L’opération “Mon boucher a la côte” séduit les consommateurs


L'opération alliant boucheries artisanales et viandes Limousine de qualité Label Rouge se tient en mai dans une vingtaine de boucheries girondines

La boucherie d’Olivier Lequesme à Brie-Comte-Robert a accueilli davantage de clients lors du week-end d’animationLimousin Promotion

La boucherie d’Olivier Lequesme à Brie-Comte-Robert a accueilli davantage de clients lors du week-end d’animation

Copier le lien Partager sur FaceBook Partager sur Twitter Partager sur Linkedin Imprimer
Temps de lecture 6 min Nombre de vues

Publication PUBLIÉ LE 30/04/2021 PAR Corinne Merigaud

Après un galop d’essai en septembre en Bretagne, le Tour de France “Mon boucher a la côte” organisé par Limousin Promotion a repris en février dans les boucheries artisanales Label Rouge Blason Prestige et Baronet. Les consommateurs ont répondu présents en Normandie en février, à Paris et en Ile-de-France mi-mars et ce mois-ci à Marseille et Avignon. Le succès est au rendez-vous malgré des conditions d’accueil restrictives imposées par la crise sanitaire. La prochaine étape aura lieu à Bordeaux et en Gironde les 14 et 15 mai.

Lors du premier confinement, de nombreux consommateurs ont découvert ou redécouvert leur boucherie de quartier suite aux limitations de déplacements. L’idée de l’opération “Mon boucher a la côte”, un tour de France des boucheries artisanales labellisées Blason Prestige et Baronet, a germé en juillet. L’association Limousin Promotion, qui propose sur le marché une gamme de viandes Limousines de qualité supérieure garantie par le Label Rouge, imagine alors un événement pour recréer une animation sur un secteur géographique ciblé. “Nous avions l’habitude de faire deux ou trois animations par week-end en GMS et boucheries traditionnelles à Bordeaux, Marseille ou Paris mais on a choisi de se recentrer sur un week-end et un secteur précis en focalisant nos moyens pour avoir un plus grand impact explique François Lissarrague, l’un des animateurs, nous avons commencé en Bretagne où il y a une forte culture artisanale, des boucheries habituées ce type d’animation et l’appui en amont du GIE Proralim avec un éleveur présent dans presque chaque boucherie.”
Cette première étape qui a concerné 21 boucheries, les 18 et 19 septembre, a été montée dans des conditions sanitaires plus favorables. Des éleveurs étaient présents à l’extérieur pour échanger avec les consommateurs sur les conditions d’élevage des animaux. Des dégustations avaient également été organisées. “Ce fut une très belle réussite, les boucheries ont été bien fréquentées se souvient-il, ensuite nous avons dû nous adapter face à la crise sanitaire. Les conditions étant trop compliquées, nous avons repris février en Normandie sans éleveurs, ni dégustations. Le partenariat avec France Bleu a permis de faire connaître cet évènement, les auditeurs peuvent gagner des bons d’achat et des livres de recettes.”

Sur la page Facebook “les viandes limousines” et le site web ont annoncé les boucheries participantes pour inciter les internautes résidant alentours à s’y rendre, une animation qui a vite trouvé son public avec une recette en hausse de 30% en moyenne sur les viandes sous Label Rouge. “Le but n’est pas de brader les produits ajoute-t-il, certains bouchers profitent de ces deux jours de fête pour faire une promotion sur certaines viandes limousines”. L’étape normande a suscité le même engouement de la part du public dans les vingt-et-une boucheries engagées.

Le mois suivant, c’était au tour de vingt-cinq boucheries de Paris et d’Ile-de-France d’accueillir la troisième étape. Dans une zone très urbanisée, avec des boucheries de quartier et une clientèle fidèle, ces deux journées ont connu une grande affluence. “Nous avons bénéficié de deux coups de pouce, d’abord cela s’est déroulé durant le salon de l’agriculture qui avait été annulé et de nombreux agriculteurs se sont alors exprimés raconte l’animateur, les gens ont été attentifs à leur discours. De plus, Limousin Promotion était présent, le week-end précédent, sur un marché de producteurs pour annoncer l’opération. Ce fut l’occasion d’échanger avec le ministre de l’agriculture. Les consommateurs ont très bien accueillis cette opération. Beaucoup sont perdus dans le paysage alimentaire et ne savent plus quel est le bon discours. ” Ces animations sont aussi l’occasion d’échanger sur le travail des éleveurs, d’expliquer comment les animaux sont élevés, nourris, d’où ils viennent et de passer des messages concernant l’environnement et le bien-être animal. “Les clients en profitent pour demander plus d’informations à leur boucher qu’en temps normal constate-t-il, ils ont besoin de conseils, ils cherchent des idées de préparation, de cuisson. Avec le confinement, ils ne savent plus quoi manger.”

Des consommateurs parisiens en quête d’informations

A la boucherie du haut pavé située à Etampes (Essonne) l’opération s’est déroulée les 12 et 13 mars avec succès. La boucherie familiale Morgadinho, reprise en 2007, par José et son épouse Sandrine a connu une belle affluence, les clients étant prévenus depuis plusieurs jours. “Notre clientèle est fidèle, les gens savent que l’enseigne Blason Prestige est là depuis quatorze ans constate Sandrine, nous avons également participé au concours Papilles d’Or. Les clients nous suivent et cela leur fait plaisir d’avoir des lots à gagner et des cadeaux. Nous n’avons jamais eu de soucis avec nos fournisseurs, la qualité est toujours au rendez-vous que ce soit pour le boeuf, le veau ou l’agneau. Cela permet de fidéliser nos clients, de faire savoir qu’on achète des viandes françaises de qualité. ” Depuis septembre, leur fils Mickaël les a rejoints, après avoir obtenu son CAP, il a été contraint d’arrêter ses études en 1ère année de BP pour seconder son père. Meilleur apprenti boucher d’Ile-de-France, il s’est classé 6ème au niveau national. Leur fille infirmière de nuit, les épaule durant ses jours de repos. ” C’est une belle reconnaissance pour ce qu’on vend et ce qu’on fait et ça, ça n’a pas de prix” reconnaît-elle.

Chez leur confrère de la boucherie du marché à Brie-Comte-Robert (Seine et Marne), située à 30 km de Paris, Olivier Lequesme arbore fièrement un Blason d’Or décerné l’an dernier au Salon de l’agriculture et un prix d’excellence obtenu l’année précédente. Deux distinctions qui garantissent le respect de ses engagements et du cahier des charges Blason Prestige. Après une première boucherie à Créteil, il a choisi de reprendre celle-ci en 2015 pour se rapprocher de son domicile. L’effectif est de sept salariés dont cinq bouchers et son épouse. “La marque Blason Prestige est connue, elle fait valoir le travail des éleveurs atteste le gérant, nos clients étaient très contents de bénéficier de cette animation. Ils se sont davantage fait plaisir en dépensant un peu plus d’autant qu’ils ne peuvent plus aller au restaurant. Ils étaient plus nombreux par rapport à un week-end habituel.” Il constate que de plus en plus de consommateurs sont à la recherche d’informations sur l’origine des animaux et les modes d’élevage. Ces journées sont l’occasion de prendre le temps d’aborder ces questions. ” Les clients ont apprécié d’avoir des explications sur l’élevage des vaches surtout par rapport à leurs enfants qui veulent savoir ce qu’elles mangent, combien de temps elles sont élevées remarque-t-il, ils sont rassurés de savoir que ce sont des vaches élevées en France avec un cahier des charges très strict et une traçabilité garantie que nous affichons. Les gens recherchent des viandes françaises, ils préfèrent manger moins mais mieux. Et pour les steaks hachés des enfants, ils font très attention maintenant, ils viennent chez nous car gustativement, nos viandes sont meilleures.”

Retrouver le chemin des boucheries artisanales

Après Paris, les animateurs de Limousin Promotion ont pris la direction du Sud de la France, les 16 et 17 avril, pour rendre visite à vingt boucheries situées dans le Var, le Gard, le Vaucluse et les Bouches-du-Rhône. Les bouchers étaient engagés sur toutes les filières que ce soit en Limousin junior, boeuf, veau, porc et agneau. “Ces bouchers ont fait le choix de la Limousine parce que ce produit leur plaît et qu’il plaît à leur clientèle assure Julien Debest, animateur. Dans les boucheries traditionnelles, on touche un public qui fait vraiment attention à ce qu’il mange. Les gens font ce choix pour être rassurés quant à la qualité des produits. C’est l’objectif de cette opération, faire savoir aux consommateurs qu’ils peuvent retrouver dans les boucheries les viandes Blason Prestige.”

La prochaine étape est programmée les 14 et 15 mai à Bordeaux et en Gironde avec une vingtaine de boucheries qui représenteront l’ensemble de la filière. Les consommateurs pourront franchir la porte de ces boucheries en ayant toutes les garanties quant à l’origine et la qualité des viandes. “Le Label Rouge, l’unique signe officiel qui garantit une qualité supérieure, est en forte croissance sur la région bordelaise indique François Lissarrague, aujourd’hui, les gens ne savent plus où trouver de la bonne viande alors qu’ils peuvent avoir un produit de qualité, à un juste prix, tout près de chez eux. ” Le tour de France se poursuivra les 21 et 22 mai à Nice et Cannes, les 11 et 12 juin en Bretagne, les 3 et 4 septembre à Lille, les 17 et 18 septembre à Limoges, les 19 et 20 novembre dans le Grand Est pour s’achever à Lyon, les 3 et 4 décembre.

Ça vous intéresse ?
Partagez l'article !
Copier le lien Partager sur FaceBook Partager sur Twitter Partager sur Linkedin Imprimer
Laissez vos commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

On en parle ! Gironde À lire ! ÉCONOMIE > Nos derniers articles