Les deux réseaux de chaleur de Limoges Métropole connectés


Limoges Métropole a inauguré l’interconnexion de ses deux réseaux de chaleur.

Limoges Métropole a inauguré l’interconnexion de ses deux réseaux de chaleurCorinne Merigaud

Limoges Métropole a inauguré l’interconnexion de ses deux réseaux de chaleur

Copier le lien Partager sur FaceBook Partager sur Twitter Partager sur Linkedin Imprimer
Temps de lecture 4 min Nombre de vues

Publication PUBLIÉ LE 23/08/2022 PAR Corinne Merigaud

Une partie des habitants de Limoges va se chauffer avec une énergie plus verte grâce à l’interconnexion des deux réseaux de chaleur. Après quinze mois de travaux, une canalisation de 1 200 mètres dessert désormais le sud de l’agglomération. Ce chantier sans équivalent en Nouvelle-Aquitaine, chiffré à 2,2 millions d’euros, s’inscrit dans le Plan climat air énergie signé par les vingt maires de Limoges Métropole le 7 juillet.

Voilà un premier pas vers la transition énergétique souhaité par Limoges Métropole. L’inauguration de l’interconnexion des deux réseaux de chaleur de l’agglomération va permettre d’augmenter la production d’énergie renouvelable et de récupération. Des réseaux déjà classés éco-vertueux par l’association AMORCE car ils distribuent une chaleur verte, à un tarif compétitif pour les usagers. Chaque année, Limoges Métropole se voit décerner le label « éco-réseau de chaleur ».

La chaleur distribuée provient principalement de l’énergie de récupération de la Centrale énergie déchets située au Nord de Limoges, désormais verte à plus de 99 %, et de la Centrale biomasse basée au Val de l’Aurence, l’une des plus importantes en Nouvelle-Aquitaine, qui distribue un mix énergétique composé à présent de 20 % de la chaleur de la Centrale énergie déchets, de 50 % de bois et de 30 % de gaz.

2300 tonnes de CO2 évités


Ces deux réseaux alimentent près de 18 000 équivalents-logements soit une puissance d’environ 200 Gwh/an, avec un mix énergétique désormais vert à plus de 75%. Ce raccordement va permettre aussi d’économiser 11GWh de gaz naturel par an, évitant le rejet de 2 300 tonnes de CO2 dans l’atmosphère.

Cet équipement inédit en Nouvelle-Aquitaine, permet ainsi à la Centrale énergie déchets de vendre davantage d’énergie et d’améliorer sa performance énergétique. Elle valorise à présent plus des deux tiers de l’énergie qu’elle produit. A l’horizon 2025, cela lui permettra d’obtenir le statut d’Unité de valorisation énergétique (UVE) et d’avoir un régime fiscal plus avantageux. En outre, les réseaux de chaleur bénéficient d’une TVA réduite à 5,5% dès lors qu’ils sont alimentés à plus de 50 % par des énergies renouvelables ou de récupération. A terme, l’objectif est de valoriser de 40 GWh de plus par an issus de la Centrale énergie Déchets.

Un investissement de 4,4 millions d’euros a été nécessaireMathieu Fontaine

Un investissement de 4,4 millions d’euros a été nécessaire

Un équipement qui tombe à pic

L’interconnexion s’effectue au niveau du quartier de La Bastide. La canalisation de 250 mm de diamètre longe l’A20, sous le chemin de service de la Direction des routes (DIRCO), et débouche à l’extrémité Nord du parking de l’Aquapolis. Une sous-station d’échange de chaleur a été construite et inauguré le 8 juillet. Le bâtiment de 70 m² intègre les équipements nécessaires au fonctionnement des réseaux.

« Cet équipement tombe au bon moment », remarque Guillaume Guérin, président de Limoges Métropole. « Il est dans la droite ligne du Plan climat que nous venons de signer et qui vise à augmenter la production d’énergie renouvelable. Ce projet démontre ce qu’on peut faire en matière de préservation de l’environnement. » Un projet qui fait assurément écho au moment où la facture énergétique des collectivités va connaître une flambée sans précédent. « Pour Limoges Métropole, le coût de l’énergie va passer de 7 à 15 millions d’euros en un an et pour la Ville de 6,2 à 13,8 millions d’euros, prévient-il, nous n’avons pas de bouclier fiscal, ce sera très lourd à supporter et tout ce qu’on peut faire est le bienvenu. »

« Un réseau innovant à plusieurs titres »

Filiale de Dalkia la SDCL, concessionnaire du réseau du Val de l’Aurence long de 27 km, a réalisé la sous-station d’interconnexion, un investissement de 2,2 millions d’euros. Pour sa part, Limoges Métropole qui gère le réseau Nord d’une longueur de 10 km a engagé également 2,2 millions, bénéficiant du soutien de l’Etat à hauteur de 400 000 euros dans le cadre de la Dotation de soutien à l’investissement local via le plan France Relance. 

Cet équipement est une première en Nouvelle-Aquitaine

« La chaleur qu’on avait en brûlant les déchets et qu’on n’utilisait pas est maintenant utilisée en substitution du gaz, précise Cyril Brunie, responsable de la mission transition énergétique à la Communauté urbaine, globalement on produit et on consomme moins d’énergie et celle qu’on consomme est de récupération, donc durable. » Les deux réseaux desservent plus de 20 000 habitants ce qui constitue « un très gros réseau à l’échelle français. C’est très innovant au niveau technologique et cela reste sans équivalent à ce titre mais aussi par le nombre de sources de chaleur que l’exploitant doit gérer pour alimenter tous les logements. » Cet équipement suscite dores et déjà l’intérêt de la part d’autres collectivités. « Lors de congrès, des villes nous disent qu’elles vont venir voir pour savoir comment on a fait, à combien on vend la chaleur… » confie-t-il.

Pour réaliser ces travaux, les arbres en lisière du bois de La Bastide avaient dû être abattus. Au premier trimestre, des personnels de Limoges Métropole ont reconstitué cette lisière en plantant de nouvelles espèces arbustives et arborescentes sur plus de 5 000 m2, espèces issues de la flore locale qui vont attirer une faune diversifiée. D’autres arbustes à baies comme des houx, cornouillers et sureaux enrichiront cet espace. Une attention particulière a également été accordée aux espèces végétales herbacées qui vont être semées sur ce site, avec des plantes qui produiront du pollen et du nectar en abondance afin de favoriser le retour d’insectes au printemps prochain.

Ça vous intéresse ?
Partagez l'article !
Copier le lien Partager sur FaceBook Partager sur Twitter Partager sur Linkedin Imprimer
Laissez vos commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

On en parle ! Limoges Métropole / Haute-Vienne À lire ! ENVIRONNEMENT > Nos derniers articles