L’Actualité du Roman : Le fils du professeur


Luc Chomarat : le fils du professeur- la Manufacture de livres-267 pages- août 2021-19,5 €

Luc Chomarat : le fils du professeur- la Manufacture de livres-267 pages- août 2021-19,5 €La Machine à Lire

Luc Chomarat : le fils du professeur- la Manufacture de livres-267 pages- août 2021-19,5 €

Copier le lien Partager sur FaceBook Partager sur Twitter Partager sur Linkedin Imprimer
Temps de lecture 2 min Nombre de vues

Publication PUBLIÉ LE 04/10/2021 PAR Bernard Daguerrer

Luc Chomarat était jusqu’à présent surtout connu pour ses polars ludiques et décalés. On retrouve ce ton dans ce roman au thème universel, si proche de chacun d’entre nous. L’auteur y parle en effet de son enfance et de son adolescence, dans un récit qui semble être à la fois une œuvre de fiction et un livre de souvenirs. Pourtant pas d’ambiguïté dans cet entre-deux : c’est tout l’art du narrateur que de raconter notre fond commun avec une originalité de forme qui rend la lecture si agréable et plaisante.

On ignorera à tout jamais son prénom. Il naît en Algérie, au tout début des années 1960, se retrouve en France, au moment de l’indépendance, avec sa mère. Son père les rejoindra plus tard ; est-ce à son absence qu’il doit les angoisses maladives qui parfois le saisissent tout petit, c’est possible. De toute façon, ce père est vite très présent à nouveau. Le jeune narrateur évoque sa mère « grande douceur un peu triste, un peu hébétée, c’était ma maman ». Lui, c’est « l’autre, si grand que la plupart du temps je ne savais pas trop à quoi il ressemblait là-haut, c’était le professeur. Mon papa. Une voix qui descendait d’entre les nuages et qui s’entendait partout…un peu comme un camion qui va nous doubler remplit tout le rétroviseur ». Mais avoir des parents n’empêche pas de se fabriquer des parents de substitution : « tout le monde a des parents d’à côté pour pouvoir changer, au cas où ». Le ton est donné, celui d’une chanson douce, ironique et légère ; où fusent surtout les phrases et les figures de style gentiment percutantes. Elles portent un mélange de réalité et de vie rêvée, que ce soit dans la cour de l’école avec les combats imaginaires entre potes, ou plus tard au travers des bandes dessinées avidement lues et les séries télévisées également dévorées, seul. La figure divine est présente ainsi que sa banale vulgate, sous la forme du catéchisme contesté. D’autres constantes vertèbrent le texte, au lecteur de les découvrir…Bien sûr c’est l’histoire d’un garçon, on y parle donc aussi de foot et de filles ; on appréciera par-dessus tout l’adaptation réussie du récit à chaque étape de cette jeune vie, moulée chaque fois dans un modèle différent. Un jolie réussite.

Ça vous intéresse ?
Partagez l'article !
Copier le lien Partager sur FaceBook Partager sur Twitter Partager sur Linkedin Imprimer
Laissez vos commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

On en parle ! Nouvelle-Aquitaine À lire ! CULTURE > Nos derniers articles