Cinq listes se disputeront les suffrages des haut-viennois


Le président sortant se dit à la tête d'une liste de gauche "unie" dès le premier tour... Une gauche au total malgré tout plus éclatée que la droite

La salle du conseil du Conseil Départemental de la Haute-VienneDépartement de la Haute-Vienne

La salle du conseil du Conseil Départemental de la Haute-Vienne

Copier le lien Partager sur FaceBook Partager sur Twitter Partager sur Linkedin Imprimer
Temps de lecture 2 min Nombre de vues

Publication PUBLIÉ LE 11/06/2021 PAR Corinne Merigaud

Qui succédera au socialiste Jean-Claude Leblois à la tête du Département de la Haute-Vienne ? Après un premier mandat, il tentera de conserver son fauteuil en s’alliant, pour la première fois, avec le PC et l’ADS. Les Républicains iront à la bataille alliés au Modem et à LREM. Deux autres listes de gauche, “Alternative sociale et écologiste” qui rassemble Génération S, Ensemble et le Parti de Gauche ainsi que “La relève citoyenne” regroupant les Insoumis et EELV tenteront de jouer les trouble-fête à la gauche de la gauche. Le RN sera en embuscade pour déjouer les pronostics.

Dirigé par une majorité de socialistes et divers gauche avec 26 sièges sur 42, le Conseil départemental est présidé par le socialiste Jean-Claude Leblois depuis six ans tandis que le PC et l’ADS détiennent quatre sièges. Pour conserver sa majorité voire la renforcer, le sortant a ratissé large à gauche en proposant, dès le premier tour, une union au PC et à l’ADS, une première en Haute-Vienne. La liste “La Haute-Vienne unie” porte un programme axé sur l’humain avec dix engagements, dont la jeunesse, l’insertion, la production locale et la laïcité. « L’humain doit dicter nos politiques ” assure-t-il.

Pour lui faire barrage, une alliance allant de la droite au centre-gauche a émergé avec la liste “En avant la Haute-Vienne”. Elle se verrait bien remporter le grand chelem après avoir gagné la mairie de Limoges et la Communauté urbaine Limoges Métropole en 2020. Huit des douze conseillers sortants seront en lice dans ce groupe composé d’une douzaine d’encartés LR, LREM, Modem ainsi que des personnalités de la société civile dont quatorze novices en politique. « Nous nous associons pour défendre des projets communs” lance Sarah Gentil, conseillère. Sur les 42 candidats, 20 ont un mandat de maire, conseiller départemental ou communautaire. Ils présenteront un programme ciblé sur le tourisme, l’accueil de nouveaux habitants, l’immobilier en zone rurale, le ferroviaire et les infrastructures routières dont le doublement de la RN 147 Limoges-Poitiers.

La gauche éclatée et le RN à l’affût

La Relève citoyenne propose une union indédite entre Insoumis, écologistes de EELV, Gauche Républicaine et Socialiste et Gauche Démocratique et Sociale avec des candidats en lice sur 13 cantons. Comme le précise Pierre Frutos, suppléant sur le Limoges 5, le programme vise notamment à « organiser les institutions dans le but de promouvoir la parole citoyenne durant ce mandat, de mettre en place une coélaboration des budgets et une coconstruction des grands projets, d’accorder la bonne place au monde rural. »

Quant à l’Alternative sociale et écologiste qui regroupe Génération.s, Ensemble et le Parti de Gauche, elle fait suite au rapprochement entamé lors des municipales. Cette liste qui se dit “citoyenne” présentera six binomes. « Pour nous, le social, l’écologie et la démocratie sont indissociables », assure Franck Larouquie candidat sur Limoges 7. L’ASE est favorable à « la consolidation du réseau routier existant », à « la défense du réseau ferré de proximité » et à « l’absence d’autoroute privée à péage sur la RN 147.»

Le Rassemblement National espère faire mieux que le FN en 2015 présent au second tour dans huit cantons mais au final sans un élu. Il briguera des voies dans 13 cantons. Albin Freychet, son chef de file départemental, déroule un programme que connaît bien ses électeurs à savoir les dépenses publiques, les aides sociales et l’immigration « Nous voulons remettre une bonne gestion, en faisant des économies, mettre l’accent sur la fraude sociale, notamment le RSA par le biais de la double domiciliation.» Il voudrait également généraliser « des tests osseux pour tous les mineurs étrangers isolés.”

Ça vous intéresse ?
Partagez l'article !
Copier le lien Partager sur FaceBook Partager sur Twitter Partager sur Linkedin Imprimer
Laissez vos commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

On en parle ! Haute-Vienne À lire ! POLITIQUE > Nos derniers articles