A Saint-Junien, le collège Paul Langevin


Le collège Paul-Langevin à Saint-Junien s’est vu décerner le label « Etablissement bio engagé » par Interbio Nouvelle-Aquitaine

Le collège Paul-Langevin à Saint-Junien s’est vu décerner le label « Etablissement bio engagé » par Interbio Nouvelle-AquitaineCorinne Merigaud

Le collège Paul-Langevin à Saint-Junien s’est vu décerner le label « Etablissement bio engagé » par Interbio Nouvelle-Aquitaine

Copier le lien Partager sur FaceBook Partager sur Twitter Partager sur Linkedin Imprimer
Temps de lecture 4 min Nombre de vues

Publication PUBLIÉ LE 19/05/2022 PAR Corinne Merigaud

Le label « Etablissement Bio Engagé » a été remis, le 12 mai, au collège Paul Langevin situé à Saint-Junien. C’est le premier à le recevoir en Haute-Vienne. Cette reconnaissance récompense les efforts de toute l’équipe qui s’est engagée à augmenter la part de produits bio dans ses menus. Avec près de 34,4%, ce collège dépasse les 22% de produits bio en valeur d’achat imposés par la loi Egalim en restauration collective et décroche haut la main sa première fourchette. La deuxième est déjà à portée… de fourchette.

Au collège Paul Langevin, les demi-pensionnaires se régalent tous les jours au self grâce aux délicieux plats préparés par le chef Hervé Beaudet et son équipe. Depuis le 1er janvier, le collège a obtenu le label « Etablissement Bio Engagé » 1 fourchette, qui a été remis officiellement par Philippe Leymat vice-président d’Interbio Nouvelle-Aquitaine. L’association regroupe 300 adhérents (organisations et opérateurs) ce qui représente 5 371 producteurs bio pour un chiffre d’affaires de 1,8 milliards d’euros en 2021.

« L’association n’est que la courroie de transmission, le plus important est que tous les maillons de la chaîne prennent le sujet en considération assure-t-il. Aujourd’hui, nous sommes co-signataires du label avec la Région Nouvelle-Aquitaine et depuis l’an dernier, il a été ouvert à toute la France et cinq régions le développent.» Douze communes sont labellisées et Rilhac-Rancon s’est vu décerner le double label, territoire bio engagé pour la surface agricole et aussi la restauration collective.

Depuis plusieurs années, l’établissement est engagé dans une démarche vers une alimentation de qualité au point d’en faire son projet d’établissement. Ses efforts sont désormais reconnus. « Je suis fier d’être le premier chef d’établissement de la Haute-Vienne à recevoir ce label établissement bio engagé ! » déclare le proviseur Pascal Robert. « Nous avions la volonté de servir des produits de qualité à nos élèves mais mêmes les plus belles politiques publiques ne sont rien, si les équipes ne s’en saisissent pas. Tous les maillons de la chaîne se sont impliqués y compris nos élèves auxquels le chef cuisinier sert des repas tests. Notre Killian Mbappé de la cuisine a carte blanche ! C’est pour toutes ces raisons que nous sommes en avance sur la loi Egalim. » Depuis janvier, la part de produits bio servis a progressé depuis atteignant 47 %, la deuxième fourchette est fixée entre 35% et 60%.

 « Nous servons des repas jusqu’à 90% bio »

L’établissement passe ses commandes sur la plateforme Agrilocal 87, mise en place par le Conseil départemental, pour le veau, le bœuf, les produits laitiers et les pommes. Des coopératives de proximité et des producteurs locaux fournissent volaille et œufs. « Je suis engagé dans l’approvisionnement local depuis la mise en place de la plateforme Agrilocal 87 », remarque le chef cuisinier Hervé Beaudet, « nous essayons de privilégier les producteurs locaux. Nous servons des menus 90% bio comme aujourd’hui avec des betteraves, du chou-fleur et des asperges vertes, l’huile pour la vinaigrette et le veau préparé avec la crème fraîche de la Laiterie des Fayes.»

La première fourchette du label est aujourd’hui dépassée avec 47% de produits bio servis aux élèvesJulie ALLEAU

La première fourchette du label est aujourd’hui dépassée avec 47% de produits bio servis aux élèves

Pour encourager le « bien manger » en restauration collective, le Département de la Haute-Vienne a voté, le 10 février, une prime versée aux collèges dès 2023, en complément de la dotation de fonctionnement, une première en France. Elle sera calculée en fonction de la proportion d’achats bio sur Agrilocal 87 (au moins +10% sur les achats 2020). Un complément est également prévu en fonction d’un objectif de commandes sur la plateforme (+5% par rapport à 2020), une enveloppe de 30 000 € étant réservée.

Ce bonus devrait inciter d’autres collèges à suivre l’exemple du collège Paul Langevin, à l’image de Couzeix qui prépare sa labellisation. « Le Conseil départemental est engagé depuis une douzaine d’années à la fois dans une politique d’amélioration de la qualité alimentaire en restauration scolaire, ainsi que dans une politique volontariste de développer l’économie agricole locale via les circuits courts, assure Jean-Claude Leblois, président du département, cette démarche s’inscrit dans une démarche de développement durable et de soutien aux agriculteurs locaux. »

De belles commandes pour les producteurs locaux

L’EARL Boissou élève des vaches laitières à Saint-Victurnien, à 10 km de Saint-Junien. L’exploitation s’est convertie en bio voilà sept ans, le fruit d’un long cheminement pour ces agriculteurs en conventionnel depuis 1996. Ils souhaitaient transformer le lait et commercialiser leurs produits en vente directe. Les commandes du collège ne sont pas négligeables. « Cela représente jusqu’à 20 % de nos ventes assure Gaëlle Moreau, nous avions démarché les collectivités et les cantines alentours lorsqu’on a démarré. Le Département nous a contactés via la plateforme Agrilocal. Chaque semaine, nous livrons le collège en produits ultra frais soit 20 kg de fromage, beurre, oeufs, crèmes dessert et lait, le reste est commercialisé en vente directe. »

Même satisfaction du côté de la Ferme du Paupipet située à 30 km, à Ansac-sur-Vienne en Charente limousine. L’agriculteur transforme sur sa ferme le lait bio de ses cinquante Jersiaises en crème dessert, yaourt, fromage blanc et riz au lait servis régulièrement aux demi-pensionnaires. « Je prépare chaque semaine environ 3 tonnes de produits finis et je livre une fois par semaine le collège Paul Langevin précise Christophe Hervy, cela varie entre 200 et 500 pots de 225 grammes, je vous laisse faire le calcul. »

Ça vous intéresse ?
Partagez l'article !
Copier le lien Partager sur FaceBook Partager sur Twitter Partager sur Linkedin Imprimer
Laissez vos commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

On en parle ! Haute-Vienne À lire ! SOCIÉTÉ > Nos derniers articles