NRGYBOX : La start up qui réduit la pollution lumineuse


La ville de Châteaubernard en Charente a réalisé 75% d'économies d'énergie sur son éclairage public en expérimentant pendant un an le boitier créé par NRGYBOX.

Eclairage public à ChateaubernardLéo Marchandon

Eclairage public à Chateaubernard

Copier le lien Partager sur FaceBook Partager sur Twitter Partager sur Linkedin Imprimer
Temps de lecture 4 min Nombre de vues

Publication PUBLIÉ LE 15/09/2022 PAR Léo Marchandon

« C’est pas Versailles ici ! », dit le dicton. Mais aujourd’hui, même Versailles doit faire des efforts. Les injonctions à éteindre les lampes inutiles se multiplient, et les collectivités emboitent le pas. L’éclairage public correspond à 41 % de la consommation d’électricité des communes et émet annuellement 670 000 tonnes de CO2, selon l’ADEME.

Incubée au sein de la Cité Numérique de Bègles, la startup NRGYBOX et son fondateur Rémi Kupisz proposent une solution innovante pour piloter l’éclairage public et réduire à la fois la pollution lumineuse et la consommation d’énergie des collectivités. Une levée de fonds de 500 000€ va leur permettre de produire leur solution à plus grande échelle pour accompagner les collectivités dans la transition écologique.


@qui ! : Quels sont les enjeux derrière la réduction de l’éclairage public ?

Rémi Kupisz : Il y a 5 ou 6 ans, j’ai fait la route de nuit entre Bordeaux et Toulon. J’ai roulé toute la nuit, j’ai passé huit heures sur la route. Pendant ces huit heures, tout était allumé autour de moi alors que j’étais seul. Je me suis dit, « c’est incroyable les moyens qui sont mis en œuvre et la quantité d’énergie que l’on est en train de gaspiller de façon complètement inutile. Il y a une centrale qui est en train de tourner pour produire cette énergie qui ne sert à personne ».  

Notre idée centrale, c’est d’abaisser au maximum la lumière émise par l’éclairage public. En plus de leur consommation d’énergie, il a un impact désastreux sur les écosystèmes nocturnes : chauves-souris, insectes, etc. C’est la deuxième cause de mortalité des insectes, derrière les pesticides. Aujourd’hui, certaines collectivités éteignent leurs éclairages totalement, mais ce n’est pas idéal. C’est du « tout ou rien ».

Le boitier développé par NRGYBOX s’installe dans le lampadaire et permet d’en prendre le contrôle à distance, et chacun indépendamment des autres. Le système est conçu pour être autonome avec une intelligence artificielle derrière, mais il est entièrement paramétrable et pilotable manuellement. Il est ainsi possible de tracer des chemins de lumières : on peut éteindre un quartier dans son ensemble, mais laisser allumé un chemin particulièrement emprunté. On peut également conserver l’éclairage des passages piétons ou des impasses. C’est un équilibre qui se joue entre « je veux faire des économies » et « je veux assurer la sécurité de mes administrés ». L’idée d’NRGYBOX, c’est de trouver le juste milieu.


Eclairage intelligent et autonome

@ ! : Vous avez testé vos solutions auprès de plusieurs collectivités de la région. Quels en sont les résultats ?

R.K : Cinq villes de Nouvelle-Aquitaine ont expérimenté la solution développée par NRGYBOX : Châteaubernard, Gradignan, Saint-Pierre-d’Irube, Jurançon et Chauray. Sur une période d’un an, Châteaubernard a fait 75% d’économies d’énergie. La collectivité a envoyé un questionnaire aux gens présents sur la zone pour recueillir leur avis. Il n’y a eu aucune remarque négative, la plupart s’en sont félicités et une bonne partie d’entre eux ne s’en était même pas aperçue.

On a aussi pu tester l’intelligence du système automatique, puisqu’on a connu une période de confinement pendant notre expérimentation. Le système s’est auto-régulé et l’éclairage s’est progressivement éteint, puisqu’il n’y avait plus personne dans les rues. Sur ce mois de confinement, on a fait 93% d’économies d’énergie.

Le boitier NRGYBOX, accompagné d’une application pour le piloter facilement à distance

@ ! : Comment fonctionne le système que vous avez développé ?

R.K : L’avantage de ce boitier est qu’il s’installe très facilement. Il s’accompagne d’un second module informatique avec une intelligence artificielle qui va permettre de déterminer quels sont les meilleurs moments pour allumer. L’idée est de déterminer avec la collectivité quelles sont ses ambitions en termes d’économies d’énergie et comment faire pour que l’extinction impacte le moins de monde possible et que la lumière soit présente au meilleur moment. Pour ça, NRGYBOX analyse les flux de population grâce aux données achetées auprès des opérateurs téléphoniques. Grace à cette information, on va être capable de faire de la prédiction des flux de population.

Les données recueillies sont complètement anonymisées, conformément au RGPD. La seule information traitée par la machine est celle du nombre de personnes sur une zone définie à un moment donné, c’est une information de densité. Le système est autonome une fois mis en place, mais une application est fournie aux collectivités pour leur permettre de reprendre le contrôle à tout moment. Pour un évènement particulier, la fête de la musique par exemple, les collectivités ont juste à sortir leur smartphone et très rapidement, ils peuvent réenclencher l’éclairage sur l’ensemble de la ville. Le système reste pilotable manuellement et simplement à tout moment. L’application est conçue pour être le plus simple possible et est utilisable par n’importe qui.


Ça vous intéresse ?
Partagez l'article !
Copier le lien Partager sur FaceBook Partager sur Twitter Partager sur Linkedin Imprimer
Laissez vos commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

On en parle ! Nouvelle-Aquitaine À lire ! ÉCONOMIE > Nos derniers articles