L’agriculture de Nouvelle-Aquitaine en partie de campagne…


Après 2 ans d'absence, le Salon International de l'Agriculture se tient du 26 février au 6 mars à Paris, porte de Versailles. L'agriculture régionale ne manquera pas le rendez-vous.

Photo d'archive : Alain Rousset sur le Salon International de l'agriculture au côté de Jean-Pierre Raynaud, et Philippe Basta, éleveur à Arzacq-Arraziguet (64) de Blonde d'AquitaineAqui.fr

Photo d'archive : Alain Rousset sur le Salon International de l'agriculture au côté de Jean-Pierre Raynaud, et Philippe Basta, éleveur à Arzacq-Arraziguet (64) de Blonde d'Aquitaine

Copier le lien Partager sur FaceBook Partager sur Twitter Partager sur Linkedin Imprimer
Temps de lecture 3 min Nombre de vues

Publication PUBLIÉ LE 17/02/2022 PAR Solène MÉRIC

60 000 exploitations, 180 000 emplois, 11 milliards d’euros de chiffre d’affaires. Ca, c’est la ferme Nouvelle-Aquitaine côté chiffres. On peut même y ajouter 30 Mds € de chiffre d’affaires côté agroalimentaire… Ca peut impressionner mais ça manque de vivant. A travers sa présence au Salon international de l’agriculture de Paris, la Région veut donner à voir, à goûter et à vivre sa richesse agricole et gourmande. Du 26 février au 6 mars, à Paris Expo Porte de Versailles, deux lieux de rendez-vous : le hall 1 pour l’élevage et le hall 3 pour les producteurs et les territoires.

« Après une édition 2020 écourtée d’un jour, et un Salon 2021 qui n’a pas eu lieu, il y a une vraie attente et un fort enthousiasme des producteurs autour de ce Salon international de l’Agriculture qui se déroulera sous le signe des retrouvailles ! » décrit déjà Jean-Pierre Raynaud.

Le vice-président de la Région Nouvelle-Aquitaine en charge de l’agriculture, aussi président de l’Agence de l’Alimentation de Nouvelle-Aquitaine, rappelle en effet tout l’enjeu d’un tel rendez-vous : « il s’agit d’affirmer les richesses agricoles et agroalimentaires de notre région, de valoriser nos produits, nos filières et les savoir-faire des hommes et des femmes qui ont inscrit leur production dans des démarches de qualité ». La région est en effet championne en nombre de signes officiels de qualité et d’origine.

Bovins, ovins et fruits et légumes
Le salon parisien est ainsi pour le grand public, « une vitrine » de la grande ferme agricole néo-aquitaine. Côté élevage, un stand de 220 m² situé sous le Hall 1 du Salon, mettra principalement les 4 races bovines emblématiques du territoire : Limousine, Parthenaise, Bazadaise et Blonde d’Aquitaine. Mais à travers elles, « c’est le travail de leurs éleveurs avec 98 élevages présents à Paris, qui est valorisé par les concours, les présentations de races ou, encore les ventes aux enchères, temps forts s’il en est pour les professionnels », souligne Julien Toueille directeur adjoint de l’AaNA.

L’élevage néo-aquitain sera cette année encore bien représenté au SIA 2022 – photo d’archive

Mais les ovins seront aussi présents avec, notamment, de fiers représentants des races Agneau du Limousin, Agneau du Poitou-Charente ou encore Agneaux du Périgord. Un espace de vente est aussi mis en place sur ce stand pour découvrir les produits de la filière laitière et viande.

Enfin, 21 filières de fruits et légumes seront aussi mises à l’honneur tout au long du Salon par des animations culinaires du Chef Frédéric Coiffé et des temps de rencontres entre professionnels, producteurs, représentants de filières et « instagrameurs ». Objectif : faire rayonner ce teemps promotion des filières hors les murs du Salon.


Dégustations
Du côté du Hall 3 , baptisé “Produits et Saveurs des régions de France”, « la Nouvelle-Aquitaine accueille sur un stand de 1000 m2, une cinquantaine de producteurs, viticulteurs, négociants et artisans », indique Maire-Françoise Goulinat  du pôle Entreprises de l’AaNA. Ils viendront présenter leurs savoir-faire et produits des quatre coins de la région. Au menu : fromages et salaisons, viandes, foie gras, spécialités sucrées ou salées, épiceries et conserves, produits de la mer, vins et spiritueux… De quoi faire chavirer les papilles des visiteurs ! D’autant plus que « les protocoles sanitaires permettront d’ici là de consommer debout et en marchant. Mais il faudra des parts individuelles, fini les plateaux qui passent de mains en mains », précise Marie-Françoise Goulinat. Un soulagement du point de vue des organisations et des producteurs présents, après un bien long suspens.

Côté produits il faudra aussi compter sur la présence de nombreux autres petits producteurs sur les stands des Départements associés à cette présence régionale. Après quelques défections liés aux incertitudes et contraintes sanitaires, restent à la fête les Départements de la Dordogne, de la Corrèze, du Lot-et-Garonne et des Pyrénées-Atlantiques. Chacun d’entre eux propose son propre programme de dégustations, animations et de mise en valeur touristique de leur territoire.

Enfin, si l’agriculture régionale doit retenir une date sur ce SIA 2022, ce sera celle du 2 mars, Journée de la Région Nouvelle-Aquitaine. Pour l’occasion, Alain Rousset viendra à la rencontre des acteurs mais aussi promouvoir la politique agricole et agroalimentaire régionale au croisement des enjeux de qualité, de transition agro-écologique et d’innovation.

Ça vous intéresse ?
Partagez l'article !
Copier le lien Partager sur FaceBook Partager sur Twitter Partager sur Linkedin Imprimer
Laissez vos commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

On en parle ! Nouvelle-Aquitaine À lire ! AGRICULTURE > Nos derniers articles