Des logements inclusifs comme alternative à l’EHPAD


A la résidence Vivre@dom de Limoges, les sept locataires vivent à leur rythme dans des logements inclusifs destinés à des personnes de 60 ans et plus, encore autonomes. Une alternative sécurisante entre le maintien à domicile et l’entrée en EHPAD.

locataires de la résidence inclusive atelier décor NoëlCorinne Merigaud | Aqui

Les locataires de la résidence inclusive sont satisfaits de leur logement.

Copier le lien Partager sur FaceBook Partager sur Twitter Partager sur Linkedin Imprimer
Temps de lecture 3 min Nombre de vues

Publication PUBLIÉ LE 21/12/2022 PAR Corinne Merigaud

Dans l’espace de vie partagé, Josy, Claudine et Joëlle commencent leur centre de table, aidées par deux accompagnants éducatifs et sociaux. Dominique les rejoints pour préparer les décorations de Noël.

« Je suis le dernier arrivé ici lance-t-il, c’est important la sécurité. » Josy acquiesce. « Le logement est parfait, avec beaucoup de domotique. On n’est jamais seule, c’est comme une famille et on a un bon voisinage. » Arrivée en juin, elle a trouvé la structure idéale, à mi-chemin entre son domicile auquel elle a dû renoncer en raison de l’état de santé de son époux, et l’entrée en établissement.

Un public plus jeune qu’en institution

Dans cette résidence de 40 logements ouverte en juin, six logements inclusifs sont aménagés pour des personnes de 60 ans en perte d’autonomie mais encore autonomes. Le public, âgé de 67 ans, est plus jeune qu’en institution. Les locataires résident dans des T2 ou T3 indépendants, seuls ou en couple, et accompagnés de leurs animaux. Le bailleur social Limoges Habitat a signé un partenariat avec l’association Soins et Santé pour proposer ce nouveau mode d’hébergement.

« Les locataires peuvent poursuivre leur vie à domicile avec un côté sécurisant grâce à la téléassistance avancée assure Aurély Bougnoteau, directrice de l’association, elles mènent leur vie comme elles veulent. Pour les personnes équipées d’un médaillon ou d’une montre, ça se déclenche automatiquement en cas de chute. Une personne de l’équipe intervient ou les secourt. » Ce dispositif, gratuit durant deux ans pour les locataires, est pris en charge par la Région.

« La téléassistance avancée, outil de prévention et prédiction »

Deux start-up, la société de téléassistance Iris et Télégrapfik, spécialisée dans l’intelligence artificielle, sont partie prenante du dispositif. « C’est un outil de prévention et de prédiction précise-t-elle, cela permet non pas de pister la personne mais d’enregistrer ses habitudes de vie, sans caméra bien sûr. Avec l’appli, nous savons si elle s’est levée à son heure habituelle, si elle a ouvert son réfrigérateur pour prendre ses repas ou si elle l’a ouvert dix fois dans la nuit par exemple. Dans ce cas, on s’assurera qu’elle n’ait pas un problème de santé. »

Les locataires, qui étaient souvent locataires de Limoges Habitat, paient un loyer modeste au regard des équipements. La domotique facilite la vie au quotidien avec notamment un chemin lumineux, des commandes d’éclairage et d’ouverture du réfrigérateur mais aussi la douche à l’italienne, des barres d’appui et des mains courantes. Un logement est également aménagé pour une personne à mobilité réduite. « Tout est à portée de main, je peux me faire à manger assure Claudine, et sortir facilement pour aller dans le bâtiment en face. Le matin, je regarde si les volets des autres locataires sont bien ouverts. » Ici, les mots famille, entraide et solidarité prennent tout leur sens. « Chacun veille sur les uns et les autres » atteste Joëlle.

Sur les 40 logements, six sont aménagés pour des personnes en perte d’autonomie.

La résidence, située avenue Baudin, est à proximité de commerces. Au coeur de cet habitat inclusif se dessine également un projet social et partagé incluant le soutien à l’autonomie, l’aide aux courses, les activités de la vie quotidienne comme la préparation des repas, des sorties culturelles ou récréatives (opéra, cinéma, chorale…) selon les envies et les goûts de chacun. Le succès a été immédiat. « Tout est complet signale la directrice, nous espérons avoir encore deux logements. Nous aimerions que Limoges Habitat nous en proposent quand ils réhabiliteront des logements. Et pourquoi pas d’autres bailleurs sociaux comme l’ODHAC. » L’appel est lancé…

Ça vous intéresse ?
Partagez l'article !
Copier le lien Partager sur FaceBook Partager sur Twitter Partager sur Linkedin Imprimer
Laissez vos commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

On en parle ! Limoges / Haute-Vienne À lire ! SOCIÉTÉ > Nos derniers articles