Quel rôle joue la radio locale en temps de crise?


Au coeur de l'hémicycle du Conseil régional, une conférence a eu lieu sur le rôle de la radio en temps crise.

Conférence sur la radio en temps de criseAqui.fr

Conférence sur la radio en temps de crise

Copier le lien Partager sur FaceBook Partager sur Twitter Partager sur Linkedin Imprimer
Temps de lecture 3 min Nombre de vues

Publication PUBLIÉ LE 09/06/2021 PAR Mélanie Philips

Le 4 juin dernier, et à l’occasion de la Fête de la radio, les radios associatives de Nouvelle-Aquitaine se sont réunies à l’Hôtel de région à Bordeaux. Un évènement organisé par la Frana – Fédération des radios associatives de Nouvelle-Aquitaine. L’occasion de célébrer les 100 ans de la radio et les 40 ans de la libération des ondes. Une conférence, animée par Aurélie Trevisan, journaliste à CFM RADIO et Gérard Dupont de CFM Radio et délégué du 47 au Conseil d’Administration de la Frana. Plusieurs intervenants autour de cette table, comme par exemple Le président de la FRANA Patrick Alfare de Lorenzo, Julie Castillo, maire de Casteljaloux (47) et d’autres. La préfète de Gironde et la mairie de Bordeaux était représentées.

Lors de cette conférence, chacun a eu son mot à dire. L’objectif était bel et bien de montrer que les radios associatives ont leur place. « Nos radio sont devenues incontournables dans le paysage médiatique français et surtout, nous avons un rôle à jouer lors d’événements exceptionnels. Que ce soit dans la crise que nous avons traversée, mais pas seulement. Nous sommes la voix de nos territoires et nous ne sommes pas isolés », déclare Aurélie Trevisan. Des radios locales qui se veulent « réactives » et « ancrées sur les territoires » pour le président de la Frana. Et sur le territoire bordelais, les radios associatives ont bel et bien leur place. Selon Anne Guerin – Présidente du Comité territorial de l’audiovisuel de Bordeaux, « sur 121 éditeurs autorisés, il y a 61 radios associatives et elles exploitent 103 fréquences en bande FM. »


Crises

Comme de nombreux secteurs d’activités, la radio n’a pas été épargnée par la crise sanitaire, qui a débuté en 2020. Une situation qui « nous a obligé à repenser notre rôle, à nous réorganiser. Mais cela nous a permis de voir le bassin de population que l’on touchait et de repenser nos relations avec les citoyens, les représentants de l’Etat, des communes », poursuit Aurélie Trevisan. Pourtant, la Nouvelle-Aquitaine n’en est pas à sa première gestion de crise. Car bien que différentes, les inondations et la grippe aviaire ont par exemple aussi marqué cette année. Et dans ces moments-là, la radio est un des principaux vecteurs de communication utilisés par les préfet, qui ont la responsabilité de la gestion de la crise. L’exemple le plus récent, qui montre l’importance de la communication entre les préfectures et les radios : les pannes des numéros d’urgence. « Il a fallu communiquer des numéros alternatifs d’urgence avec des potentielles conséquences en termes humain et donc une information extrêmement importante. Et on s’est tourné vers la radio, en plus de la presse et des réseaux sociaux », ajoute Mme Delphine BALSA, directrice de cabinet, représentante de la Préfète de la Gironde et de la Nouvelle-Aquitaine.

Une proximité indispensable

Un autre événement récent lors duquel la radio locale, et plus précisément Cristal FM, a montré l’importance qu’elle avait au sein du tissu médiatique : la traque du forcené en Dordogne. Angélique Pouch, journaliste au sein de Cristal FM, confirme que d’être une radio locale permet une instantanéité dans le traitement de l’information. « On a suivi l’intégralité de la traque qui a duré 36 heures. Deux grands médias étaient là, mais nous on connaissaient les locaux, les lieux, on avait des avantages. C’était quelque chose d’inédit, on était là au plus près pour la population, pour les aider à traverser ce moment difficile. » 

Julie Castillo, maire de Casteljaloux, confirme l’intérêt de la proximité avec les radios. Selon elle, la radio et les élus ont deux fonctions en commun : un engagement de proximité et un engagement du territoire rural. Pour elle, la force principale des radios associatives, c’est cette proximité. « Une proximité qui a du sens et qui permet une communication facile. La radio locale connaît son territoire et ses habitants. Ce qui est important à mes yeux c’est qu’elle leur donne la parole, plutôt que de se focaliser sur les élus. Et c’est cette force qu’il faut préserver ! », précise-t-elle. La radio locale a donc une place très importante dans le tissu médiatique français. Et cela se traduit notamment grâce à une proximité qui est leur force principale.

Ça vous intéresse ?
Partagez l'article !
Copier le lien Partager sur FaceBook Partager sur Twitter Partager sur Linkedin Imprimer
Laissez vos commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

On en parle ! Nouvelle-Aquitaine À lire ! SOCIÉTÉ > Nos derniers articles