Un site unique en Europe pour le recyclage photovoltaïque


Pierre Tauzin, chef d'équipe chez Envie 2E Aquitaine devant la ligne de délamination.

Pierre Tauzin, chef d'équipe chez Envie 2E Aquitaine devant la ligne de délamination.Julie ALLEAU

Pierre Tauzin, chef d'équipe chez Envie 2E Aquitaine devant la ligne de délamination.

Copier le lien Partager sur FaceBook Partager sur Twitter Partager sur Linkedin Imprimer
Temps de lecture 2 min Nombre de vues

Publication PUBLIÉ LE 29/09/2022 PAR Julie ALLEAU

Inauguré cette semaine à Saint-Loubès (Gironde), le nouveau site de recyclage des modules photovoltaïques porté par l’entreprise d’insertion Envie 2E Aquitaine et l’éco-organisme Soren offre de nouveaux débouchés à la filière. Novateur, il propose la vente de panneaux photovoltaïques d’occasion et le recyclage d’un maximum de composants grâce à une technique importée du Japon : la délamination. Un site unique en Europe qui fournit des emplois sur le territoire et contribue à lutter contre une éventuelle pénurie des matières premières.

« Aujourd’hui avec cette ouverture de site c’est toute la filière du photovoltaïque qui prend une longueur d’avance. On amène en Europe deux innovations : une chaîne industrielle de contrôle et de remise en service des panneaux photovoltaïques en seconde vie et une chaîne de délamination alors qu’aujourd’hui, on ne trouve en traitement des panneaux photovoltaïques que des systèmes de broyage », précise avec fierté Frédéric Seguin, directeur d’Envie 2E (Emploi & Environnement) Aquitaine. Son entreprise, jusqu’ici spécialisée dans le recyclage d’appareils électriques, et déjà en charge de la collecte de panneaux photovoltaïques, a remporté l’appel à projet de Soren pour le traitement de ces panneaux en fin de vie. Une mission à laquelle vont être affectées 25 personnes sur le site.

Vers le réemploi ou le démantèlement

Triés à leur arrivée, les panneaux sont dirigés vers la décadreuse, pour ceux qui sont cassés, ou vers la ligne de réemploi, s’ils peuvent encore fonctionner et partir vers une seconde vie. Entre les deux, la ligne de délamination s’occupe de ceux qui sont intacts mais ne fonctionnent plus afin d’en récupérer tous les composants (verre, argent, silicium, cuivre…). « L’argent, c’est 0,08% d’un panneau et 20% de sa valeur. Si vous ne faites pas de recyclage à haute valeur ajoutée, vous recyclez peut-être 90% du poids mais juste 40% de la valeur. On va passer de l’ère du pétrole à l’ère des métaux », explique Nicolas Defrenne, directeur de Soren, avant de rappeler qu’une étude de l’Agence Internationale de l’Énergie montre déjà qu’à l’horizon 2050, 80% des besoins d’argent pour la transition énergétique pourront être fournis par l’industrie de recyclage.

Près de 20 000 panneaux sont entreposés sur le site de Saint-Loubès

Le recyclage : un intérêt économique autant qu’environnemental

Conçue pour traiter 6000 tonnes par an (dont 3000 tonnes la première année), l’usine table sur un taux de 95% de valorisation. Quant aux panneaux, ils sont collectés sur tout l’arc atlantique de la Nouvelle-Aquitaine, première région solaire de France, qui représente à ce titre une véritable mine.

« Il y a un intérêt évident à mettre au point des méthodes de récupération des matières premières dont la valeur économique est élevée et dont l’abondance va aller décroissante. […] A ce jour, ce sont 20 000 tonnes de déchets photovoltaïques qui ont déjà été collectés. Un chiffre dérisoire comparé à ce qui est attendu dans les prochaines années puisqu’on estime à 1,245 million de tonnes, le parc de panneaux actuellement installés sur le territoire national, dont 150 000 tonnes vont devoir être traitées d’ici 2030 », précise Xavier Daval, président de SER-Soler. Une technologie, qui, note-t-il, présente aussi un intérêt environnemental en permettant d’assurer un renouvellement technologique en circuit court.

Quant au site de Saint-Loubès dont l’équipement a coûté 2 millions d’euros, il a pu bénéficier d’aides de l’État, de la Région et de l’Ademe.

Ça vous intéresse ?
Partagez l'article !
Copier le lien Partager sur FaceBook Partager sur Twitter Partager sur Linkedin Imprimer
Laissez vos commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

On en parle ! Gironde À lire ! ÉCONOMIE > Nos derniers articles