matériaux souples, la peinture, le décor, l’assemblage et l’accordage. Une pluridisciplinarité impressionnante qui montre à quel point la manufacture Maugein est une spécialiste dans son domaine de prédilection.

Reconnu comme instrument de musique depuis 1985, l’accordéon se décline sous des formes diverses et variées. « A l’époque, chaque région avait sa configuration d’instruments et des sonorités différentes, raconte le président de Maugein. Certaines personnes qui ont 60 ans aujourd’hui ont pu apprendre sur un système belge, breton, celte, basque ou italien et nous pouvons les refaire avec ces claviers qui sont anciens pour que les gens n’aient pas à réapprendre l’accordéon. »

La visite guidée organisée au sein de la fabrique donne d’ailleurs une toute autre vision de cet instrument riche et complet, qui refait son apparition depuis plusieurs années sur le devant de la scène. C’est notamment l’artiste Claudio Capéo qui a encouragé de nombreux jeunes à apprendre l’accordéon. « Nous avons développé récemment un petit instrument pour les joueurs à partir de 4 ans, ajoute monsieur Brandao. C’est en 2016 que j’ai dessiné ce petit accordéon de 27 cm de long et de 3,7 kg, compatible pour les plus petits mais aussi pour les adultes qui souhaitent jouer en voyage. » Sans changer son essence et sa spécialité, la manufacture a su évoluer et s’adapter au fil des années pour inscrire dans l’air du temps cet instrument à vent. 


“Sur la route des entreprises du patrimoine vivant”, lire aussi :
 La découverte d’une première perle rare à Pau

Partagez l'article !
Copier le lien Partager sur FaceBook Partager sur Twitter Partager sur Linkedin Imprimer
Laissez vos commentaires
On en parle ! Corrèze À lire ! SOCIÉTÉ > Nos derniers articles