La Cité de l’emploi ouvre au coeur du quartier prioritaire


La Cité de l’emploi a été inaugurée dans le quartier de Beaubreuil le 24 juin

La Cité de l’emploi a été inaugurée dans le quartier de Beaubreuil le 24 juinG. Boissout

La Cité de l’emploi a été inaugurée dans le quartier de Beaubreuil le 24 juin

Copier le lien Partager sur FaceBook Partager sur Twitter Partager sur Linkedin Imprimer
Temps de lecture 5 min Nombre de vues

Publication PUBLIÉ LE 04/07/2022 PAR Corinne Merigaud

Inaugurée fin juin mais ouverte depuis la mi-mars, la Cité de l’Emploi commence à se faire un nom à Beaubreuil, l’un des quartiers prioritaires de la politique de la Ville. L’expérimentation doit durer deux ans pour cette structure portée par la communauté urbaine Limoges Métropole.

Elles sont 84 réparties sur le territoire nationale, des Cités de l’emploi qui regroupent sur un même site l’ensemble des acteurs locaux de l’insertion avec un objectif, accompagner les publics vers le retour à l’emploi grâce à un accompagnement individualisé. Limoges a été retenue dans le cadre du second appel à projet après une première vague qui a concerné 60 villes en France. Un groupe de travail associant le Service public de l’emploi, le Conseil départemental, la Région et des associations, copiloté par la Préfecture et Limoges Métropole, a été initié pour accueillir cette expérimentation durant deux ans. Cette initiative est soutenue par l’Agence nationale pour la cohésion des territoires à hauteur 100 000 euros par an. La Cité de l’emploi n’est pas un énième dispositif du mille-feuille de l’insertion mais bien une démarche innovante. Elle vise à créer de meilleures synergies entre tous les acteurs institutionnels ou associatifs qui œuvrent en faveur des demandeurs d’emploi, une méthode « action réaction » globale. Cette démarche incite à passer d’une logique de dispositifs à une logique de parcours au sein d’un écosystème qui coopère et agit de concert pour l’accès à l’emploi des publics les plus éloignés.

« Lever les freins périphériques du retour à l’emploi »

Implantée au coeur de Beaubreuil (8 rue Fabre d’Eglantine) dans des locaux dédiés et réhabilités par Limoges Habitat, la Cité de l’emploi est ainsi visible du plus grand nombre. « On veut se faire croiser ici des gens qui ne se croisent pas », indique Samia Riffaud, conseillère communautaire en charge de l’insertion. « Avec 5 640 habitants, Beaubreuil est le plus grand quartier prioritaire et les moins de 25 ans y représentent 42 % de la population. Après ces deux ans d’expérimentation, on doit pouvoir pérenniser ce dispositif. C’est donc un challenge, on n’a pas le droit de se rater.»

Au-delà, des jeunes, la Cité de l’emploi s’adresse à tous sans distinction d’âge. Dans un premier temps expérimenté sur Beaubreuil, cette démarche s’étendra progressivement aux autres quartiers prioritaires de la ville, touchant alors près de 25 000 habitants soit près du tiers de la demande d’emploi du territoire. « Il s’agit aussi de lever les freins périphériques du retour à l’emploi, comme les questions de santé, de transport et de paupérisation car, même s’ils sont souvent stigmatisés, les jeunes et les habitants des quartiers ont vraiment envie d’y arriver. » Six thématiques sont proposées aux personnes accompagnées à savoir, la citoyenneté et la découverte de soi, l’orientation et la découverte de métiers, les outils de recherche, l’entrepreneuriat et la relation entreprise, la levée de freins et le numérique.

« Avoir une main tendue vers ces publics »

La Cité de l’emploi est le pendant de la Cité éducative mise en place pour les jeunes sur ce quartier, une initiative supplémentaire qui préfigure l’ébauche d’une mutation. « J’espère que d’ici 2030, nous aurons transformé ce quartier », appelle de ses voeux Émile Roger Lombertie, le maire de Limoges, « bien qu’on soit dans une économie de guerre, notre devoir est de réunir tous les moyens pour favoriser l’accès à l’éducation, à la formation et à l’emploi, d’avoir une main tendue vers ces publics. »

Pour la représentante de l’État, cette inauguration est aussi synonyme d’une espérance nouvelle. « Alors que des concitoyens sont confrontés à la précarité, au chômage et aux difficultés d’insertion, nous avons aussi des entreprises qui ont une activité dynamique et sont en recherche de profils, constate la préfète Fabienne Balusso, nous sommes donc tous mobilisés dans le cadre de cette Cité de l’emploi pour l’insertion professionnelle des jeunes et des moins jeunes qui attendent un résultat concret et des emplois ».

Le dispositif commence à porter ses fruits puisque trois mois après son ouverture, cent soixante jeunes sont inscrits à la Mission Locale, structure présente en permanence sur place. « La Mission Locale et le PLIE sont là pour accompagner les moins de 26 ans, travailler sur leur projet, mettre en place des actions de formation pour que leur projet colle au mieux aux besoins du territoire précise Sandra Landais la coordinatrice, nous avons déjà pas mal de retours positifs et des résultats avec un CDI pour un jeune lorsqu’il aura terminé sa formation à l’Aftral. »

« Un emploi synonyme de nouveau départ »

Mathieu, un habitant du quartier, a été recruté comme médiateur relais adulteG. Boissout

Mathieu, un habitant du quartier, a été recruté comme médiateur relais adulte

Mathieu, 26 ans, est l’exemple à suivre puisqu’il vient de décrocher son premier vrai job après des années de précarité. « Je suis né à Beaubreuil et j’y habite, j’ai eu mon Bac, j’ai fait trois ans d’études à la Fac et validé un an et demi. » Après des missions d’intérim et des années chaotiques à se chercher, il a intégré un chantier d’insertion de l’ASFEL comme jardinier paysagiste à la ville de Limoges avec une sortie positive cinq mois après. « J’ai postulé au poste de médiateur relais adulte de l’association FACE Limousin Périgord, nous étions une quinzaine et j’ai été recruté avec un CDD de sept mois renouvelable. » Sa mission est d’aller vers les personnes, de leur expliquer les services proposés par la Cité de l’emploi, le PLIE, la Mission Locale, BGE… « Je dois surtout aller vers les personnes dites fantômes, celles qui ne sont inscrites nulle part précise-t-il, pour moi, cet emploi est aussi un nouveau départ, ça peut m’ouvrir plusieurs pistes. »

Les personnes qui poussent la porte de la Cité de l’emploi y trouvent un accueil permanent assuré par Limoges Métropole (plus accompagnement numérique) et « Aller vers », la médiation emploi par FACE Limousin Périgord. Deux conseillers de la Mission Locale reçoivent pour les moins de 26 ans et Varlin Pont Neuf, le PLIE de Limoges Métropole, propose un accompagnement individualisé et renforcé. Des permanences régulières sont également assurées par ATOS (médiation emploi), BGE Limousin (CITELAB pour la création d’activité), la Maison des Droits de l’homme (accès aux droits et participation des habitants) et prochainement seront programmées des occupations ponctuelles au sein de l’espace ateliers par Pôle Emploi, CLAP Sud-Ouest ECLOS 87 (bilans linguistiques) et l’association Les Amis de la Dronne pour le chantier d’insertion.

Ça vous intéresse ?
Partagez l'article !
Copier le lien Partager sur FaceBook Partager sur Twitter Partager sur Linkedin Imprimer
Laissez vos commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

On en parle ! Limoges / Haute-Vienne À lire ! ÉCONOMIE > Nos derniers articles