Le prix Joël Aubert a été lancé au Salon de l’Agriculture


« Il ne fallait pas que l’histoire s’arrête là, » explique Bernard Jouannaud, président des Amis d’Aqui.

Lancement du prix Joël Aubert avec Bernard Jouannaud, Dominique Graciet et Bruno Millet.Nolwenn Tournoux

Lancement du prix Joël Aubert avec Bernard Jouannaud, Dominique Graciet et Bruno Millet.

Copier le lien Partager sur FaceBook Partager sur Twitter Partager sur Linkedin Imprimer
Temps de lecture 1 min Nombre de vues

Publication PUBLIÉ LE 22/05/2022 PAR Nolwenn Tournoux

Le 21 mai, jour d’ouverture de l’édition 2022 du Salon de l’Agriculture de Nouvelle-Aquitaine, le prix a été lancé sur le plateau d’AgriWeb.tv. Il a pour vocation de perpétuer les valeurs et la mémoire de Joël Aubert. Dans l’esprit de transmission qui le caractérisait, ce prix vise à récompenser de jeunes journalistes en formation. Habitué du salon et proche du monde de l’agriculture, le créateur d’Aqui et ancien journaliste éditorialiste de Sud-Ouest avait pour habitude de déambuler dans les allées, son béret sur la tête. Il y retrouvait chaque année de nombreuses connaissances.

« Il ne fallait pas que l’histoire s’arrête là, » explique Bernard Jouannaud, président des Amis d’Aqui. Chaque année, le prix Joël Aubert récompensera et encouragera un journaliste en formation. Pour participer, ces derniers devront fournir des travaux journalistiques, écrit et vidéo, en rapport avec l’agriculture ou la ruralité en Nouvelle-Aquitaine. Les candidatures seront ensuite examinées par un jury, composé notamment du politologue Roland Cayrol, de Bruno Millet, commissaire général du salon, de représentants d’Aqui.fr et du groupe Keyop Media. Le prix sera officiellement décerné fin mai, au cours du Salon de l’Agriculture de Nouvelle-Aquitaine. Le choix de ce lieu n’est pas un hasard : « Joël était profondément attaché au monde rural. C’était un ami du salon, un ami des agriculteurs, » affirme Dominique Graciet, président du Salon.                        

Le lauréat se verra attribuer, entre autres, un montant de 2000 € (financé par le Salon de l’Agriculture), une interview du lauréat sur Agriweb.tv et le prix matérialisé par une plume en bois gravé. Le journaliste en herbe sera notamment récompensé pour avoir réalisé un travail perpétuant les valeurs éthiques de Joël Aubert dans le traitement de son sujet : “humanisme et bienveillance, sans a priori”, décrivent les créateurs du prix. La première édition du prix sera lancée en septembre, avec des informations plus concrètes concernant les participations.

Cet article fait partie du dossier
Ça vous intéresse ?
Partagez l'article !
Copier le lien Partager sur FaceBook Partager sur Twitter Partager sur Linkedin Imprimer
Laissez vos commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

On en parle ! Nouvelle-Aquitaine À lire ! SOCIÉTÉ > Nos derniers articles