Clairvivre, 70 ans au service des travailleurs handicapées


L'établissement et service de réadaptation professionnelle de Clairvivre en Dordogne fête ses 70 ans. Cet anniversaire est célébré ce jeudi en présence d'un médaillé para-olympique.

La cité de Clairvivre à Salagnac en DordogneClaude-Hélène Yvard

La cité de Clairvivre à Salagnac en Dordogne

Copier le lien Partager sur FaceBook Partager sur Twitter Partager sur Linkedin Imprimer
Temps de lecture 3 min Nombre de vues

Publication PUBLIÉ LE 29/09/2021 PAR Claude-Hélène Yvard

Ce 30 septembre, l’Etablissement et Service de Réadaptation Professionnelle (ESRP) de Clairvivre, le plus important de Nouvelle-Aquitaine fêtera son 70e anniversaire. Différents ateliers, tables-rondes sont organisés toute la journée en présence de Dimitri Pavade : ancien stagiaire de l’ESRP, vice-champion paralympique de saut en longueur médaillé aux JO de Tokyo. Cet évènement à destination des professionnels de l’orientation, de la formation et de l’insertion et des entreprises sera l’occasion d’échanges pour un meilleur accompagnement des personnes en situation de handicap.

A l’origine la cité de Clairvivre, située à l’est du département de la Dordogne, en limite de la Corrèze, a été fondée entre 1930 et 1933, par la Fédération Nationale des Blessés du Poumon et Chirurgicaux (F.N.B.P.C.), pour accuellir les malades du poumon, les tuberculeux et leurs familles. Au fil des ans, cette vocation de “réparer les hommes” pour leur construire un avenir est restée. Elle demeure aujourd’hui par ses missions de service public. En son sein, la cité, qui est un établissement départemental, accueille trois structures, un établissement d’accueil non médicalisé qui réunit un foyer d’accueil, un foyer d’hébergement, et un accueil de jour, un ESAT et l’établissement et service de réadaption professionnelle. Cet ESRP fête ce 30 septembre son 70e annniversaire.

“Il a été créé en 1951, nous avons accueilli 17 000 stagiaires venant de toute la France. Ce sont des personnes ayant une reconnaissance de travailleur handicapé, à la suite de maladie, d’accident, d’allergie, ou de naissance. Nous accueillons tous types de handicap sauf le handicap mental.  Au départ, notre établissement proposait une dizaine de formations qualifiantes”, explique Béatrice PénicaudAujourd’hui la structure dispense une vingtaine de formations qualifiantes, dans les domaines de la filière cuir, de l’horticulture, de la restauration, des métiers de service comme le conseil en magasin. Il s’agit de titres professionnels. “Nous proposons aussi trois dispositifs d’orientation, qui vont de 14 semaines à neuf mois en termes de durée. Car il y a des personnes qui arrivent chez nous qui doivent faire le deuil de leur ancienne vie professionnelle. Elles ne savent toujours où elles en sont. Un de nos atouts est que notre équipe est pluridisciplinaire, avec des psychologues, des psychiatres, des infirmiers. Tous ces membres contribuent à rendre l’accompagnement le plus personnalisé possible.”

Le point commun de tous ces stagiaires est qu’ils sont orientés par les Maisons départementales des personnes handicapées  (MDPH) et sont rémunérés par la Région au titre de la formation. La moyenne d’âge de ces stagiaires se situe actuellement autour de 45 ans, avec un tiers de femmes pour deux tiers d’hommes. L’ESRP voit arriver des personnes de plus en plus jeunes, qui sortent  par exemple d’un IME (institut médico éducatif) ou du système scolaire sans solution, et les plus de 55 ans sont aussi en progression. L”établissement dispose de 341 places. 

L'ESRP de Clairvivre dispense par exemple une formation d' Agent Technique Prothésiste OrthésisteEPD Clairvivre

L’ESRP de Clairvivre dispense par exemple une formation d’ Agent Technique Prothésiste Orthésiste

Une journée de débats

Le monde médicosocial est en perpétuelle évolution, les ESRP ont vu, fin 2020, leurs missions et leurs objectifs modifiés allant vers plus d’inclusion et de partenariats avec le milieu ordinaire, travaillant en plateforme de services. Le taux d’insertion des stagiaires de Clairvivre atteint les 60 % en milieu ordinaire à l’issue de la formation ; une partie  des stagiaires est orientée vers un ESAT, en fonction du degré d’autonomie, ou encore une entreprise adaptée, et on enregistre quelques poursuites de cursus. 

Ce 30 septembre, c’est toute une journée de rencontres, tables rondes et ateliers de travail qui est programmée dès 9 heures. Le psychosociologue Jean-René Loubat, le neuropsychologue Stéphane Soury, la directrice de la Fédération des centres de réadaptation professionnelle Isabelle Mérian, l’expert conseil en évolution professionnelle André Chauvet ainsi que la présidente de l’Union nationale de familles et amis de personnes malades et/ou handicapées psychiques (Unafam 24) Françoise Védrine interviendront. Dimitri Pavade, médaillé d’argent aux Jeux Paralympiques de Tokyo, ancien stagiaire de l’ESRP, de Clairvivre, participe à cette journée évènement. Des visites des formations dispensées sont programmées à partir de 16 h 30 et le programme s’achèvera par un concert gratuit et un feu d’artifice tiré à proximité du bâtiment principal.Solida

Ça vous intéresse ?
Partagez l'article !
Copier le lien Partager sur FaceBook Partager sur Twitter Partager sur Linkedin Imprimer
Laissez vos commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

On en parle ! Nouvelle-Aquitaine À lire ! SOLIDARITÉS > Nos derniers articles