Relance : double signature entre l’État et la Région


Les ministres de la Cohésion des territoires et des Transports se sont rendus à Bordeaux ce jeudi après-midi pour signer le CPER et l’accord régional de relance.

Yoan DENECHAU | Aqui

Jean Baptiste Djebbari, Jacqueline Gourault et Alain Rousset lors de la signature du CPER 2021-2027

Copier le lien Partager sur FaceBook Partager sur Twitter Partager sur Linkedin Imprimer
Temps de lecture 3 min Nombre de vues

Publication PUBLIÉ LE 23/04/2021 PAR Yoan DENECHAU

Ce ne sont pas un mais deux ministres qui ont rencontré Alain Rousset à l’Hôtel de Région ce jeudi. En effet, Jacqueline Gourault, ministre de la Cohésion des territoires et Jean-Baptiste Djebarri, ministre des Transports, sont venus signer le plan de relance régional 2021-2022 et le Contrat de Plan État Région 2021-2027. Ces deux contrats, représentant un investissement total de 6,5 milliards d’euros, sont destinés à amorcer la sortie de crise et permettre à la Région de « répondre aux défis de demain ».

Plus de six milliards d’euros, débloqués par l’État (3,3 milliards) et la Région (3,2 milliards). Voilà le montant, « obtenu après de vives négociations avec l’État » d’après Alain Rousset, destiné à la relance économique et à la politique régionale des prochaines années. « On s’inscrit-là dans l’action politique à long terme, c’est un message d’espoir très fort que nous passons », reprend le Président de la Région.

2,8 milliards pour relancer l’économie régionale

Dans le détail, 2,8 milliards d’euros sont investis dans l’économie régionale à travers l’accord régional de relance. Cette somme viendra irriguer divers projets, comme par exemple l’extension du réseau de chaleur de l’agglo de Poitiers, le plus grand de Nouvelle-Aquitaine et qui sera majoritairement alimenté par des énergies renouvelables. Ces travaux menés par Grand Poitiers représentent un investissement de plus de 15 millions d’euros.

Autre projet soutenu par l’accord régional de relance, celui de la Cité du cuir, à Saint-Junien (87), site dédié à l’histoire et l’avenir de la filière cuir. Un dernier exemple, à Tonneins (47), où la société Euthicals-AMRI investit 13,7 millions d’euros pour relocaliser une partie de la production d’un antibiotique, très utilisé dans le milieu hospitalier, d’ici 2022. À l’écoute de ces projets, Jacqueline Gourault, ministre de la Cohésion des territoires affiche un large sourire. « Ce sont des projets très intéressants, qui confirment l’importance de la contractualisation État-Région pour le développement économique de nos territoires », affirme la ministre.

Le CPER « fait sens »

Autre contrat signé entre l’État et la Région, le fameux Contrat de Plan État-Région (CPER) 2021-2027. Il avait courroucé le groupe écologiste lors de la dernière assemblée plénière. Là encore, ce sont plusieurs milliards d’euros, tournés vers l’avenir de la Nouvelle-Aquitaine. « Le CPER fait sens, par les orientations que nous lui avons données », affirme Alain Rousset. En effet, quatre grands thèmes encadrent le CPER : l’Enseignement supérieur, la transition énergétique, le soutien aux filières et la cohésion sociale et territoriale.

Le CPER comprend notamment la régénération des petites lignes ferroviaires, pour plus d’un milliard d’euros. « Elles sont indispensables à la bonne vie de nos territoires, il est nécessaire de mener d’importants travaux pour les redynamiser », souligne Jean-Baptiste Djebbari, ministre des Transports. Ce dernier affirme d’ailleurs que le CPER est l’occasion de développer une industrie ferroviaire vertueuse, en imaginant le train à hydrogène ou en proposant des trains plus légers, donc moins polluants. Autre priorité sur les trains régionaux, celle fixée par Alain Rousset : la sortie « le plus tôt possible » du diesel.
Le président de Région souhaite également relier la France et l’Espagne par la LGV, au niveau de Hendaye (64). « Côté espagnol, la LGV Madrid-Pays Basque arrive quasiment à la frontière, il serait impensable de ne pas avoir la même chose de notre côté, cela nous permettrait d’éviter des milliers de camions sur la Rocade », précise l’élu. Un point de “divergence” avec le ministre des Transports, qui se dit plutôt favorable à un prolongement de la ligne à grande vitesse entre Bordeaux et Toulouse.

Ça vous intéresse ?
Partagez l'article !
Copier le lien Partager sur FaceBook Partager sur Twitter Partager sur Linkedin Imprimer
Laissez vos commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

On en parle ! Nouvelle-Aquitaine À lire ! ÉCONOMIE > Nos derniers articles