Les entreprises contraintes de sortir du cadre pour recruter


Les entreprises de Nouvelle-Aquitaine peinent à recruter et à garder leurs cadres. Une étude de l'APEC détecte des leviers pour remédier à cette difficulté.

A Rauzan, à 45 minutes à l’est de Bordeaux, la société Dubourg Automobiles a fait du recrutement un enjeu stratégique de son développement avec le soutien de l'APECDubourg Automobiles

A Rauzan, à 45 minutes à l’est de Bordeaux, la société Dubourg Automobiles a fait du recrutement un enjeu stratégique de son développement avec le soutien de l'APEC

Copier le lien Partager sur FaceBook Partager sur Twitter Partager sur Linkedin Imprimer
Temps de lecture 3 min Nombre de vues

Publication PUBLIÉ LE 21/01/2022 PAR Cyrille Pitois

Les entreprises de Nouvelle-Aquitaine n’échappent pas aux difficultés de recrutement des bonnes compétences pour accompagner leur développement. 33 567 offres d’emploi ont été publiées en 2021 dans la région. Pas facile de faire sortir du lot son image de marque employeur. A Rauzan (Gironde) l’entreprise Dubourg Automobiles essaie de raconter une histoire, avec le concours de l’APEC (association pour l’emploi des cadres).

Pas besoin de fréquenter longuement les clubs d’entrepreneurs et les syndiats patronaux pour entendre le refrain lancinant sur la difficulté à recruter. A Rauzan, à 45 minutes à l’est de Bordeaux, la société Dubourg Automobiles a fait du recrutement un enjeu stratégique de son développement et listé quelques petites recettes.

L’image de l’entreprise familiale ne suffit plus

Cette entreprise familiale, créée en 1960, fait dans la collecte de véhicules hors d’usage, la vente et le recyclage de pièces d’occasion. Loin des start up high-tech installées dans des co-workings aux couleurs pastel, on travaille ici sur la récupération d’épaves, la dépollution de véhicules, la préparation et la vente de pièces détachées au comptoir ou sur internet. «  Ce sont des métiers spécialisés et complexes, avec toute une réglementation environnementale à respecter », retrace Andréa Dubourg, troisième génération de la famille Dubourg au volant de l’entreprise avec son frère. Le développement est au rendez-vous avec un effectif qui ne cesse de grimper pour atteindre aujourd’hui 85 salariés.

« Nous avons lancé le recrutement d’un responsable ressources humaines. Dès la rédaction de l’annonce il a fallu se distinguer. Dire que l’on est une entreprise familiale, ca ne suffit plus », témoigne le jeune dirigeant. Avec le concours d’un permanent de l’Apec qui s’est déplacé dans l’entreprise, les contours de l’activité et les particularités du métier ont été mises en valeur. Dix candidatures sont parvenues. « Pour nous c’est fondamental quand il s’agit de recruter sur des postes qui pèseront demain sur la prise de décision au même titre que les quatre membres de la famille Dubourg. »

Andréa Dubourg, co-dirigeant de l'entreprise Dubourg Automobiles a fait du recrutement un enjeu stratégique du développement de son entrepriseDubourg Automobiles

Andréa Dubourg, co-dirigeant de l’entreprise Dubourg Automobiles a fait du recrutement un enjeu stratégique du développement de son entreprise

Proposer une aide à l’intégration

Entre la deuxième et la troisème phase du processus de recrutement, l’entreprise propose aussi son aide pour toutes les questions d’intégration au territoire : écoles, situation du conjoint, logement, transports, équipement de santé… « On ne sait pas tout résoudre, mais en 50 ans de présence comme acteur local, on a quelques connaissances. Il n’y a rien d’obligatoire pour le candidat bien sûr, mais en général c’est plutôt bien accueilli. »

Pour aider les entreprises à repondre à leurs besoins de compétences, l’Apec a regardé dans chaque région française cette problématique de l’attractivité au regard de l’emploi des cadres. La Nouvelle-Aquitaine se situe au 3e rang des régions les plus créatrices de richesse, ce qui renvoie une forte attractivité appuyée entre autres sur une sphère industrielle dense, une filière tourisme et une économie de services à forte valeur ajoutée dans les pôles urbains.

Professionnaliser la procédure de recrutement

« Malgré la crise sanitaire, la situation économique s’améliore. Les entreprises buttent sur des difficultés de recrutement et de fidélisation », relève la déléguée générale de l’Apec Nouvelle-Aquitaine, Danielle Sancier. Les métiers à haute expertise technique des secteurs industriels, de l’informatique, de la maintenance ou de l’environnement sont particulièrement touchés. « Sur certains profils, il y a même concurrence entre les cabinets d’experts et de consultants et les entreprises industrielles qui cherchent des compétences en interne! »

Pour les entreprises implantées dans des bassins ruraux, les handicaps sont exacerbés par l’enclavement territorial et l’absence d’équipements commerciaux, médicaux, scolaires ou culturels.

Face à ces difficultés, trois principaux leviers ont été identifiés chez ceux qui s’en sortent mieux : la professionnalisation de la procédure de recrutement, le renforcement de la marque et de la promesse employeur, pour améliorer la visibilité et enfin une posture d’ambassadeur du territoire en lien avec les acteurs institutionnels.

« On a vu des candidats venus d’Ile de France, repartir après un recrutement parce qu’ils pensaient que la mer était à 10 minutes de Bordeaux ou qu’ils n’avaient pas pris en compte les problématiques de transport ou du marché immobilier », relate Marie Pichot Chrétien, responsable du centre Apec de Bordeaux.

L’étude complète https://corporate.apec.fr/toutes-nos-etudes

Ça vous intéresse ?
Partagez l'article !
Copier le lien Partager sur FaceBook Partager sur Twitter Partager sur Linkedin Imprimer
Laissez vos commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

On en parle ! Nouvelle-Aquitaine À lire ! ÉCONOMIE > Nos derniers articles