Bourg Doyen donne le coup d’envoi des Rencontres Citoyennes


Jean Touzeau, Maire de Lormont, a assuré la reprise des rencontres citoyennes à la salle Castelldefels.

rencontres citoyennes bourg doyenEmmanuelle Diaz

rencontres citoyennes bourg doyen

Copier le lien Partager sur FaceBook Partager sur Twitter Partager sur Linkedin Imprimer
Temps de lecture 6 min Nombre de vues

Publication PUBLIÉ LE 25/11/2021 PAR Emmanuelle Diaz

C’est devant une salle comble qu’a eu lieu, ce lundi à Castelldefels, la reprise des rencontres citoyennes de Lormont. Une réunion qui concernait les quartiers Bourg Doyen et Verdière et qui s’est déroulée en présence, bien sûr, de Jean Touzeau, maire de la commune, mais aussi de Yasmina Boultam, conseillère régionale et adjointe ville vivante et citoyenneté, de Philippe Quertinmont, adjoint au projet de ville, politique de la ville et urbanisme, de Marie-José Sallaber, adjointe de quartier, ainsi que de plusieurs responsables de différents services de la ville.
Retour sur une soirée riche d’échanges, souvent passionnés, après près de deux ans d’interruption en raison de la crise sanitaire.

Ils étaient donc nombreux à avoir répondu, en ce début de semaine, à l’appel du maire de Lormont et de son équipe, pour la reprise des rencontres citoyennes. Un rendez-vous ancré dans le principe de démocratie participative chère à la ville et visiblement très attendu par la population lormontaise, si l’on en juge par l’intensité et la richesse des débats.

Les questions de mobilités, un problème récurrent

Et parmi les thématiques abordées à cette occasion, la question la plus importante est incontestablement celle des mobilités. Un sujet sur lequel Jean Touzeau a souhaité, d’entrée de jeu, faire le point quant aux avancées déjà réalisées :
-La voie verte « qui s’est concrétisée et qui permet à tous ceux qui prennent le vélo, de pouvoir, en toute sécurité, circuler vers le pont Chaban ».
-La « volonté forte de la ville » de passer aux 30 km/h avec juste quelques rues à 50 km/h. Mesure mise en place depuis le 1er novembre dernier.
-L’importance des transports en commun avec notamment, la liane 7, « la ligne de bus la plus rapide de toute la métropole » et les bats cub « qui vont s’accentuer ».
-Le fil vert qui permet, depuis Buttinière, d’aller à pieds jusqu’à Carriet.

Il n’en demeure pas moins que des questions se posent encore et notamment concernant des excès de vitesse récurrents rue Marc Tallavi, le passage de camions rue du Général de Gaulle et place Aristide Briand, ainsi que des difficultés relatives aux vélos qui ne respecteraient pas le code de la route. Des questions qui appellent des réponses « pas forcément faciles » ; « Le Vieux Bourg n’ayant été fait ni pour l’automobile, ni pour les camions, ni pour le stationnement », précise le Maire, avant de noter qu’ « (on) ne part pas de rien » puisque :
-Le stationnement a déjà été interdit sur la moitié de la rue du Général de Gaulle
-Quant à la rue Marc Tallavi, bien que ce soit apparemment plus compliqué, la vitesse ne devrait pas être excessive.

Problème : les dispositifs destinés à casser la vitesse impliquent la suppression de places de stationnement. Entreprise compliquée en raison de la présence de plusieurs commerces.

Reste la possibilité d’élargir les trottoirs. Une solution idéale en terme de sécurité pour les piétons et qui conviendrait à l’élu : « Il importe de trouver des solutions permettant d’alléger le poids de la voiture tout en maintenant un fonctionnement normal qui soit un compromis entre les besoins du tissus économique et ceux des piétons et des cyclistes. Ces questions de mobilités ne peuvent s’envisager que sur une proposition globale », précise-t-il, en invitant les habitants à en débattre en atelier.

Concernant les vélos, Jean Touzeau a tenu à préciser l’importance du travail effectué par la municipalité pour faciliter les liaisons douces (« un atout pour la ville ») et les différentes solutions qui « allègent les charges des familles ».

Yasmina Boultam a assuré le lien avec le public

Autre problème abordé : le stationnement et le réaménagement des rues Saint Cricq et Joualles. Un souci que l’élu reconnaît tout en rappelant que son projet de ville est de limiter le plus possible la place de la voiture ; « et on y est arrivé ! », précise-t-il. Réaction dans la salle : « Il y a un problème de conception. Avec de grands équipements, comme pour le parc de l’Ermitage, on ne réduit pas l’espace de stationnement. Tout le monde ne peut pas y venir à pieds ou à vélos. Quand vous avez des projets aussi importants, il faut concevoir des places de stationnement. Il est illusoire de croire que la voiture n’existera plus ! », lui objecte un riverain. Un autre lui faisant remarquer que les voitures ne pouvant accéder au parc, les automobilistes se garent donc à distance, devant les maisons.

Un problème pour lequel des solutions sont à l’étude, assure le Maire.

Autre question évoquée : le stop non respecté rue du Général de Gaulle. Philippe Quertinmont rappelant, sur ce point, que les services métropolitains n’envisagent pas l’installation de ralentisseurs supplémentaires sur cette descente, avant de préciser que, dans le cadre du réaménagement de cette partie de la ville, il va y avoir un remaniement global de cet espace-là pour créer un effet de virage un peu plus marqué qu’aujourd’hui afin d’inciter les gens à marquer davantage le stop.

Marie-José Sallaber notant, pour sa part, que pour le réaménagement de la place de l’église, une zone de rencontre avec un revêtement spécial est prévue, obligeant ainsi les automobilistes à ralentir.

Mais aussi, des problèmes de propreté…

Autre thématique majeure abordée lors de cette rencontre : celle des questions de propreté. Un problème déjà évoqué par Jean Touzeau pour @qui ! Il y a quelques jours. En cause ? Une collecte des déchets compliquée, et ce, malgré les bornes enterrées un peu partout dans la ville ; des détritus étant, par ailleurs, parfois laissés à l’abandon dans les rues ou à côté des bornes. A ce titre, rappelle Philippe Quertinmont, « le Vieux Bourg a fait l’objet d’une expérimentation, avant le confinement, avec l’implantation de collecteurs en surface et un travail est d’ores et déjà envisagé quant à leur déploiement dans plusieurs endroits du secteur afin de remplacer les collecteurs individuels ». Une initiative qui s’est déjà révélée être une réussite tant en terme de gestion par les particuliers que de respect autour des collecteurs et « qui pourrait être une réponse très concrète à cette problématique de propreté et d’encombrants », précise-t-il.

La Mairie rappelant également que Lormont est une des rares villes à encore effectuer la récupération des encombrants et que les poubelles sont ramassées 7 jours sur 7; une structure privée, en complément des services de Bordeaux Métropole, prenant le relais durant le week-end.

Et bien sûr, les questions d’urbanisme et de sécurité.

Problème épineux s’il en est : le bardage de la dent creuse, rue du Général de Gaulle ; la Mairie envisageant de terminer cette rue avec de l’habitat et du parking.

Également abordée, la question de la revitalisation des commerces à Auberny : « ça avance assez bien pour faire en sorte qu’à Lormont, il y ait le plus possible de réponses commerciales à proximité de votre habitation », répond Jean Touzeau.

Des commerces qui, pour certains habitants, manquent malgré tout cruellement dans le Vieux Bourg. « On veut bien laisser nos véhicules, mais comment faire sans commerces de proximité ? Ce ne sont pas les logements qui font une ville, Mr le Maire, ce sont les commerces, aussi. Le bourg se meurt », entend-t-on dans la salle. Une critique que réfute l’élu, invitant les intéressés à débattre de la question en atelier. « Est-ce que j’ai empêché un commerce de s’installer ? Après, se pose la question du stationnement, de l’activité, de la compatibilité avec les voisins. Moi, je suis très partisan du développement et je suis prêt à regarder avec vous et à faire une étude », précise-t-il.

Enfin, concernant les problèmes de sécurité, il a été question tant d’incivilités que d’irresponsabilité (vitesses excessives, etc…). La Mairie assurant que la police effectuait des contrôles en ce sens.

Des incivilités qui ont notamment lieu au parc de l’Ermitage. « La rançon du succès, précise le Maire, pour qui, concernant les dérapages, il convint d’être extrêmement vigilant et ferme, tant au niveau de la police que de la justice ».

Une adresse e-mail (voisinsvigilants.vl@gmail.com) étant d’ailleurs à la disposition des habitants qui souhaiteraient faire remonter un certain nombre d’informations allant du cambriolage aux incivilités ou violences, à la Mairie ou aux services de police.

Enfin, concernant le budget participatif, il a été annoncé que le vote pour 2021 avait eu lieu et qu’une somme de 120 000 € avait été attribuée aux habitants qui souhaitaient porter des projets de quartier avec la municipalité. « Pour 2021, onze projets ont été retenus, dont un sur votre quartier. A Saint-Valentin, où les habitants ont souhaité mettre en place des boîtes à livres et des jardinières de rues », précise Yasmina Boultam. Des réalisations qui devraient être effectives dès mars 2022.

Prochain rendez-vous des rencontres citoyennes : le 29 novembre à 17h30 à l’Espace familles/assos du Grand Tressan pour les Hauts de Lormont.

Ça vous intéresse ?
Partagez l'article !
Copier le lien Partager sur FaceBook Partager sur Twitter Partager sur Linkedin Imprimer
Laissez vos commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

On en parle ! Lormont / Gironde À lire ! SOCIÉTÉ > Nos derniers articles