Un budget « volontariste et réaliste »


Le Conseil Départemental de la Haute-Vienne s'est réuni le 10 février pour sa session plénière pour le vote du budget primitif 2022

Le Conseil Départemental de la Haute-Vienne s'est réuni le 10 février pour sa session plénièreConseil Départemental de la Haute-Vienne

Le Conseil Départemental de la Haute-Vienne s'est réuni le 10 février pour sa session plénière

Copier le lien Partager sur FaceBook Partager sur Twitter Partager sur Linkedin Imprimer
Temps de lecture 4 min Nombre de vues

Publication PUBLIÉ LE 11/02/2022 PAR Corinne Merigaud

Si l’an dernier, le budget primitif du Département de la Haute-Vienne avait augmenté de 2,5 % atteignant près de 462,73 millions d’euros pour faire face à la crise sanitaire, il retrouve son niveau d’avant crise avec 458 millions dont 83 en investissements votés, le 10 févier, par les conseillers départementaux haut-viennois. L’insertion des bénéficiaires du RSA, le bien-vieillir, l’accompagnement au secteur économique et à l’agriculture ainsi que le doublement de la RN 147 Limoges-Poitiers ont animé les débats de cette première plénière qui comportait une quarantaine de dossiers.

« Volontariste et réaliste », voilà l’état d’esprit du budget 2022 présenté par le président Jean-Claude Leblois. Les élus de l’assemblée départementale ont été appelés à voter un budget de 458 millions d’euros. L’opposition de droite par la voix de Sarah Gentil a refusé d’emblée de l’entériner, jugeant le niveau de l’investissement trop bas en particulier pour l’aménagement des routes.

« Volontariste car c’est le premier de la mandature et il met en oeuvre les engagements de notre campagne » lance Jean-Claude Leblois le président. La collectivité accompagnera davantage les communes et communautés de communes dans leurs projets d’équipement vers la transition écologique que ce soit l’isolation et la production d’énergie. Au global, un million d’euros sera engagé pour accompagner les projets d’équipements portés par les communes et communautés de communes. Huit projets avaient été soutenus en 2021, soit près de 230 000 euros complétés à 50 % par les EPCI. Le Département accompagnera certaines entreprises ayant un projet immobilier, six l’avaient été en 2021 soit 260 000 euros.

Le Département va commencer à installer des panneaux solaires sur les collèges et ses équipements pour être le plus autonome possible face à la hausse du coût de l’énergie. « Ce budget est également réaliste avec une gestion saine, 83 millions en investissement et 3 millions en provisions de charge pour faire face aux dépenses qui ne dépendent pas de nous comme l’augmentation de l‘électricité » précise-t-il.

Bénéficiaires du RSA : objectif insertion

Le budget sera largement affecté à la prise en charge de la solidarité avec 76 millions fléchés vers les 9 927 bénéficiaires du RSA (+5 %) dont quatre pour l’insertion, l’un des objectifs de la mandature. Un montant « en hausse continuelle hors charges de personnel ». Le président mise sur l’accompagnement individualisé pour avoir des sorties plus rapides vers l’insertion.

Un pacte territorial pour l’insertion regroupant l’ensemble des acteurs concernés sera validé prochainement dans un contexte favorable de reprise de l’activité. Les offres d’emploi ont progressé de 23,7 % en un an en Haute-Vienne. « Je souhaite que nos travailleurs sociaux aillent vers un accompagnement professionnel, pour cela, il faut lever les obstacles et agir sur tous les leviers.»

Aider les personnes âgées à bien vieillir

La politique en faveur des personnes âgées représente 62,4 millions, en hausse de 3,6 millions. Le secteur manque de bras pour le maintien à domicile et en structures d’hébergement. Ces métiers essentiels sont confrontés à deux difficultés, la pénibilité et le manque d’attractivité. Si les salaires de certains professionnels ont été revalorisés suite au Ségur de la santé, aux accords Laforcade et à l’avenant 43 de la branche de l’aide à domicile, ils sont nombreux dans le secteur social et médico-social à avoir été exclus, une iniquité dénoncée par plusieurs conseils départementaux appelés à financer ce surcoût. « L’État demande aux Départements de faire le SAV et de financer une mesure mal pensée, mal calibrée et mal financée » dénonce-t-il.

A l’heure où les méthodes de gestion du groupe Orpéa sont dénoncées, le président du Département a rappelé le contexte local. « Tous les EHPAD sont publics ou associatifs non lucratifs sauf un l’Orpéa de Limoges, nous sommes très attachés au bien-vieillir et nous avons toujours résisté aux sollicitations du privé car nous n’accepterons pas la marchandisation du vieillissement. » Par ailleurs, des assises de l’autonomie, lancées en novembre, se traduiront par des propositions afin d’aider les personnes âgées à bien vieillir. Un appel à projet a été lancé, le 3 décembre avec l’ARS pour construire un EHPAD de 82 places.

Jean-Claude Leblois, président du Conseil Départemental de la Haute-Vienne

Projet d’unité de transformation de produits maraîchers

Concernant l’agriculture, près 2,1 million seront débloqués, dont 1,4 million en investissement, avec en priorité le soutien à l’installation des jeunes agriculteurs pour faire face au renouvellement des générations. En 2021, 38 projets d’installation ont été soutenus par le Département via la DJA (150 300 €). Les CUMA vont aussi être accompagnées (385 000 €) de même que les projets de modernisation et d’extension des bâtiments d’élevage.

L’offre en produits maraîchers et circuits-courts devrait s’enrichir avec un projet d’unité de transformation en direction de la restauration collective publique. De nombreux produits ne peuvent être servis l’été en raison de la fermeture des cantines. La plateforme Agrilocal 87 qui met en relation maraîchers (124 producteurs) et restauration collective (106 acheteurs) va poursuivre sa montée en puissance avec des marchés à bons de commandes permettant aux producteurs d’anticiper les mises en culture et de garantir l’écoulement de leur production.

 

RN 147 Limoges-Poitiers
Concernant le projet de doublement de la RN 147 Limoges Poitiers qui fait l’objet d’une concertation publique depuis le 4 janvier, deux options sont proposées une autoroute concédée ou un doublement en partie de cet axe. Le Département a rappelé les dépenses engagées à savoir 6 millions pour la création de créneaux de dépassement de même que le contournement nord de Limoges et cinq millions pour le doublement de la N 520. « Nous soutenons l’aménagement de cet axe, nous avons mobilisés 11 millions d’euros a rappelé Jean-Claude Leblois, ce débat retarde le démarrage des travaux déjà financés et je demande qu’ils commencent. Je suis favorable à tout projet bénéfique au développement et au désenclavement. Le Département sera au rendez-vous du projet retenu quel qu’il soit. Nous adressons notre contribution au débat en relevant des points de vigilance, nous allons demander des garanties avant l’enquête publique.»

Ça vous intéresse ?
Partagez l'article !
Copier le lien Partager sur FaceBook Partager sur Twitter Partager sur Linkedin Imprimer
Laissez vos commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

On en parle ! Haute-Vienne À lire ! POLITIQUE > Nos derniers articles