A Pau, la rivère Ousse des Bois a retrouvé son lit naturel


A Pau, le cours d'eau Ousse des Bois avait été dévié de son lit naturel au début des années 60. Une fausse bonne idée de l'homme sur la nature qui est aujourd'hui en partie réparée.

François Bayrou et Guillaume Choisy, DG de l'Agence de l'eau découvre le site de renaturation de l'Ousse des bois (en arrière-plan) sur le secteur Léon Blum, à PauAqui.fr

François Bayrou et Guillaume Choisy, DG de l'Agence de l'eau découvre le site de renaturation de l'Ousse des bois (en arrière-plan) sur le secteur Léon Blum, à Pau

Copier le lien Partager sur FaceBook Partager sur Twitter Partager sur Linkedin Imprimer
Temps de lecture 3 min Nombre de vues

Publication PUBLIÉ LE 09/11/2021 PAR Solène MÉRIC

C’est un coin de verdure où coule une rivière… Le coin de verdure, c’est environ 8 hectares d’espace boisé humide au Nord Est de Pau. La rivière, c’est l’Ousse des Bois qui avant de rejoindre le Gave de Pau à Denguin traverse le nord de l’agglomération paloise. Sur ce site, classé zone naturelle à potentiel écologique fort, le cours d’eau a désormais retrouvé les sinuosités de son lit naturel que les hommes lui avait fait quitter au début des années 60. Transformé en un petit canal rectiligne, il avait ainsi l’avantage de permettre la réalisation de projets d’urbanisation, d’accélérer les écoulements pluviaux, et espérait-on, de limiter les effets des crues… Près de 60 ans plus tard face aux constats des désordres écologiques engendrée par cette fausse bonne idée, l’Agglo de Pau, soutenue par l’Agence de l’eau Adour-Garonne, répare l’erreur.

Démarré en septembre 2019, le chantier s’est terminé en juillet 2020, pour, concrètement, 4 mois de travaux, interrompus par la période hivernale. 4 mois à « recreuser l’ancien lit naturel, dont certains vestiges étaient encore repérables, pour, de l’autre côté, combler le lit artificiel. Déblais d’un côté remblais de l’autre », synthétise Cédric Malraison, chargé de mission Gestion des Milieux aquatiques et prévention des inondations (Gémapi) à l’agglomération de Pau. Avec son nouveau profil, le lit du cours d’eau a gagné près de 200 m de long, passant de 400 m en ligne droite à 580 m de méandres traversant l’espace boisé.

Recréer une zone d’expansion des crues
Un retour au lit naturel du cours d’eau rendu nécessaire par une diminution de la qualité écologique de l’eau, mais surtout ici « dans un contexte de changement climatique avec des phénomènes de crues et de pluies importantes qui se multiplient, il fallait valoriser la fonctionnalité de la zone humide attenante. C’est à dire recréer une zone d’expansion des crues», explique le chargé de projet.

En effet dans un secteur fortement urbanisé, « cet espace forestier humide est extraordinairement important pour réduire le risque de crues sur les zones urbanisées, précise-t-il. Avec un profil rectiligne, on augmente considérablement la violence de la crue à l’aval, parce que ça accélère le débit d’eau. Or l’Ousse des bois, réagit très rapidement à ce facteur vitesse car il traverse pas mal de terres avec des drainages agricoles et des espaces très minéralisés au sein de l’agglomération. Il n’y a aucun tampon pour freiner ou ralentir un phénomène de crue ».

Ce sera donc désormais à nouveau le rôle de cet espace, inclus dans le classement Natura 2000 du Gave de Pau et de ses affluents. Et pour s’assurer que le cours d’eau emprunte bien à nouveau sur ce secteur son lit naturel, l’entrée et la sortie des « nouvelles » berges ont été renforcées.

L'ancien lit artificiel de l'Ousse des Bois, n'a pas été entièrement remblayé afin d'être transformé en fossé pour l'écoulement des eaux pluviales  Aqui.fr

L’ancien lit artificiel de l’Ousse des Bois, n’a pas été entièrement remblayé afin d’être transformé en fossé pour l’écoulement des eaux pluviales

Des pêches de sauvegardes

Mais au regard de l’impact écologique également recherché, restaurer la qualité du milieu aquatique, les travaux de terrassements n’ont pas été fait sans mise en sécurité du chantier de la faune présente dans le cours d’eau, tant pour les batraciens ou autres trytons habitants des lieux que pour les poissons. Dans le cadre d’un partenariat avec le Conservatoire des Espaces Naturels Nouvelle-Aquitaine et la Fédération de pêche des Pyrénées-Atlantiques, des pêches de sauvegarde ont notamment été réalisées, signale Cédric Malraison. De même un suivi et une gestion à long terme sont assurés.

Et les résultats semblent bons. Quelques mois après la fin des travaux, en octobre 2020, une pêche scientifique a pu démontrer que voiron, loche et goujon avaient recolonisé le milieu et que la truite fario, qui a un intérêt de conservation au niveau européen, était certes un peu moins abondante mais que la reproduction sur site avait bien eu lieu durant l’hiver 2019 – 2020. “Des alevins de l’année ont été repéré lors de cette pêche”, se félicite le Chef de projet. Un élément de bon augure pour ce qui est de des évolutions à venir.

“Exemplaire et assez rare”
Si ce type de travaux ne peut être réalisé tout le long du corridor urbain de l’Ousse des Bois, un chantier similaire avait déjà été mené sur le secteur de l’Ecole des Lilas. Il faut dire que « ce type d’ opération de renaturation d’un cours d’eau est exemplaire et assez rare. Notre chance ici a été la préservation de l’espace boisé » insiste le chef de projet.
Une opération au coût total de 179 000 euros pour l’agglomération paloise dont la partie des travaux (123 000 €) a été soutenu à hauteur de 60% par l’Agence de l’Eau Adour Garonne. Une action s’inscrit pleinement dans l’esprit du contrat de progrès signé ce 8 novembre entre François Bayrou, président de l’agglomération de Pau et Guillaume Choisy, directeur général de l’Agence de l’Eau Adour Garonne. Les deux hommes ont d’ailleurs profité de l’occasion pour visiter le site de renaturation de l’Ousse des bois, situé à proximité des nouveaux locaux de la direction du cycle de l’eau de la Communauté d’agglomération.

Le contrat de progrès signé le 8 novembre entre Guillaume Choisy pour l'Agence de l'Eau Adour Garonne et François Bayrou, Président de la CAPBP, vise à renforcer les synergoes et actions entre les deux partenaires avec en fil rouge, deux objectifs principaux: la reconquête du bon état des milieu aquatique et l'adaptation au changement climatique.Aqui.fr

Le contrat de progrès signé le 8 novembre entre Guillaume Choisy pour l’Agence de l’Eau Adour Garonne et François Bayrou, Président de la CAPBP, vise à renforcer les synergoes et actions entre les deux partenaires avec en fil rouge, deux objectifs principaux: la reconquête du bon état des milieu aquatique et l’adaptation au changement climatique.

Ça vous intéresse ?
Partagez l'article !
Copier le lien Partager sur FaceBook Partager sur Twitter Partager sur Linkedin Imprimer
Laissez vos commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

On en parle ! Pau / Pyrénées-Atlantiques À lire ! ENVIRONNEMENT > Nos derniers articles