Le festival Philosophia interroge le langage et ses usages


Cécile Dégrois, déléguée générale du festival Philosophia, répond à quelques questions sur la manifestation, sa genèse et son identité, son avenir et sa vocation.

Co-président Philippe Mitjavile de l’association Idées Nouvelles et Cécile DégroisFestival Philosophia

Co-président Philippe Mitjavile de l’association Idées Nouvelles et Cécile Dégrois

Copier le lien Partager sur FaceBook Partager sur Twitter Partager sur Linkedin Imprimer
Temps de lecture 4 min Nombre de vues

Publication PUBLIÉ LE 02/09/2021 PAR Margaux Renaut

Après un an et demi d’attente et deux reports, le festival Philosophia, organisé par l’association Idées Nouvelles, aura bien lieu du 3 au 5 septembre 2021. Au coeur du vignoble de Saint-Émilion, cette édition portera sur le thème du langage et cherchera à interroger cette vaste notion au coeur du questionnement philosophique. Pour sa 14ème édition, Philosophia offrira une programmation diverse composée d’une soixantaine d’intervenants : philosophes, chercheurs et intellectuels ainsi que quelques personnalités n’appartenant pas au monde de la philosophie, telles que Arnaud Desplechin, Francis Cabrel ainsi que le poète Yvon Le Men, qui au travers de leurs prises de parole aborderont la question du langage.Cécile Dégrois, déléguée générale du festival, nous parle de Philosophia, de sa genèse et son identité, de son avenir et de sa vocation.

@qui! : En premier lieu, qu’est-ce que le festival Philosophia ? 

Cécile Dégrois : Philosophia existe depuis plus de 14 ans. Il a été créé par le scénographe Eric Le Collen, après avoir découvert à Modène en Italie « le grand frère » du festival qui s’appelle également Philosophia. En accord avec les organisateurs du festival italien et dans le cadre d’un projet européen, Eric Le Collen a reproduit le concept à Saint-Émilion. Depuis, le festival a bien entendu pris son envol en créant sa propre identité, c’est à dire en essayant de promouvoir et défendre la philosophie dans ce qu’elle a de plus quotidien et surtout de commun. Cela semblait peut-être être une idée étrange que de proposer un festival de philosophie mais à l’époque la philosophie n’était pas forcément si à la mode que ça. Les années passant, l’envie et le besoin de trouver du sens a permis que le festival perdure et que l’intérêt des gens pour ce genre de réflexions et de rencontres ne fasse que croitre.

 

@! : Vous parlez de quête de sens… Cette année, dans le contexte de la crise sanitaire, le festival va-t-il avoir une portée différente ? 

CD : Évidemment. Les gens sont confrontés en permanence à certaines réflexions et idées qu’ils ont parfois du mal à appréhender. Notre intérêt et notre volonté est que grâce à nos petits moyens, et de la façon la plus humble qui soit,  nous puissions ouvrir certaines portes et permettre de comprendre un peu mieux le monde. Cependant, il faut partir du principe que la philosophie apporte généralement plus de questions que de réponses. Il faut s’attendre à  avoir plutôt 10 ou 20 possibilités de réponses plutôt qu’une seule. Et donc probablement 10 questions de plus !… et c’est sans doute l’une des choses dont nous avons besoin en ce moment.

Une première table ronde « Philosophie et Entreprise »

@! : Le thème de cette édition est le langage… Est-ce un thème choisi en lien avec l’actualité ? 

CD : Chaque année, nous choisissons une grande notion que l’on étudie et décortique au travers de la programmation, qui se compose souvent de différentes personnalités, chercheurs et intellectuels qui réfléchissent d’une façon ou d’une autre à cette notion. Bien évidemment, nous rapprochons ces réflexions autant que possible à des aspects actuels. Le langage est un thème assez classique quand on parle de philosophie. C’est, par exemple, une notion qui est au programme du baccalauréat. Ce qui nous a poussé à en faire le thème de cette édition, c’est effectivement le sentiment que les questions qui tournent autour du langage commençaient à devenir très prégnantes. Cela passe par beaucoup de choses, notamment les réseaux sociaux et la façon dont nous prenons la parole et comment celle-ci est reçue. Ce thème était prévu l’année dernière, mais malheureusement, le festival a été annulé en raison du contexte sanitaire. Nous avons cependant constaté qu’il n’a pas perdu de valeur et qu’il est même encore plus pertinent cette année. 

 

@! : Vous inaugurez cette année, une table ronde « Philosophie et Entreprise ». Quelle est l’ambition de cette nouveauté ? 

CD : C’est effectivement une nouveauté mais que nous souhaiterions vivement pérenniser. Nous sommes convaincus qu’il serait bénéfique pour le monde de l’entreprise de réfléchir autour de sujets qui se rattachent à la philosophie. Mais l’inverse est également vrai. La philosophie a tout intérêt à faire attention et à s’imprégner du fonctionnement du monde de l’entreprise car celui-ci est souvent représentatif de la société. Notre ambition est peut-être de continuer à faire tomber les barrières entre deux univers qui pourraient paraître un peu éloignés mais qui en réalité ne le sont pas tant que ça. Nous allons le voir à l’occasion de cette première table ronde « Philosophie et Entreprise » qui portera sur un thème bien spécifique, évidemment celui du langage qui est le thème de cette édition, mais aussi sur la RSE, c’est à dire la responsabilité sociétale des entreprises ou comment l’entreprise parle et communique autour de son engagement et son imprégnation dans la société.

 

@! : À qui se destine cette édition ? Tendez-vous vers un rajeunissement de votre audience ? 

CD : Depuis la première édition, nous avons toujours eu des ateliers et des temps dédiés aux jeunes. Initialement plutôt à destination des enfants, et nous avons, depuis quelques années, élargi les tranches d’âges… Il ne s’agit pas tant d’une volonté de rajeunir le public mais surtout de parler aussi aux jeunes et qu’ils ne se sentent pas éloignés d’un domaine qui peut paraître effectivement tellement abstrait qu’il peut faire peur. Nous voulons donner aux jeunes et aux enfants une occasion d’appréhender la philosophie différemment et de façon plus approfondie que dans le cadre scolaire. L’intention est de leur donner certaines clés qui, même s’ils ne s’orientent pas vers la philosophie, leur seront utiles.

 

Le festival Philosophia a lieu du 3 au 5 septembre à Saint-Émilion. L’ensemble des rencontres gratuites ou payantes seront sur accessibles seulement sur réservation sur le site de l’office du tourisme de Saint-Émilion : https://boutique.saint-emilion-tourisme.com/

L’accès au festival est soumis au pass sanitaire et au respect des restrictions et mesures sanitaires en vigueur. Pour en savoir plus sur le festival, sa programmation et les informations pratiques : http://www.festival-philosophia.com/

Ça vous intéresse ?
Partagez l'article !
Copier le lien Partager sur FaceBook Partager sur Twitter Partager sur Linkedin Imprimer
Laissez vos commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

On en parle ! Saint-Emilion / Gironde À lire ! CULTURE > Nos derniers articles