L’interprofession forêt-bois-papier veut dialoguer


Alors que l'interprofession achève sa structuration régionale, la table ronde a permis de présenter le plan stratégique de communication prévu par Aggelos et son directeur Alain Gross

La table ronde a permis de présenter le plan stratégique de communication prévu par Aggelos et son directeur Alain Gross, deuxième en partant de la gaucheSylvain Desgroppes

La table ronde a permis de présenter le plan stratégique de communication prévu par Aggelos et son directeur Alain Gross, deuxième en partant de la gauche

Copier le lien Partager sur FaceBook Partager sur Twitter Partager sur Linkedin Imprimer
Temps de lecture 3 min Nombre de vues

Publication PUBLIÉ LE 24/06/2022 PAR Sylvain Desgroppes

Lors de son assemblée générale annuelle, FIBOIS Nouvelle-Aquitaine, l’interprofession forêt-bois-papier régionale, a fortement insisté sur le thème de la communication. La communication en interne, pour finaliser la gouvernance régionale de la structure et parler d’une seule voix. La communication vers le grand public aussi, autour de divers axes sur les métiers, le rôle de la filière, la réalité de ses actions. Tout cela devant s’articuler autour d’un nouveau plan de communication présenté en fin de réunion.

C’est ce mercredi 22 juin, au sein du pôle interconsulaire de Coulounieix-Chamiers, près de Périgueux, que FIBOIS Nouvelle-Aquitaine a tenu son assemblée générale. « FIBOIS Nouvelle-Aquitaine est issu de la fusion de quatre structures interprofessionnelles de la région. Cette assemblée générale est l’occasion d’achever la construction de la gouvernance de notre structure. Que cela se déroule à Périgueux, au centre de la nouvelle région, est un symbole », glisse Christian Ribes, le président.

La directrice, Anne Guivarc’h, confirme la fin de cette première phase avec les quatre axes du projet jusqu’à la fin de l’année 2021 : « Fédérer notre famille FIBOIS Nouvelle-Aquitaine. Mesurer, à travers l’observatoire ”ressources et besoins industriels”, l’observatoire ”économique et social” et des veilles sectorielles. Développer et accompagner, à travers de nombreuses réunions. Et enfin,  promouvoir le dialogue entre filière et société ». Une nouvelle feuille de route triennale se met en place.

« Nous allons suivre quatre nouveaux axes : compétitivité de la filière forêt-bois, gestion durable de la forêt, protection contre les risques, partage des enjeux de politique forestière dans les territoires », prolonge la directrice. Ces nouveaux défis sont au cœur de l’actualité de la filière. « Il ne faut pas lutter contre la société, mais expliquer ce que l’on fait, comment on le fait, et quels sont les effets positifs », estime Henri Sabarot, conseiller régional délégué à la forêt, au bois, au littoral.

 

Une communication offensive

« Le dialogue entre la filière et la société est important. On ne peut plus penser selon le credo ”pour vivre heureux, vivons cachés”. Il faut diffuser les informations, s’ouvrir, montrer, convaincre. À côté, nous condamnons fermement les actes de vandalisme contre les acteurs de la filière », lance Nathalie Fabre, cheffe du service régional de la forêt et du bois au sein de la DRAAF. Tout cela était le sujet central de la table ronde organisée en clôture de l’assemblée générale avec Aggelos.

L’agence de communication bordelaise a présenté son plan d’action. « On part d’un paradoxe : les gens aiment la forêt, le paysage qu’elle offre, l’environnement et le loisir qu’elle propose. Les gens aiment aussi voir le bois, le papier, le carton, à la place d’emballages plastiques, en décoration à la maison… Entre les deux univers, il y a un trou à combler », note Marine Landais, cheffe de projet pour Aggelos. Pour combler ce manque de connaissances, il faut communiquer, enseigner.

De nombreux éléments ont été imaginés en ce sens par l’agence de communication : campagnes d’affichage, présence sur les réseaux sociaux, relais d’institutionnels et de collectivités, boîtes à outils sur des éléments de langage communs et adaptés au public concerné, organisation de réunions publiques… Pour la directrice de FIBOIS Nouvelle-Aquitaine Anne Guivarc’h, pour le président Christian Ribes, comme pour beaucoup d’adhérents dans la salle, un mot d’ordre répété : « avoir de l’audace ».

 

L’info en plus :

L’assemblée générale a été l’occasion d’officialiser une convention entre FIBOIS Nouvelle-Aquitaine et EDF.  « Historiquement, dans le Limousin, BoisLim avait un partenariat avec EDF. Avec la fusion des structures et la création de FIBOIS Nouvelle-Aquitaine, on élargit cette convention », précise Christian Ribes. Magali Martin, directrice vente et services énergétiques d’EDF, présente de son côté le contexte : « Concernant la volatilité des coûts, on ne peut pas dire que l’on ait la main sur cet axe. Ce qui compose le prix final, c’est le coût multiplié par le volume. Il faut donc travailler pour maîtriser ce deuxième axe, en baissant la consommation, en produisant et en autoconsommant ». Si la convention permet de mettre en avant les points communs existant entre les deux filières, elle est un moyen de montrer l’engagement d’EDF auprès des opérateurs de la filière bois-papier, dans la gestion de l’énergie notamment. « Pour économiser de l’énergie, il faut des matériaux biosourcés. Le bois en est un, utilisable sur les maisons avec les poutres, les murs, l’isolation en laine de bois », insiste Christian Ribes.

Ça vous intéresse ?
Partagez l'article !
Copier le lien Partager sur FaceBook Partager sur Twitter Partager sur Linkedin Imprimer
Laissez vos commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

On en parle ! Nouvelle-Aquitaine À lire ! ÉCONOMIE > Nos derniers articles