Bordeaux vise le cap des 25% d’autonomie énergétique


Selon l’adjoint au maire, depuis le premier janvier 2022, 15% de l'énergie électrique que Bordeaux achète et consomme est d’origine verte et certifiée.

Laurent Guillemin, Claudine Bichet, Pierre Hurmic, Delphine Jamet et Céline Papin au point presse précédant le conseil municipal.Nolwenn Tournoux

Laurent Guillemin, Claudine Bichet, Pierre Hurmic, Delphine Jamet et Céline Papin au point presse précédant le conseil municipal.

Copier le lien Partager sur FaceBook Partager sur Twitter Partager sur Linkedin Imprimer
Temps de lecture 1 min Nombre de vues

Publication PUBLIÉ LE 31/03/2022 PAR Nolwenn Tournoux

Lors de son dernier conseil municipal, la Ville de Bordeaux a adopté deux délibérations proposées par Laurent Guillemin. Son objectif : « tendre vers une autonomie énergétique de la ville. » Selon l’adjoint au maire, jusqu’au 31 décembre 2021, la ville achetait 1% de l’énergie électrique qu’elle consomme à un fournisseur d’énergie d’origine verte et certifiée. Depuis le 1er janvier 2022, elle a augmenté cette part d’énergie verte à 15% de son mix énergétique global. En parallèle, Laurent Guillemin souhaite aussi que Bordeaux atteigne les 25% d’autonomie énergétique d’ici 2026.

La première délibération visait à intégrer Bordeaux au Capital de la SCIC Enercoop, et mettre en place un contrat de partenariat avec le fonds de dotation Energie Solidaire, qui lutte contre la précarité énergétique. « Cette délibération a pour but de trouver un responsable d’équilibre, ce sera donc la mission d’Enercoop. Cela se traduira par une participation de la ville de Bordeaux, à hauteur de 1000€, au fonctionnement d’Enercoop, » détaille l’adjoint au maire. Selon la deuxième délibération, Bordeaux va également intégrer le capital social de Solévent, qui met en place des installations solaires photovoltaïques, entre autres, grâce à un budget uniquement participatif et citoyen.

Récemment, Bordeaux a fait de l’installation photovoltaïques du groupe scolaire Albert Thomas une centrale solaire. Ces panneaux, mis en place depuis 2016, produisent de l’énergie qui était jusque-là revendue. Mais désormais, cette énergie sert à alimenter l’ensemble scolaire et la bibliothèque de Mériadeck. Une logique d’autoconsommation que Laurent Guillemin veut développer. Selon lui, des bâtiments municipaux, des ensembles scolaires ou encore la Base sous-marine pourraient accueillir des panneaux solaires, dans l’objectif d’atteindre 60 000 m2 de panneaux et 25% d’autonomie énergétique à Bordeaux. « En fin de mandat, on devrait être entre 22 et 23% de cette autonomie, » a estimé l’adjoint au maire.

Ça vous intéresse ?
Partagez l'article !
Copier le lien Partager sur FaceBook Partager sur Twitter Partager sur Linkedin Imprimer
Laissez vos commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

On en parle ! Bordeaux / Gironde À lire ! ÉNERGIES > Nos derniers articles