Ils ont 20 ans et manifestent pour leur retraite


Ils étaient 60 000 selon les syndicats à manifester ce jeudi 19 janvier à Bordeaux, contre la réforme des retraites. Parmi eux, des étudiants qui se sentent déjà concernés par cette mesure étaient présents.

Manon Gazin | Aqui

60 000 personnes étaient présents à la manifestation selon l'intersyndicale, contre 16 000 selon la préfecture.

Copier le lien Partager sur FaceBook Partager sur Twitter Partager sur Linkedin Imprimer
Temps de lecture 3 min Nombre de vues

Publication PUBLIÉ LE 20/01/2023 PAR Manon Gazin

Mila, 19 ans, l’affirme :  c’était une évidence pour elle de venir manifester aujourd’hui. “Les retraites, ça peut nous paraître un peu lointain. Mais c’est quelque chose qui nous concerne de près, et qui nous tient à coeur”, affirme l’étudiante en L2 à l’université Bordeaux Montaigne. Elle fait partie des 60 000 manifestants présents ce jeudi 19 janvier selon l’intersyndicale (contre 16 000 selon la préfecture).

Son drapeau du Nouveau Parti anticapitaliste en main et les cheveux trempés par la pluie, la jeune femme évoque un “ras-le-bol général“, causé en partie le projet de réforme des retraites. Sujet à de nombreux débats, cette réforme prévoit notamment le report de l’âge légal de départ à la retraite de 62 à 64 ans.

60 ans, c’est déjà tard“, soupire-t-elle. “On travaille toute sa vie, pour arriver à un point où physiquement on n’est plus en très grande forme“, dit-elle en souriant. “C’est un moment où on devrait se reposer. On s’approche des 70 ans, et ce n’est pas normal“, affirme l’étudiante, qui regrette qu’il n’y ait “pas assez de jeunes” à la manifestation.

“Mourir au caveau avant d’avoir pu atteindre la retraite”

Même positionnement que Petra, étudiante en licence Culture Humaniste, également à Bordeaux Montaigne. “Même si l’on ne se pose pas la question de notre retraite en premier lieu, en réalité ça nous concerne énormément“, affirme la jeune femme aux cheveux courts, surveillante dans un lycée à  côté de ses études. “Parce que de manière générale, nous voyons bien que notre avenir est de plus en plus embrumé par la politique de Macron et les gouvernements successifs“, explique celle qui est également militante au sein des collectifs Le Poing Levé et Révolution Permanente. 

Manon Gazin | Aqui

Parmi les manifestants, de nombreux étudiants et lycéens étaient présents.

Nous sommes pour une retraite à 60 ans et une prise en compte de la pénibilité à 55” affirme Petra, qui refuse de “mourir au caveau avant d’avoir pu atteindre la retraite”.

Créer la discussion

Certains, comme Kayetane, 23 ans, veulent miser sur le dialogue : “On a répondu à cet appel pour créer une discussion“, explique l’étudiant en sociologie, qui insiste sur le fait que “la démocratie fonctionne dans le débat et l’écoute. (…) On n’est pas là pour notre intérêt personnel, mais pour être tous ensemble“, affirme le jeune homme, qui considère que ce projet de réforme concerne toute la population. “Il s’agit de faire fonctionner la démocratie sainement, et de montrer que nous sommes des citoyens actifs“, souligne-t-il.

D’autres veulent proposer des solutions, comme Romain, 22 ans, qui soutient qu’un “avancement” de l’âge légal de départ à la retraite, afin de “libérer des postes de travail” serait une meilleure option. Tout comme “une baisse des pensions, pour lesquelles il y a beaucoup d’écart”. “Certains retraités sont parfois plus riches que des actifs. Je ne les blâme pas, mais est-ce qu’on ne pourrait pas se poser la question d’une baisse des pensions pour économiser de l’argent ?” soutient le jeune homme, qui vient de finir ses études à Sciences Po Bordeaux.

“Le gouvernement est totalement déconnecté”

Car Romain ne s’en cache pas, il trouve ce projet de loi “injuste, et surtout inutile, au regard des richesses qu’il existe ailleurs.” “Il est injuste notamment pour les plus précaires, et les gens qui ont des métiers difficiles et qui commencent le plus tôt”, souligne-t-il. D’autant plus que le jeune craint que d’autres réformes, “pires” que celle discutée actuellement, soient adoptées dans les prochaines années.

Mais tout comme les autres étudiants présents, Romain souhaite protester contre les nombreux projets menés par le gouvernement. “Il est à nos yeux totalement déconnecté des enjeux de ce siècle, et des enjeux que veut la société“, affirme le jeune homme. “Quand on voit que plus de 70% des Français sont opposés au projet de loi, est-ce qu’on peut encore se dire que ce que propose le gouvernement est en accord avec la société ?“.

Ça vous intéresse ?
Partagez l'article !
Copier le lien Partager sur FaceBook Partager sur Twitter Partager sur Linkedin Imprimer
Laissez vos commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

On en parle ! Bordeaux / Gironde À lire ! SOCIÉTÉ > Nos derniers articles