Un frigo solidaire pour lutter contre la précarité


La précarité alimentaire des étudiants ayant explosé durant la crise sanitaire, le CREPAQ et l'Université Bordeaux Montaigne installent sur le campus un frigo partagé en accès libre.

Xavier Amelot, Vice-Président développement durable de l'Université et Dominique Nicolas, fondateur et co-président de l'association CREPAQAqui.fr

Xavier Amelot, Vice-Président développement durable de l'Université et Dominique Nicolas, fondateur et co-président de l'association CREPAQ

Copier le lien Partager sur FaceBook Partager sur Twitter Partager sur Linkedin Imprimer
Temps de lecture 3 min Nombre de vues

Publication PUBLIÉ LE 30/09/2021 PAR Margaux Renaut

L’association CREPAQ (Centre Ressource d’Ecologie Pédagogique de Nouvelle-Aquitaine) et l’Université Bordeaux Montaigne ont inauguré, ce mercredi 29 septembre, le premier Frigo Zéro Gaspi sur le campus universitaire à Pessac. Dans le cadre du projet « Campus Zéro Gaspillage – Zéro Précarité alimentaire » organisé par le CREPAQ, ce frigo partagé est le 13ème installé à Bordeaux et le premier, en France, sur un campus universitaire.

La précarité alimentaire est selon Dominique Nicolas, coprésident et fondateur du CREPAQ, « une problématique grandissante qu’il faut prendre au sérieux ». Déjà préoccupante avant la crise sanitaire, la précarité alimentaire des étudiants a littéralement explosée au point que fin janvier 2021, près de 10 % des étudiants de l’Université Bordeaux Montaigne affirmaient avoir des difficultés pour se nourrir correctement. Soutenu et financé en partie par la Région Nouvelle-Aquitaine, l’installation du Frigo Zéro Gaspi devrait contribuer à améliorer cette « situation catastrophique » tout en luttant contre le gaspillage alimentaire, que Dominique Nicolas, considère être « une aberration et un scandale compte tenu de la précarité auquel font face les étudiants ».

« Nous savons qu’il y a 8 à 10 millions de français en situation de crise alimentaire et cela sans compter ce que l’on appelle « les invisibles », les personnes en difficultés qui par peur d’être stigmatisées ne font pas appel à des organismes d’aide alimentaire » explique le président du CREPAQ. Ce sont des chiffres alarmants qui contrastent violemment avec le fait que le tiers des aliments sont gaspillés, soit 150 kg de nourriture par habitant et par année ».

En répondant à un appel à projets lancé par la région Nouvelle-Aquitaine, le CREPAQ s’est démarqué grâce une vaste opération, « Campus Zéro Gaspillage – Zéro Précarité alimentaire », qui en plus des frigos partagés, propose aux étudiants de les mettre en relation avec des acteurs ou associations d’aide alimentaire. Placé devant la maison des étudiants à Pessac, ce frigo est le premier équipement de ce type installé sur un campus universitaire en France. En effet, c’est dans la continuité de sa politique de développement durable et de responsabilité sociale, que l’Université Bordeaux Montaigne a porté « un grand intérêt » à ce projet et a souhaité en devenir le partenaire, « le constat des répercutions potentielles d’une mauvaise alimentation ou d’une sous-nutrition chez les étudiants », étant indéniable.

 

“Une chaine de solidarité pour les étudiants en situation de précarité alimentaire”

En libre-service, 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7, les frigos Zéro Gaspi sont composés d’une armoire frigorifique pour les aliments frais et périssables et d’un garde manger pour les produits secs et les produits d’hygiène de première nécessité, dans lesquels tout le monde, en l’occurrence les étudiants, pourront venir se servir. Dominique Nicolas, a tenu à préciser que « les frigos suivent des règles d’hygiène et de sécurité sanitaire strictes ». 

Dans le respect de ces règles et comme preuve de son implication dans le projet, l’Université Bordeaux Montaigne a créé un emploi étudiant dédié, afin d’entretenir et de surveiller le frigo du campus. Cette gestion quotidienne réclame en effet de faire un relevé journalier de la température de l’armoire frigorifique, un contrôle des Dates Limites de Consommation sur les produits frais et de procéder à l’enlèvement des denrées ayant dépassé la DLC ou étant dégradées ou non autorisées dans l’équipement. Le nettoyage régulier de l’équipement et notamment de l’armoire frigorifique ainsi qu’une information permanente aux étudiants sur le fonctionnement du dispositif font aussi partie du job.

C’est une « véritable chaîne de solidarité qui se met en place » explique Dominique Nicolas, « les frigos seront alimentés par les associations d’étudiants, les associations d’aides alimentaires, l’épicerie sociale et solidaire ou encore grâce au surplus et invendus provenant de la restauration privée ou collective ». Pour ce qui est du budget d’une telle installation, le coût d’un frigo d’environ 5 000 €, nettoyage et entretien compris, une partie étant prise en charge par la Région Nouvelle-Aquitaine. 

Ça vous intéresse ?
Partagez l'article !
Copier le lien Partager sur FaceBook Partager sur Twitter Partager sur Linkedin Imprimer
Laissez vos commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

On en parle ! Gironde À lire ! SOLIDARITÉS > Nos derniers articles