Handi Ressources 64 conjugue enfance, loisirs et handicap, en milieu ordinaire


Aqui.fr
Copier le lien Partager sur FaceBook Partager sur Twitter Partager sur Linkedin Imprimer
Temps de lecture 5 min Nombre de vues

Publication PUBLIÉ LE 23/03/2018 PAR Solène MÉRIC

Florence Pedelacq est la maman de Mathilde 11 ans et demi, polyhandicapée car atteinte d’une maladie génétique rare et dégénérative. C’est après avoir constaté l’épanouissement de sa fille auprès des autres enfants à l’école, assistée d’une AVS, qu’elle s’est mise en tête de rechercher un centre de loisirs en milieu ouvert pour accueillir sa fille « telle qu’elle est ». « Je voulais trouver une solution pour continuer, hors de l’école, cette intégration sociale ».

Socialisation et plaisir d’être avec les autres enfants

Une solution trouvée avec la directrice du Centre maternel de la Maison de l’enfance de Billère, prête à un accueil adapté pour la fillette d’alors 7ans, contre la fourniture par ses parents du matériel nécessaire à Mathilde, et l’intervention au sein du Centre de loisirs, de l’éducatrice spécialisée qui s’occupait déjà de la petite fille. Deux conditions comprises par la maman, ravie par la « réélle volonté d’accueil » de la directrice. « Toutes les activités n’étaient pas adaptables mais ça n’était pas si important pour moi ; car le but n’était pas de gommer le handicap de Mathilde, mais de la respecter telle qu’elle est, avec ses limites. Mon but, c’était sa socialisation et son plaisir d’être avec les autres enfants, qui l’ont d’ailleurs très bien acceptée ». « C’était aussi un peu de répit pour nous, reconnaît elle volontiers, et du temps pour pouvoir s’occuper de ses deux grands frères». Si au bout de 4 ans, Florence a choisi de la retirer du centre de loisir au regard de l’évolution de la maladie de sa fille, elle n’en démord pas, cette inclusion en milieu ouvert a été « une belle et bonne chose », tant pour son enfant que pour les autres bambins du centre de loisirs. « Une leçon de tolérance et de respect dans laquelle ils ont surtout vu de l’amitié », et les dessins épinglés aux murs de la chambre de Mathilde en témoignent.

Sensibiliser et trouver les meilleurs outils au cas par cas
Le contenu de ce témoignage, les partenaires du Pôle Handi Ressources 64, en sont déjà convaincus et le partagent.
« Le pôle Handi Ressources 64 est issu d’une démarche lancée fin 2012 par la Direction Départementale de la Cohésion Sociale des Pyrénées-Atlantiques, pour une mise en œuvre effective du dispositif fin 2014 », rappelle Anne Birembaux, Conseillère à la DDCS. « Nous étions régulièrement sollicités par les directeurs de Centres de loisirs sur des questions relatives à l’accueil des enfants handicapés et les accompagnements à mettre en place. » C’est bien dans le but de répondre à ces attentes, que Handi Ressources 64 a été créé : être un pôle d’appui et de ressources tant auprès des organisateurs de centres de loisirs à travers des sensibilisations et des accompagnements techniques qu’auprès des familles cherchant à être aidées dans leur démarche.
Et pour viser large, le dispositif s’est lancé au côté de nombreux partenaires :l’Etat, des collectivités territoriales dont le Département et l’association des Maires des Pyrénées-Atlantiques, la CAF, des organisateurs de centres de loisirs , l’AGPI (fédération d’associations de parents d’enfants en situation de handicap), des établissements spécialisés, des établissements médico-sociaux et le Comité départemental des sports adaptés.
Quant au travail quotidien du pôle, il est assuré par l’association Elgarrekin et plus précisément par Delphine Larrue, chargée de mission et Fabien Dauriac, éducateur spécialisé. La première s’occupe des relations avec les élus, et les organisateurs de centres de loisirs, quand le second, intervient de manière « technique », à la demande, pour trouver avec les équipes pédagogiques les meilleurs outils et adaptations à mettre en œuvre pour permettre, au cas par cas, l’accueil des enfants handicapés.

“Trouver une structure d’accueil à proximité de la maison”
« De 2015 à 2017, nous avons rencontré 35 structures d’accueil, qu’elles soient centres de loisirs, établissements spécialisés, services municipaux ou associations socio-culturelles et nous avons accompagné 14 structures, dont 8 dans le cadre d’accueil péri-scolaire. » 12 actions de sensibilisation auprès d’équipes de loisir ont également été menées.
Des actions de formation et sensibilisation auxquelles a notamment recouru l’Association de la Maison de l’enfance à Billère, comme en témoigne sa directrice, Aude Munoz. « Nous sommes organisateurs de 4 centres de loisirs sur Billère. Affilié aux Francas, l’accueil de tous les enfants fait partie de nos valeurs fondamentales. En 2017, nous avons reçu 21 enfants en situation de handicap sur nos 4 structures. Chaque été nous recevons une cinquantaine de jeunes animateurs généralement peu expérimentés dans le domaine du handicap. Handi Ressources 64 intervient alors pour les former, ça leur permet d’être sensibilisés et de mieux appréhender le handicap. » Par ailleurs l’association travaille également à la création d’un livret à destination de ces jeunes animateurs sur l’accueil et l’inclusion des enfants handicapés au sein du Centre.
Mais au-delà du travail réalisé auprès des acteurs, le Pôle Handi Ressources 64 déploie également ses compétences auprès des familles. Sur la seule année 2017, 19 familles ont ainsi été accompagnées, contre 13 en 2016. Un accompagnement dont « l’objectif est de trouver une structure d’accueil de loisir qui soit à proximité de la maison de l’enfant et où il pourra retrouver des camarades de classe ou des enfants de son quartier », indique Delphine Larrue. Une dimension de proximité qui est importante, insiste Anne Birembaux, et qui démontre d’une certaine manière « qu’on accueille cet enfant comme un autre ; dans le centre de loisir le plus proche de chez soi ».

Gratuité des interventions
Si l’existence et le rôle de Handi Ressources 64 sont plutôt bien connus du côté basque du département (en raison sans doute de la localisation de l’association Elgarrekin à Saint-Pierre d’Irube…), force est de constater au bout de trois ans d’existence que le pôle est un peu moins sollicité au centre et à l’Est du département. De la même manière en terme de public cette fois, « les familles d’enfants en situation de handicap n’ont pas suffisamment connaissance et sollicitent trop peu le pôle pour ses conseils ou un accompagnement vers l’inclusion de leur enfant dans le centre de loisir de leur quartier ou de leur commune », regrettent les partenaires. Deux axes, qui sont donc encore à travailler, même si, sur l’aspect territorial en tous cas, « nous travaillons avec la ville de Pau et de Lescar, et bientôt Montardon » assure Delphine Larrue.

Un pôle qui fonctionne avec 52 000€ de budget annuel financé par l’Etat, la Caf et le Conseil départemental des Pyrénées-Atlantiques, permettant d’assurer la gratuité à l’ensemble des interventions du pôle.

Site internet du pôle: www.handiressources64.com

Partagez l'article !
Copier le lien Partager sur FaceBook Partager sur Twitter Partager sur Linkedin Imprimer
On en parle ! Pyrénées-Atlantiques À lire ! SOCIÉTÉ > Nos derniers articles