Tech-Ovin accueille 200 exposants à Bellac


Le salon Tech-Ovin se déroulera à Bellac, en Haute-Vienne, avec 200 exposants attendus et des milliers de visiteurs

Copier le lien Partager sur FaceBook Partager sur Twitter Partager sur Linkedin Imprimer
Temps de lecture 6 min Nombre de vues

Publication PUBLIÉ LE 06/09/2021 PAR Corinne Merigaud

C’est la dernière ligne pour les organisateurs du salon professionnel Tech-Ovin qui sera inauguré, mercredi 8 septembre à 11h par Alain Rousset, président de la Région et Seymour Morsy, préfet de la Haute-Vienne. Durant deux jours, ce salon unique en France et en Europe, accueillera 200 exposants au camping des Rochettes, à Bellac où plusieurs dizaines de milliers de visiteurs, éleveurs et grand public, sont attendus. Deux nouveautés seront à découvrir, le village connecté et le pôle travail avec des technologies pour faciliter la vie des éleveurs. La veille du salon se tiendra pour la première fois à Limoges le congrès de la Fédération nationale ovine (FNO) avec plus d’une centaine de congressistes réunis autour des enjeux de la PAC et de l’adaptation des exploitations.

C’est à un double événement que sont conviés les éleveurs ovins de l’Hexagone. Le 7 septembre, une centaine prendront part au congrès de la Fédération nationale ovine au stade de Beaublanc, à Limoges, avec une table ronde sur le thème «  Adaptation de l’élevage aux enjeux socio-économiques en étant attentif au contexte géopolitique ». La PAC sera au cœur des débats après le projet retoqué de la FNO. « Nous avions travaillé un an et demi sur ce projet ambitieux qui correspondait un peu au plan sur la recherche d’amélioration de la productivité numérique des exploitations et de la performance économique, explique Jean-François Dubaud, président de la FDO 87, mais il a été recadré par les contraintes du contrôle de Bruxelles qui oblige maintenant à prévoir l’enveloppe budgétaire nécessaire un an à l’avance sans possibilité de l’adapter d’une année sur l’autre. Aujourd’hui, on se bat pour garder l’enveloppe et utiliser le maximum prévu sachant qu’elle baissera de 3 M€ tous les ans. On démarrerait à 107 millions pour finir à 95 en fin de PAC ». Il reste encore en suspens le maintien de l’aide à l’installation soit un bonus de 6€ par ovin demandée par la FNO. « A priori, cette mesure ne devrait pas être remise en cause » estime-t-il. Environ 120 congressistes seront présents à Limoges, soit un peu moins que les années précédentes en raison du contexte sanitaire.

La transmission comme fil rouge

La table ronde de l‘après-midi constituera le second temps fort du congrès. « L’idée est de savoir comment préparer les élevages français à d’éventuels accords de libre-échange signés avec la Nouvelle-Zélande et l’Océanie et, suite au Brexit avec la Grande-Bretagne, poursuit-il. Ce sera un premier ressenti des acteurs de la filière afin d’être le plus concurrentiel possible». Au niveau départemental, la FDO doit faire face à un autre défi à savoir, la transmission des exploitations en mettant en relation cédants et repreneurs. « Malheureusement tous les cédants ne sont pas remplacés constate-t-il, cela pose un vrai problème pour maintenir une filière de qualité. Nous essayons de le faire prendre en compte à tous les étages décisionnaires afin de trouver des solutions plus adaptées à notre territoire en termes d’investissements pour que nos exploitations retrouvent de la technicité perdue par manque de moyens ».

Nicolas Faurie Directeur de Tech-Ovin et Claude Souchaud, le président, ont préparé des nouveautés pour cette 12ème édition

La transmission sera aussi l’un des sujets phare abordés lors du salon Tech-Ovin à Bellac, les 8 et 9 septembre. Les organisateurs ont préparé cette 12ème édition avec passion et détermination, ce sera d’ailleurs son slogan au travers du hashtag PassionMouton. « Ce rendez-vous, unique en France et en Europe est le résultat de collaborations exceptionnelles qui s’étoffent au fil des éditions, assure son président Claude Souchaud. Il est dédié à tous les éleveurs d’ovins lait et viande, de montagne, de zones défavorisées, intermédiaires ou plaines ».
Si l’édition 2019, Tech-Ovin alternant avec le salon international Capr’Inov, avait enregistré 15 000 visiteurs, celle-ci devrait en attirer un peu moins en raison du contexte sanitaire bien que toutes les mesures nécessaires seront en place pour attirer professionnels et grand public. « Le pass sanitaire sera obligatoire et le masque également sous les chapiteaux explique Nicolas Faurie, directeur du salon. Il faudra respecter les gestes barrière et il sera possible de se faire dépister à l’entrée de 8 h à 16 h les deux jours avec des tests antigéniques gratuits ».

Toutes les races seront représentées soit pas moins de 36, des plus connues comme les Texel, Vendéen et Romane aux races rustiques ou de montagnes comme Lacaune, Bizet, Blanche du Massif Central, Noir du Velay, Causses du Lot sans oublier le mouton d’Ouessant présent pour la première fois.

Village connecté et travail facilité

Cette 12ème édition accordera une large place à l’innovation avec un espace dédié aux nouvelles technologies baptisé « Le village connecté » où seront présentées des solutions astucieuses pour faciliter le travail des éleveurs comme les colliers GPS, les clôtures virtuelles, l’auto-pesée, l’imagerie 3D, avec des mini-conférences sur le numérique, des animations et des spécialistes pour répondre à toutes les questions.

Autre nouveauté, un pôle sera consacré au travail, pour travailler mieux et moins grâce à des solutions innovantes visant à optimiser les conditions d’exercice des éleveurs en production lait et viande. On pourra tester en accès libre des applis comme Equip’Innovin 3D pour visualiser l’aménagement de la bergerie ou regarder les vidéos de la bergerie futée. « Le reproche fait à ce métier est le nombre d’heures de travail, souligne Claude Souchaud. Des solutions existent pour améliorer les conditions de travail et le bien-être animal, ce sont des sujets qui préoccupent les éleveurs ».

Lieu d’échanges consacré au renouvellement des générations, le pôle Avenir abordera la délicate question de la transmission animé par les Jeunes Agriculteurs de Nouvelle-Aquitaine. L’ensemble des partenaires de l’installation, de la transmission, de la formation et de l’emploi seront réunis sous un même chapiteau pour informer les étudiants, les porteurs de projet, les candidats à la transmission… Une session d’accueil d’actifs invitera les porteurs de projet voulant s’installer en ovin à découvrir le territoire, à rencontrer des cédants et à visiter des exploitations. « Le but est de valoriser les mises en relation avec l’appui de la Chambre d’agriculture et des organisations dédiées à l’installation assure le président. Tout sera mis en œuvre pour que les cédants trouvent un maximum d’informations en toute discrétion afin qu’ils repartent avec plus d’idées qu’en arrivant. Et pour les jeunes, ce sera l’occasion de trouver chaussures à leurs pieds ».

Le pôle De l’herbe au revenu abordera les questions d’actualité concernant les fourrages d’été à implanter, les règles de pâturage à respecter dans les vergers et les vignes, de même que les nouveautés en matière d’environnement. Sur le pôle Chiens de troupeaux, l’Association départementale des utilisateurs de chiens de troupeaux (ADUCT 87), l’Institut de l’élevage et la MSA renseigneront les visiteurs sur les techniques adaptées à leur exploitation avec une aide pour l’accompagnement au dressage.

Sur le pôle laine co-animé par l’Atelier Laines d’Europe, Lainamac, Laines locales réseau Limousin et le Collectif Tricolor, une exposition valorisera les laines en France en mettant en avant dix entreprises. Des démonstrations en continu seront proposées sur le filage au rouet. Le pôle Tonte sera animé par l’Association des tondeurs de moutons qui organisera un concours. Sur le pôle Lait sera présentée une vitrine de la filière lait de brebis coordonnée par l’association France Brebis Laitière en lien avec le Comité national brebis laitières qui fêtera ses 30 ans. Enfin, sur le pôle Viande, avec l’appui d’Interbev, auront lieu des démonstrations de découpe de carcasses dans l’objectif de promouvoir l’agneau en montrant comment l’adapter aux nouvelles habitudes de consommation. Durant ces deux jours, plus de 60 mini-conférences sont programmées (programme sur www.techovin.com)

La Région accompagne la filière ovine tant pour la promotion des produits que pour l’adaptation des modes de production, conformément aux objectifs de transition écologique et énergétique de son programme Néo Terra. Des groupes de travail se réuniront durant le salon pour finaliser la feuille de route régionale d’ici la fin de l’année. Pour cette édition, la Région a octroyé une aide de 100 000 € à l’association qui organise le salon. Alain Rousset, président de la Région et Jean-Pierre Raynaud, vice-président en charge de l’agriculture et de la transition agroécologique, participeront à l’inauguration le 8 septembre à 11h. Pour 2023, le salon devrait prendre une nouvelle dimension européenne, ce qui était l’objectif des organisateurs pour cette année, objectif retardé par la crise sanitaire.

Ça vous intéresse ?
Partagez l'article !
Copier le lien Partager sur FaceBook Partager sur Twitter Partager sur Linkedin Imprimer
Laissez vos commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

On en parle ! Bellac / Haute-Vienne À lire ! AGRICULTURE > Nos derniers articles