Un atelier pour lutter contre l’éco-anxiété des étudiants


L'atelier fait partie du programme de rentrée des étudiants de la KEDGE Business School à Bordeaux

L'atelier fait partie du programme de rentrée des étudiants de la KEDGE Business School à BordeauxLeatitia Striffling/Ticket For Change

L'atelier fait partie du programme de rentrée des étudiants de la KEDGE Business School à Bordeaux

Copier le lien Partager sur FaceBook Partager sur Twitter Partager sur Linkedin Imprimer
Temps de lecture 2 min Nombre de vues

Publication PUBLIÉ LE 14/09/2022 PAR Manon Gazin

L’atelier “Le Match du Siècle”, organisé par l’association Ticket For Change, se tient ce mercredi 14 septembre à la KEDGE Business School. L’objectif ? Amener les étudiants à réfléchir à leur impact positif pour demain, s’engager à y prendre part, et reprendre confiance en l’avenir.

Réfléchir à son impact sur le monde de demain, et lutter contre l’éco-anxiété et l’angoisse de l’avenir : c’est le but de l’atelier “Le Match du Siècle”, organisé par l’association Ticket For Change. Cette dernière, créée en 2014, vise à accompagner les personnes qui souhaitent contribuer aux enjeux sociétaux et environnementaux dans leurs vies professionnelles. “On accompagne aussi bien des salariés en quête de sens et d’impact positif dans leur travail, que des entrepreneurs à lancer des entreprises à but social ou environnemental”, explique Sophie Delile, porte-parole de Ticket For Change.

Cette année, ce sont les élèves de la KEDGE Business School de Bordeaux qui participeront au “Match du Siècle”, qui fait partie de leur programme de rentrée. D’autres campus à Paris et Marseille sont également concernés par l’opération. En tout, 1000 étudiants participeront à ces ateliers, entre le 12 et le 20 septembre.

S’autoriser à rêver

Durant l’atelier, qui dure environ 2h30, les élèves feront une expérience immersive qui les emmènera tout droit dans un 2050 “qu’on s’autorise à rêver et à réinventer de manière beaucoup plus positive”, souligne Sophie Delile. Les étudiants devront également, par petits groupes, dessiner leurs visions de 2050. Ils passeront ensuite par une phase d’introspection, durant laquelle ils devront chacun “se trouver un talent”. “A la fin, ils s’écrivent une lettre, où ils posent leurs rêves et leurs engagements. Elles leur seront renvoyées quand ils recevront leurs diplômes, deux ans après”, explique Sophie Delile.

L’objectif de l’opération : “Reprendre confiance en l’avenir, découvrir son talent d’acteur du changement, et s’engager à passer à l’action”, selon les mots de la porte-parole de la structure. En effet, malgré les thématiques qu’elle aborde, Ticket for change veut miser sur l’espoir : “On est obligé de passer par l’optimisme”, affirme la porte-parole de la structure. “La peur et l’angoisse paralysent. Alors que l’optimisme met en action”.


Ça vous intéresse ?
Partagez l'article !
Copier le lien Partager sur FaceBook Partager sur Twitter Partager sur Linkedin Imprimer
Laissez vos commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

On en parle ! Gironde À lire ! ENVIRONNEMENT > Nos derniers articles