Présidentielle : Emmanuel Macron l’emporte avec plus de 59 %


Retrouvez les résultats du second tour de l'élection présidentielle en Haute-Vienne. Comme au niveau national, les électeurs ont choisi le président sortant.

Panneau d'affichage pour le 2nd tour de l'élection présidentielle de 2022Corinne Merigaud | Aqui

Panneau d'affichage pour le 2nd tour de l'élection présidentielle de 2022

Copier le lien Partager sur FaceBook Partager sur Twitter Partager sur Linkedin Imprimer
Temps de lecture 4 min Nombre de vues

Publication PUBLIÉ LE 24/04/2022 PAR Corinne Merigaud

Les électeurs haut-viennois avaient placé Emmanuel Macron en tête de leurs suffrages lors du premier tour, le 10 avril, avec 27,19 %, suivi par Marine Le Pen avec 22,44 % et Jean-Luc Mélenchon avec 31,34 %. En Haute-Vienne, les 263 742 électeurs étaient appelés à exprimer leur choix pour cette élection présidentielle en déposant leurs bulletins dans les 377 bureaux de vote. Ils ont choisi de réélire le président sortant avec 59,18 % des votes.

A 17 heures, la participation s’élevait à 66,02 %, en légère baisse comme pour le vote à l’échelle nationale, elle était de 69,26 % au premier tour à la même heure. Les premiers résultats partiels qui nous parviennent sur 43 % des électeurs inscrits placent en tête Emmanuel Macron avec 54,16 % et Marine Le Pen à 45,84 %.

Les résultats définitifs sont tombés à 22 heures, le président sortant l’emporte en Haute-Vienne avec 59,18 % des suffrages exprimés, Marine Le Pen réalise 40,62 %. L’abstention atteint 24,43 % en hausse de plus de 3 % par rapport au premier tour. Emmanuel Macron obtient 103 329 voix soit un peu moins du double par rapport au premier tour où il avait engrangé 54 951 voix. Il a pioché largement dans une partie des 43 137 voix de Jean-Luc Mélenchon mais aussi dans le réservoir des candidats communistes (8 030 voix), écologistes (7 877 voix) et socialistes (5 654 voix), tout en bénéficiant certainement de bons reports de voix des électeurs de la candidate LR (9 544 voix) et de Jean Lassalle arrivé cinquième sur le département avec 9 973 votes. Toutefois, il perd plus de 11 % des suffrages par rapport à 2017 soit 23 089 votes. Les bulletins blancs et nuls représentent 12,41 %.

A Limoges, comme au 1er tour Emmanuel Macron gagne avec 67,69 % des votes contre 32,31 % pour son adversaire. L’abstention atteint 29,95 % et le taux de bulletins blancs et nuls est de 11,62 %.

A la sous-préfecture de Bellac, le président sortant est en tête avec 54,47 %, Marine Le Pen est créditée de 45,53 %. Le taux d’abstention est de 28,70 % et les bulletins blancs et nuls s’élèvent à 11,72 %

A Couzeix, c’est Emmanuel Macron qui est vainqueur avec 62,60 % des suffrages (3.266 voix), Marine Le Pen totalisant 37,40 % (1 951 voix). L’abstention est de 23,15 % avec 11,14 % de bulletins blancs et nuls. Le président double son score du 1er tour engrangeant certainement une bonne part des 17,93 % des votes Mélenchon du premier tour.

A Panazol, son score est encore meilleur avec 66,62 % des suffrages contre 35,38 % pour Marine Le Pen. L’abstention est de 20,93 % et le taux de de bulletins blancs et nuls de 10,28 %.

A Saint-Junien, terre de gauche par excellence, le président sortant obtient le même résultat qu’au niveau national avec 58,46 % des suffrages contre 41,54 % à son adversaire pour un taux d’abstention de 26,67 %.

A la sous-préfecture de Rochechouart, Emmanuel Macron l’emporte avec 53,68 % contre 46,32 % pour Marine Le Pen avec un taux d’abstention de 23,07 %.

Macron baisse et Le Pen progresse

Dans les principales villes du département, le score du chef de l’État est en recul par rapport à l’élection de 2017 avec une perte entre 9 et 12 %. A l’inverse Marine le Pen progresse sur ces mêmes villes entre 9 % et 13 % et obtient ses meilleurs résultats dans les deux sous-préfectures en dépassant 45 % des votes.

Elle est également en tête dans de nombreuses petites communes rurales aussi bien au Nord, à l’Ouest qu’à l’Est du département parfois de quelques voix seulement. Quatre communes n’ont pas pu départager les deux finalistes à savoir Châteauponsac, Saint-Martin-Terressus, Le Châtenet-en-Dognon et Pensol.

Cette progression du vote d’extrême droite préoccupe le député LREM Pierre Venteau qui voit dans cette expression des urnes, un vote de colère pas toujours justifié. « Marine Le Pen est devant dans des petites communes avec un maire PS ou PC, c’est édifiant » déplore-t-il, « c’est un marqueur fort qui appelle des mesures fortes même avant les législatives. C’est indispensable sur la question du pouvoir d’achat. On voit le résultat d’un discours négatif de déclassement, on n’est pas plus malheureux en Haute-Vienne qu’ailleurs. On est un peu déboussolé dans les territoires ruraux. Le sentiment de déclassement c’est aussi un ressenti. Le combattre, c’est commencer par avoir un discours positif, ce n’est pas le cas aujourd’hui. C’est la complainte permanente ; j’en veux aussi à ceux qui sont à la manouvre dans les collectivités car cette complainte, ce n’est pas positif. »

Quant à la réélection du président, il espère qu’il n’y aura pas de dérives dans les prochains jours à l’approche des élections législatives en juin. « Les extrêmes expliquent qu’il y aura un troisième tour aux législatives, on verra ce qu’il en sera mais je ne voudrais pas qu’il y ait une contestation des résultats. Les urnes ont parlé, Emmanuel Macron est élu indéniablement. Respectons les urnes.»

Pour Jean-Claude Leblois, président socialiste du Conseil départemental, cette réélection n’est pas un vote d’adhésion au programme du candidat président. « Le peuple français a voté faisant le choix de rejeter une nouvelle fois la candidate de l’extrême-droite et rappelant son attachement profond à la République et à ses valeurs fondatrices de liberté, d’égalité et de fraternité… Je salue ce résultat mais il ne constitue en rien une victoire tant les conditions de cette réélection sont discutables… C’est comme l’ont souligné beaucoup de commentateurs “le vote du moindre mal” dans une dialectique savamment entretenue par les macronistes du “moi ou le chaos” ».

Et d’ajouter que « Ce résultat montre un tassement des réflexes républicains face à l’arrogance et la dureté du président candidat, estimant seul détenir la vérité sans qu’aucune discussion ne soit permise. Le score d’Emmanuel Macron, en retrait de celui de 2017, marque une érosion inquiétante sur l’état de colère sociale et alarmante sur la tentation insurrectionnelle qui guette notre nation. Le président réélu a le devoir d’y porter une réelle attention afin de prendre les attentes des Français en considération, sans duperie ni trahison. »


Ça vous intéresse ?
Partagez l'article !
Copier le lien Partager sur FaceBook Partager sur Twitter Partager sur Linkedin Imprimer
Laissez vos commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

On en parle ! Haute-Vienne À lire ! POLITIQUE > Nos derniers articles