Jambon de Bayonne, Foie gras du Sud-Ouest et Vins du SO


Sébastien Clauzel, pour le SIVO, Pierre Harambat, Président du Consortium Jambon de Bayonne, Chantal Brethes, Présidente de la PALSO, ont annoncé une action de promotion commune européenne

Sébatien Clauzel représentant du SIVO, Pierre Harambat, Président du Consortium Jambon de Bayonne, Chatal Brethes Présidente de la PALSOConsortium Jambon de Bayonne

Sébatien Clauzel représentant du SIVO, Pierre Harambat, Président du Consortium Jambon de Bayonne, Chatal Brethes Présidente de la PALSO

Copier le lien Partager sur FaceBook Partager sur Twitter Partager sur Linkedin Imprimer
Temps de lecture 3 min Nombre de vues

Publication PUBLIÉ LE 18/10/2021 PAR Solène MÉRIC

Alors que la Fête du Jambon se lançait ce vendredi 15 octobre à Bayonne après plusieurs annulations et reports, trois filières gastronomiques emblématiques du Sud-Ouest, s’y sont elles aussi retrouvées pour annoncer une initiative commune inédite. Jambon de Bayonne, Foie gras du Sud Ouest et Vin du Sud Ouest sont en effet lancés depuis l’été dernier dans un projet de mutualisation autour de la promotion de leurs produits avec le soutien de l’Europe. Un programme de 5 millions d’euros étalé sur 3 ans en France et en Belgique. L’occasion aussi de faciliter un rebond post Covid, grippe aviaire ou gel selon la filière.

Le Consortium du Jambon de Bayonne, la Palso, l’organisme de défense des palmipèdes à foie gras du Sud-Ouest, et l’Intersyndicale des Vins du Sud-Ouest (au sein de laquelle se réunissent 16 AOP et 11 IGP du Sud-Ouest, hors Bordeaux), ont bien des similitudes. Tous trois organismes de gestion et de défense des produits de leurs filières, ils ont aussi un périmètre géographique commun : le grand Sud-Ouest. Ils sont à eux trois une part non négligeable des productions traditionnelles de qualité, pour ne pas dire, de la gastronomie, du Sud-Ouest.

« Nous avons les mêmes valeurs, une culture ”Sud-Ouest” commune, nous sommes sur des segments haut de gamme, et nous pensons tous trois que le retour en grâce des produits d’origine et sous signe de qualité nous donne de vraies raisons de capitaliser autour de ces notions », analyse Pierre Harambat. « Et, ajoute-t-il, il y a une vraie complémentarité entre nos produits ; un apéritif où l’on propose un vin du Sud-Ouest, du foie gras et du jambon de Bayonne ne pourra que bien se passer », sourit-il.


Mutualisation des moyens et des compétences
Autant de points communs qui ont décidé les trois ODG à se lancer dans un programme partagé de promotion de leurs produits, « en regroupant nos moyens et nos compétences ». Une mutualisation qui a permis d’aller chercher, et d’obtenir, l’appui financier important de la Commission européenne, prompte à soutenir une initiative mettant en valeur les AOP et IGP (appellation d’origine protégée et indication géographique protégée) dont le cadre juridique est désormais formée à son niveau. D’autant plus qu’ « à l’heure où l’origine des produits devient une demande sociétale forte, l’AOP et l’IGP en sont les seules garanties juridiques officielles », souligne-t-il.

Résultat, avec l’effet de levier important de l’Europe, les trois ODG partenaires au sein d’un nouveau « Consortium des organismes de gestion des produits du Sud Ouest » ont lancé dès cet été un nouveau programme de promotion commun doté pour 3 ans de 5 millions d’euros, dont 70% est abondé par l’Europe. « Une fierté » reconnaissent d’une seule voix, Pierre Harambat pour le jambon de Bayonne, Chantal Brethe, présidente de la PALSO et Sébastien Cauzel représentant de l’IVSO.


Une même bannière
Concrètement, outre une importante campagne d’affichage démarrée cet été, ce programme qui se déploiera en France et en Belgique, pour sa dimension européenne mais aussi en raison d’un profil de consommateurs quasi identiques, comprendra des actions à destination des consommateurs et des professionnels, prescripteurs (chefs, sommeliers, épiciers, bouchers-charcutiers, cavistes, etc.) ou encore journalistes ou blogueurs.

Les trois filières seront ainsi aussi présentes sous la même bannière sur de nombreux salons grand public ou professionnel et s’engagent à une promotion réciproque des produits de leurs partenaires lors d’évènements spécifiques . La Foire de Bayonne a d’ailleurs ainsi été l’occasion de faire déguster à côté du jambon de Bayonne, du foie gras et des vins du Sud-Ouest. En Belgique, sont aussi prévues des mises en valeur chez des cavistes et épiceries fines au cours d’opérations spéciales.


L’opportunité d’un rebond

Une promotion XXL réalisée, assurent les trois représentants des filières, sans augmentation des cotisations de leurs membres. « Nous avons simplement fait des choix et des ré-orientations budgétaires au sein de nos budgets communication. Par exemple, pour le Consortium Jambon de Bayonne, nous ne ferons pas cette année de campagne publicitaire télévisuelle car c’est très coûteux et nous préférons prioriser notre nouveau partenariat », explique Pierre Harambat.

Si l’idée de ce programme commun avait été initié des 2019, c’est à dire avant les crises sanitaires Covid 19 et influenza aviaire pour les palmipèdes (ou encore du gel subi ce printemps pour un certain nombre de viticulteurs), cette campagne tombe à point nommé dans une perspective de « rebond » que chacun espère d’abord sur le marché national, avant de se ré-attaquer dans un second temps au sujet de l’export.


Ça vous intéresse ?
Partagez l'article !
Copier le lien Partager sur FaceBook Partager sur Twitter Partager sur Linkedin Imprimer
Laissez vos commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

On en parle ! Nouvelle-Aquitaine À lire ! ÉCONOMIE > Nos derniers articles