#JobPourlUkraine : de l’emploi pour des ukrainiennes


En septembre dernier, l'association les Entrepreneures Bienveillantes a lancé une campagne pour aider des femmes ukrainiennes à trouver un emploi sur Bordeaux Sud. Une opération qui se poursuit encore aujourd'hui.

Groupe de femmesLes Entrepreneures Bienveillantes

Une partie de l'équipe des Entrepreneures Bienveillantes. Un réseau professionnel féminin fort de plus de 200 membres.

Copier le lien Partager sur FaceBook Partager sur Twitter Partager sur Linkedin Imprimer
Temps de lecture 2 min Nombre de vues

Publication PUBLIÉ LE 28/11/2022 PAR Emmanuelle Diaz

Elles se nomment Anastasiia, Olena ou Inna, ont entre 30 et 50 ans et font partie des réfugiées ukrainiennes installées depuis quelques mois dans la région bordelaise. Accueillies pour l’instant à titre gracieux chez des habitants, elles tentent peu à peu de s’intégrer. Une démarche qui passe notamment par l’insertion professionnelle.

« Il existe près de 100 000 réfugiés Ukrainiens en France. Pourtant ceux-ci sont encore nombreux à ne pas avoir pu s’intégrer. Et nous savons que l’un des tremplins vers cette intégration se situe au niveau de la reconnaissance professionnelle », explique Lætitia Rosez-Valet, qui a, il y a quelques semaines, lancé #JobPourlUkraine, une campagne de sensibilisation en ce sens sur Instagram et Linked’in, au travers des Entrepreneures Bienveillantes, association dont elle est la co-présidente.

A ce titre, ces femmes, au nombre de 9 (car « il s’agit ici d’un projet à dimension humaine »), ont été photographiées et interviewées et leurs portraits diffusés sur les réseaux sociaux. « Avec cette opération, nous misons sur les partages et la solidarité des socionautes et sur le cercle vertueux qui peut émerger des réseaux sociaux pour trouver un emploi à la hauteur de leurs compétences, tout en espérant donner l’élan à d’autres associations d’agir pour faciliter l’intégration des réfugiés », poursuit-elle. Une démarche qui s’inscrit pleinement dans les objectifs de l’association, créée à Bordeaux en 2019 afin de soutenir l’entrepreneuriat féminin et les projets à impact positif.

Les Entrepreneures Bienveillantes : un réseau d’entraide par les femmes, pour les femmes

Dans un « esprit de sororité », les Entrepreneures Bienveillantes mise sur l’entraide entre femmes et l’évolution vers un entrepreneuriat éco-responsable. Ses valeurs ? « La solidarité, l’éthique et l’écologie » liste Lætitia Rosez-Valet qui insiste aussi sur le fait que « diriger c’est guider, ce n’est pas commander ».

Quand à la campagne #JobPourlUkraine lancée fin septembre, elle est loin d’être terminée. « Nous allons continuer à partager pendant les semaines et mois à venir, chacun des portraits de ces femmes jusqu’à ce qu’elles trouvent toutes un emploi qui leur correspond », explique-t-elle. Des femmes qui bien que parfois dotées d’un cursus impressionnant, se heurtent à des difficultés évidentes, qu’il s’agisse de la reconnaissance des diplômes, du choc culturel ou de l’obstacle de la langue.

« Certaines avaient des emplois à un très haut niveau et sans maîtrise de la langue, c’est compliqué d’assumer certains postes. Mais qu’au moins, elles soient dans leur univers professionnel. Toutes prennent d’ailleurs des cours de français et certaines le parlent déjà très bien », précise la responsable de l’association qui espère leur trouver rapidement des débouchés sur les communes de Bordeaux sud, surtout Cestas, Pessac et Gradignan pour des raisons de locomotion.

« Plus on en parlera et plus elles auront une chance d’être en contact avec la bonne personne pour une insertion professionnelle réussie. On est là pour réparer tout ce qu’on peut. Réparer le monde c’est une bien grande mission mais on essaie de le faire à notre échelle avec nos moyens, nos outils et nos ressources », conclut-elle.

Ça vous intéresse ?
Partagez l'article !
Copier le lien Partager sur FaceBook Partager sur Twitter Partager sur Linkedin Imprimer
Laissez vos commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

On en parle ! Bordeaux / Gironde À lire ! ÉCONOMIE > Nos derniers articles