Départementales : Jean-Luc Gleyze entre en campagne


Le président du Département de la Gironde a lancé la campagne des élections départementales ce 15 mars en présentant sa candidature à la tête d'une liste qu'il souhaite d'union de gauche : "La Gironde en commun"

La Gironde en commun

Elections départementales 2021. Lancement de campagne Gironde en Commun. Jean-Luc Gleyze tête de liste et ses 2 co-directeurs de campagne Christine Bost et Matthieu Rouveyre. 05/03/2021

Copier le lien Partager sur FaceBook Partager sur Twitter Partager sur Linkedin Imprimer
Temps de lecture 4 min Nombre de vues

Publication PUBLIÉ LE 16/03/2021 PAR Solène MÉRIC

Sans même prendre en compte la simultanéité, pour ne pas dire la concurrence, des campagnes régionale et départementale qui pourrait bien contribuer à brouiller les messages, « faire campagne » dans les semaines à venir ne s’annonce décidément pas facile pour l’ensemble des candidats. Outre un temps de campagne réduit à 3 mois, les aspirants à l’élection ou à la ré-élection devront rivaliser d’ingéniosité pour toucher les électeurs dans un monde où les réunions publiques sont relativement compromises, les poignées de main sur les marchés interdites, et le porte-à-porte, masque sur la bouche et solution hydro-alcoolique en poche, plus que délicates…

Site internet, plateforme participative et pédagogie

Jean-Luc Gleyze, entouré ce lundi matin de ses deux co-directeurs de campagne ( et vice-présidents à ses côtés au Département) Christine Bost, au bilan et au projet de campagne, et Matthieu Rouveyre, à la mise en oeuvre opérationnelle et à la communication, en a bien conscience. Face à l’adversité que représente d’emblée la crise sanitaire, l’objectif du candidat est d’en faire, à l’inverse, « une opportunité ». Avec comme ambition à cette mobilisation, la lutte contre l’abstention. En plus d’être « un vrai enjeu démocratique », elle est « la plus grosse menace de cette élection » estime le président socialiste sortant.
Pour tenter donc, d’être « au contact » des girondins, la liste « La Gironde en commun » empruntera plusieurs voies pour tracer son sillon dans l’esprit des électeurs : un site internet (girondeencommun.fr), des vidéos, des podcasts, des conférences thématiques interactives, un appui sur les réseaux sociaux, mais aussi plus traditionnelle, la tournée des boîtes aux lettres pour distribuer des documents papiers. Mais le site internet est aussi accompagné d’une plateforme participative « pour être parfaitement en lien et à l’écoute de nos concitoyens. Plateforme qui permettra également d’enrichir le programme », présente Matthieu Rouveyre.
A travers ces différents outils, il s’agira bien sûr de présenter les candidats, les valeurs et le programme de la liste. Mais l’idée dans cette campagne, est aussi de faire une large place à la pédagogie sur le rôle et les compétences du Département. « Il faut être très clair sur ce qui est possible ou pas », insiste Christine Bost en prévention des candidats ou partis « qui présenteraient des lignes de programme qui n’ont rien à voir avec les compétences du Département ».

Un logo rose… et vert

Si le détail du programme n’était pas vraiment à l’ordre du jour de ce lancement de campagne, pas plus que la présentation des candidats qui se tiendra le 24 avril prochain, ce rendez-vous médiatique a mis en exergue le bilan des 6 années de présidence de Jean-Luc Gleyze à la tête du Département. Six années de présidence PS mais aussi, plus largement, d’une majorité départementale de gauche unie derrière lui. Jean-Luc Gleyze l’affirme d’ailleurs « mon ambition est bien l’union de la gauche. Nous avons des valeurs et des intérêts communs. Pour ce qui est d’EELV et de Génération s, il y a une feuille de papier à cigarette entre nous ».
Cela étant, les choses n’allant pas toujours de soi, des discussions et échanges ont eu lieu avec pour l’heure différents niveaux d’avancement. Pour Place publique, Génération.s, Mouvement radical et le PCF, « la finalité de la négociation est calée, nous n’avons plus qu’à signer ». Pour Nouvelle Donne et le PRG, les discussions sont en train de se terminer positivement. Quant à EELV, « les discussions ont bien avancé », précisent ceux dont le logo de campagne affiche déjà les couleurs rose et vert…

Il ne faut pas avoir une réflexion de liste, il y a là véritablement 33 élections différentes

Au total, sans vouloir préjuger de l’avenir, le trio Gleyze-Bost-Rouveyre semble plutôt optimiste, avec pour seul souci déclaré « parvenir à l’alchimie des individualités pour former une véritable équipe ». Une question d’alchimie qui semble par contre avoir manqué dans les échanges avec Les Insoumis… Avec cette particularité de l’élection départementale, souligne le président sortant, qu’elle se joue à l’échelle de 33 cantons. « Il ne faut pas avoir une réflexion de liste, il y a là véritablement 33 élections différentes avec des tickets composés de 2 candidats et de leurs 2 suppléants pour chaque canton. Il faut donc des personnes qui auront capacité à convaincre à l’échelle de leur territoire. C’est aussi ce qui fait que le Département est une collectivité de proximité ». Autre critères, cette fois comptable, voulu par «La Gironde en commun » : un tiers de candidats sortants, un tiers de nouveaux élus et un tiers de représentants de la société civile.

Les “bonus” du programme de 2015
Si Jean-Luc Gleyze et ses acolytes comptent sur le rassemblement des forces de gauche (« nécessaire car conquérant », ponctue Jean-Luc Gleyze) ils veulent aussi croire pour leur compte à un autre avantage au départ de la course électorale : « la solidité du bilan et le sens des responsabilités départementales ». « En 6 ans le monde a beaucoup changé. Nous avons été plus loin que ce que nous avions proposé et en même temps nous avons su nous adapter », met en exergue Christine Bost. Citant notamment dans les ”bonus” du programme de 2015, le Plan Ambition collège, le Plan Haut méga, le Village d’enfants de Sablon, le Domaine agri-culturel de Nodris, ou encore la mobilisation locale et nationale du Président sortant autour du revenu de base.
Mais il s’agit ici aussi de comprendre que resteront du vocable et des ambitions de campagne, les notions de « résilience », d’ « innovation » ajoutée à celle de la participation citoyenne, le « faire avec » souligne Jean-Luc Gleyze.
Sur les axes principaux d’une campagne qui s’annonce donc très en appui avec les réalisations précédentes, il s’agira d’abord de réaffirmer la volonté « d’aller vers les girondins », de « créer du lien avec eux ». Sont aussi aussi au menu, la confirmation des ambitions de solidarité et d’inclusion, et enfin, peut-être un peu plus nouvelle, ou plus fortement affirmée dans le discours des élus sortants, « l’urgence de préserver le vivant pour les générations actuelles et futures ».

Ça vous intéresse ?
Partagez l'article !
Copier le lien Partager sur FaceBook Partager sur Twitter Partager sur Linkedin Imprimer
Laissez vos commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

On en parle ! Gironde À lire ! POLITIQUE > Nos derniers articles