Dans un tram, les voyageurs testent des simulateurs


Cette campagne de sensibilisation vise à éveiller l'empathie des bordelais envers les publics fragiles, et solliciter plus de bienveillance.

Corentin et Lucie, de l'entreprise ReSanté-Vous, font une démonstration de l'équipement.Nolwenn Tournoux

Corentin et Lucie, de l'entreprise ReSanté-Vous, font une démonstration de l'équipement.

Copier le lien Partager sur FaceBook Partager sur Twitter Partager sur Linkedin Imprimer
Temps de lecture 2 min Nombre de vues

Publication PUBLIÉ LE 14/04/2022 PAR Nolwenn Tournoux

A Bordeaux, Keolis Bordeaux Métropole a lancé une campagne de sensibilisation dans une rame de tramway. Pour mettre en place cette action, Keolis a fait appel à l’entreprise ReSanté-Vous, qui forme des professionnels de santé sur des sujets liés à l’âge. Jusqu’au 15 avril, entre 11 et 15h, les volontaires se mettront dans la peau d’une personne âgée, à l’aide d’un dispositif à enfiler. Le but : inciter les bordelais à plus de civisme et de bienveillance envers les « publics fragiles ».

Dans cette rame, le personnel de ReSanté-Vous invite les voyageurs à enfiler l’équipement. Un baudrier et des poids recréent les sensations liées à la fonte musculaire, tandis qu’un casque entraîne une baisse de l’audition et des lunettes simulent un glaucome. Les jambes, quant à elles, se retrouvent bloquées dans certaines positions.

Equipés de cette manière, les volontaires déambulent avec difficulté, dos courbé, jambes écartées et genoux fléchis, sous les directives du personnel ReSanté-Vous qui les incite à marcher, s’asseoir ou encore se lever. Les réactions varient, et les remarques étonnées ou les rires ne sont pas rares. Derrière ce dispositif ludique, une vraie prise de conscience est sollicitée par l’empathie. Les voyageurs, une fois libérés de tout l’attirail, sont questionnés sur leur ressenti. « Cette démarche n’a pas une visée morale mais pédagogique. Ressentir permet de mieux comprendre, » explique Benjamin Grelaud, chargé d’actions commerciales Keolis.

Sensibiliser pour lutter contre la déprise

Si l’image que l’on a d’un public fragile est souvent celle d’une personne âgée ou en fauteuil roulant, elle est loin de représenter la globalité de ces publics. « À tout moment, n’importe qui, peut se retrouver dans une situation de fragilité sans que ce soit définitif, par exemple avec un pied dans le plâtre, » rappelle Benjamin Grelaud. « Quand quelqu’un a une sclérose en plaques ou une endométriose, ce n’est pas marqué sur son visage. Et pourtant, ça impacte la personne dans sa mobilité. »

Les voyageurs ayant des fragilités invisibles sont parfois victimes du manque d’empathie des autres. « Pour certaines personnes, même si cela ne se voit pas, c’est compliqué de voyager debout. Même une personne jeune peut avoir des difficultés et se dire “Je n’ai que 5 arrêts de bus, mais je ne tiendrai pas 5 arrêts.” » détaille Stéphane Grandsart, chargé de mission accessibilité publics fragiles. Par souci de « crédibilité », ou bien pour ne pas s’imposer, certains n’osent pas demander une place dont ils ont pourtant besoin. En conséquence, des personnes âgées ou ayant un handicap, visible ou non, se privent de transports publics et renoncent parfois à leurs activités. « Il faut lutter contre cette déprise », affirme Benjamin Grelaud. « Ça m’a guidé dans cette campagne, et ce n’est que le début. Nous espérons développer de plus en plus de projets comme celui-là. »


L’info en plus:
Pour repérer la rame qui propose cette sensibilisation en circulant sur le réseau TBM, elle est floquée au couleur de la campagne “Ressentir pour mieux comprendre”.

https://www.infotbm.com

Ça vous intéresse ?
Partagez l'article !
Copier le lien Partager sur FaceBook Partager sur Twitter Partager sur Linkedin Imprimer
Laissez vos commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

On en parle ! Bordeaux Métropole / Gironde À lire ! SOCIÉTÉ > Nos derniers articles